[États-Unis] Avec l’alliance entre les Big Tech et Biden, l’élection de 2020 suscite des inquiétudes

Par Bowen Xiao
31 décembre 2020
Mis à jour: 15 janvier 2021

Les grandes entreprises de la technologie (surnommées Big Tech) ont été accusées de se mêler de l’élection de 2020 ; de plus, leurs employés ont obtenu des rôles influents au sein de l’organisation Biden-Harris. Selon des tireurs d’alerte, cela pourrait signaler un retour à l’ère de la position amicale de l’administration Obama envers la Silicon Valley.

Une question se pose quant à savoir comment ces entreprises ont utilisé leur financement ou se sont engagées dans la censure avant l’élection. Un rapport du projet Amistad de la société Thomas More affirme que 500 millions de dollars du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ont été donnés à des fonctionnaires électoraux et utilisés pour violer les lois électorales. L’argent aurait été utilisé pour influencer indûment l’élection en faveur de Biden, la plus grande partie des fonds allant à une organisation à but non lucratif progressiste.

Cela soulève de « sérieuses préoccupations juridiques », selon Scott Watnik, membre du département du contentieux et co-président du cabinet d’avocats Wilk Auslander LLP, spécialisé dans la cybersécurité.

« Ce qui semble s’être passé ici, c’est que des fonds provenant de M. Zuckerberg ont été utilisés pour financer une fonction publique alors que celle-ci doit être exécutée sous les auspices d’agents électoraux publics avec le financement des contribuables », a déclaré M. Watnik à Epoch Times. « Mais en ce qui concerne l’infrastructure électorale, chaque État est tenu de traiter les gens de manière égale en vertu de la loi – le 14e amendement s’applique.

« Ce n’est pas un secret à ce stade que les fonds n’ont pas été déboursés de manière équitable en termes d’infrastructure électorale », a-t-il ajouté. « Loin de là, les fonds ont été distribués pour favoriser certaines zones démographiques de gauche par rapport à d’autres, y compris dans les swing states. »

Un autre point de préoccupation, selon des opposants, est que des dizaines d’anciens employés des Big Tech ont rejoint l’équipe de transition de Biden ou ont obtenu des postes influents dans son administration.

Christian Tom, qui a été décrit comme étant le directeur des supports virtuels pour le comité d’inauguration présidentielle de Biden-Harris le 28 décembre, avait tenu un poste dans la collecte des recettes à travers Twitter, Google et YouTube avant de travailler pour l’équipe de la campagne de Biden, selon un communiqué.

D’anciens employés de Facebook ont également occupé un certain nombre de postes dans l’administration de Biden :

L’ancienne directrice de Facebook Jessica Hertz est l’avocate générale de la transition de Biden ; Jeffrey Zients – un conseiller de Biden sur le coronavirus, tel que révélé lors d’une mise sur écoute – a siégé au conseil d’administration de Facebook en 2018 ; Austin Lin, ancien responsable de programme chez Facebook, fait partie d’une équipe de révision de l’agence pour le bureau exécutif du président, tandis qu’Erskine Bowles, ancien membre du conseil d’administration de Facebook, conseille déjà l’équipe de transition.

L’équipe de transition de Biden a déjà constitué ses équipes de révision des organismes, qui comptent plus de cadres que d’évaluateurs. Des sources non identifiées ont déclaré à Reuters que des entreprises technologiques telles que Google, Amazon, Facebook et Microsoft font pression pour placer certains employés à des postes de direction dans les agences gouvernementales.

De même, deux fonctionnaires d’Amazon ont obtenu des places dans les équipes de révision d’organismes de Biden pour le ministère des Affaires étrangères et le Bureau de la gestion et du budget. Des sources ont également déclaré à Reuters que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, un milliardaire et titan de la Silicon Valley, « a fait des recommandations de personnel pour des nominations au ministère de la Défense alors que la société essaie de poursuivre des contrats militaires et des travaux de défense ».

Les entreprises ont un intérêt pressant dans leurs tentatives d’influencer l’administration Biden. Des enquêtes antitrust sont actuellement menées par le ministère de la Justice et la Commission fédérale du commerce contre des sociétés comme Facebook et Google.

Inquiétude justifiée

Le fait que, selon les dossiers de la FCC, les PDG des grandes sociétés de technologie aient été des contributeurs majeurs aux campagnes et aux causes des démocrates a suscité l’inquiétude des républicains quant à la porte tournante entre les Big Tech et une possible arrivée à la Maison-Blanche, a déclaré Andrew Selepak, professeur de médias sociaux à l’université de Floride.

« Avec une telle disparité dans l’idéologie politique parmi les dirigeants des Big Tech, cela limite la pensée et les opinions de ceux qui conçoivent et contrôlent les technologies que nous utilisons tous et peut avoir un impact énorme sur la façon dont elles affectent les utilisateurs », a déclaré le professeur Selepak à Epoch Times.

« Au cours de la campagne 2020, les entreprises technologiques ont souvent signalé les messages des utilisateurs comme étant faux, ont supprimé des comptes, fermé des pages et limité la portée des articles et des utilisateurs », a-t-il déclaré. « Ces restrictions et limitations sont l’antithèse du marché des idées que les sociétés de médias sociaux devraient être comme des plateformes et agissent plutôt comme des éditeurs. »

YouTube a annoncé le 9 décembre que la société commencerait immédiatement à supprimer les contenus relatifs à des allégations de « fraude ou d’erreurs généralisées » lors de l’élection présidentielle de cette année, une mesure qui, selon les experts, est sans précédent par sa portée.

Les sénateurs républicains ont déclaré précédemment à Epoch Times que les entreprises de haute technologie doivent être interrogées et tenues responsables des actions entreprises en raison de ce qu’elles considèrent comme un parti pris politique, comme la censure d’un article du New York Post sur Hunter Biden, fils du candidat démocrate à la présidence Joe Biden, à l’approche des élections du 3 novembre.

M. Selepak a également souligné que l’administration Obama s’est alliée aux Big Tech : « Une fois en poste, des dizaines d’employés de Google ont travaillé dans l’administration Obama, ce qui était la première fois que nous avions vu une telle relation entre les Big Tech et la Maison-Blanche. »

Il a déclaré que les consommateurs veulent que le gouvernement enquête sur ces entreprises pour tout abus potentiel et pour l’effet qu’elles ont sur la société.

« Il y a une inquiétude justifiée que si ces géants de la technologie deviennent trop intégrés dans une administration, il ne pourra pas [y avoir une de telles enquêtes], et cela pourrait avoir un impact immense sur les utilisateurs [de ces technologies] et le pays », a déclaré M. Selepak.

Des experts ont déclaré à Epoch Times qu’une présidence Biden-Harris pourrait avoir un impact direct sur les affaires antitrust en cours, en suspens ou à venir contre les grandes sociétés de technologie. La sénatrice Kamala Harris, quant à elle, a également fait l’objet d’un examen minutieux en raison de ses relations étroites avec les leaders de l’industrie technologique.

Certains, cependant, soutiennent que Biden ne serait pas laxiste envers les Big Tech. John E. Lopatka, spécialiste de l’antitrust et professeur de droit à la Dickinson School of Law de l’université d’État de Pennsylvanie, a déclaré précédemment à Epoch Times qu’une politique antitrust forcée ou interventionniste est « pleinement conforme à l’idéologie politique des démocrates, et donc toute administration démocratique serait encline à l’adopter ».

L’équipe de transition de Biden est remplie de leaders de l’industrie technologique issus de différentes grandes entreprises, de grands philanthropes et d’acteurs de la défense des technologies, selon une liste établie le 10 novembre par Protocol.

Blair Brandt, consultant politique, stratège républicain et collecteur de fonds pour le Parti républicain, a déclaré qu’il pensait qu’un ministère de la Justice sous l’administration Biden ne pousserait pas activement les procès antitrust contre les Big Tech, notant que la plupart des procès sont intentés par des procureurs généraux républicains.

« Des méga-donateurs et des milliardaires républicains ont investi dans la campagne du président Trump », a déclaré le consultant politique à Epoch Times. « Des méga-donateurs et milliardaires démocrates ont investi dans le processus électoral lui-même. Qu’est-ce que cela vous dit ? »

M. Brandt a déclaré que le vrai risque est d’ordre législatif. Il a dit qu’une Chambre des représentants (chambre basse du Congrès américain) à majorité démocrate et une Maison-Blanche sous Biden « n’auront aucun intérêt à renverser la disposition de la section 230, qui les a menés là où ils en sont ».

M. Trump et le ministère de la Justice ont demandé au Congrès de supprimer les protections juridiques prévues par la section 230 de la loi de 1996 sur la décence en matière de communications pour les entreprises qui se sont engagées dans la censure ou dans des activités d’influence politique.

« Le principal adversaire de Trump n’était même pas démocrate, mais son allié de la Silicon Valley dans le domaine de la haute technologie, qui censurait constamment ses plateformes de médias sociaux », a-t-il déclaré. « En supposant qu’il prenne le pouvoir, Biden va soit choquer les gens et adopter une position ferme pro-démocratie et pro-Amérique sur ces questions, soit il répondra à de faibles attentes et se pliera à leurs pressions. »

L’équipe de transition de Biden n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires d’Epoch Times. Un porte-parole de Facebook n’a pas non plus répondu immédiatement.

Nouvel Horizon – Nouvelle mutation du Covid-19 inquiète


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ