États-Unis : bienfaits et méfaits du maccarthysme

23 janvier 2017
Mis à jour: 24 mars 2017

Deux réalités de l’ère du maccarthysme, qui a atteint son apogée au début des années 1950, méritent d’être passées en revue.

Premièrement, des politiciens engagés, pratiquant les grands discours et l’intimidation, ont porté de fausses accusations d’espionnage, et ruiné des vies innocentes. Cette réalité est largement, et souvent confusément, rappelée. Elle a été traitée et racontée dans les arts et le système éducatif.

Deuxièmement, des espions ont incontestablement infiltré le gouvernement fédéral des États-Unis au 20e siècle. Ces espions ont volé des secrets et influencé la politique nationale. Cette réalité est moins connue et moins souvent rappelée. De plus, alors que l’Union soviétique est de l’histoire ancienne, des espions communistes sont encore à l’œuvre.

Ces deux facettes du maccarthysme ont blessé la nation américaine : la première par la répulsion générale causée par les tentatives d’éradiquer les espions soviétiques, et l’autre par les dommages silencieux et persistants infligés aux institutions américaines.

McCarthy et HUAC

Joseph McCarthy, le jeune sénateur républicain du Wisconsin, a créé la sensation en février 1950 quand il a prétendu détenir une liste des communistes employés par le Département d’État des États-Unis. Le nombre de personnes sur la liste a plusieurs fois varié. Néanmoins, un comité sénatorial a été mis en place, et a commencé à interroger les gens.

Le problème était que les éléments en sa possession, qui pour la plupart avaient été fournis par le FBI, étaient incomplets. Cela ne l’a pas empêché d’intimider les témoins et d’exagérer auprès des médias. Il mentait parfois sur les détails et a lancé de fausses accusations.

Ses ignobles méthodes et le personnage ont finalement été exposés à la télévision. Il a perdu le soutien public, et a été censuré par le Sénat en 1954. Il est mort en 1957 d’hépatite, probablement à cause de l’alcoolisme.

La commission sur les « activités anti-américaines » (HUAC) a fonctionné à l’époque de McCarthy et a continué. Ses activités relevaient du concept général du « maccarthysme ».

Le HUAC était également à la recherche d’espions communistes et autres personnes déloyales envers les États-Unis, et a également lancé de fausses accusations contre des innocents, y compris un certain nombre d’artistes et de personnes de Hollywood.

Ainsi, encore aujourd’hui, l’étiquette de « Maccarthysme » est souvent utilisée pour rejeter sans autre forme de procès toute personne tentant de démasquer des espions ou autres ennemis de l’intérieur. C’est malheureux, voire tragique.

Transmettre la culture

L’école et les arts sont les deux voies principales pour transmettre la culture et rafraîchir notre mémoire collective, et parfois pour perpétuer des « vérités » incomplètes ou biaisées.

Nicholas von Hoffman, a écrit dans le Washington Post : « Il s’avère que l’époque du maccarthysme, n’était pas la simple chasse aux sorcières de l’innocent par le malveillant comme cela a été enseigné à deux générations de lycéens et les étudiants. »

L’allégorie de la chasse aux sorcières a été introduite dans Les sorcières de Salem d’Arthur Miller, une pièce sur les procès pour sorcellerie à Salem, écrit au plus fort de l’époque de McCarthy en 1952.

De moins en moins de personnes vivantes aujourd’hui ont vécu personnellement le maccarthysme. Pour la plupart leur avis est basé sur ce qu’ont enseigné l’école et les arts.

L’impression habituelle est : « Oh, le maccarthysme, cette horrible chasse aux sorcières! »

Mais il y avait vraiment des « sorcières »
Les espions soviétiques avaient infiltré le gouvernement américain depuis les années 1920. Les preuves présentées aux décideurs étaient souvent ignorées, peut-être parfois à cause du conseil d’espions occupant eux-mêmes des positions élevées.

Nous savons maintenant qu’il y avait au moins des centaines d’espions soviétiques dans le gouvernement à la fin du 20e siècle.

Des preuves ont été accumulées grâce aux dossiers laissés par le programme Venona, un programme gouvernemental de premier ordre inconnu même des présidents à l’époque. Des transmissions de messages soviétiques à destination et en provenance de leurs agents américains ont été captées et lentement décodées. Le petit pourcentage de messages décodés pointe vers de nombreux espions.

En outre, les archives soviétiques devenues disponibles dans les années 90 fournissent des preuves d’espions au sein du gouvernement des États-Unis.

Ces espions ont influencé la politique envers les nations communistes et ont conduit, par exemple, à ce que l’Union Soviétique puisse construire rapidement une bombe atomique.

Aucun McCarthy à notre époque

La réaction contre les excès du maccarthysme a fourni une couverture aux agents communistes aujourd’hui présents aux États-Unis. Ainsi les gens ridiculisent toute mention d’infiltration communiste, et la mémoire du maccarthysme a relégué à l’arrière-plan les débats sur les maux du communisme aujourd’hui.

Aucun politicien ne se risquerait à être « Le nouveau Mc Carthy ».

« Mais l’Union soviétique c’est de l’histoire ancienne. Quel est le problème? », dira-t-on.

L’Union soviétique a disparu, mais pas le communisme. Le système d’espionnage soviétique a trouvé ses héritiers qui ont modernisé et diversifié ses méthodes et sphères d’action. En particulier, le Parti communiste chinois utilise un grand nombre d’espions, dont certains ont un niveau de pénétration dans les institutions des États-Unis et d’autres pays qui feraient passer les Soviétiques pour des collégiens.

Comme le rapporte Epoch Times, non seulement les agences gouvernementales, mais aussi les entreprises, les universités et d’autres institutions accueillent des agents chinois qui collectent des données sur les citoyens américains, volent des secrets industriels, font taire les dissidents et cherchent à saper les valeurs du pays.

Mc Carthy a utilisé des méthodes odieuses et beaucoup de faits exposés étaient faux. Mais le maccarthysme a eu raison de se rendre compte qu’il y avait vraiment des agents communistes, et qu’ils menaçaient le mode de vie américain.

Ils sont toujours présents aujourd’hui, et ils menacent encore le mode de vie de différents pays.

Version anglaise : McCarthyism Was Wrong—and Right

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ