États-Unis : Des sans-abri sont rémunérés en échange du nettoyage des rues, dans le cadre d’un projet d’essai de 6 mois

Par Viviane Berger
27 juin 2019
Mis à jour: 12 juillet 2019

Des sans-abri de Little Rock, en Arkansas (États-Unis), se sont vus recevoir une bouée de sauvetage pour enfin remettre de l’ordre dans leur vie.

Le nouveau programme pilote de la ville, appelé « Bridge to Work program » (Programme d’insertion professionnelle), permettra à huit sans-abri par jour d’être payés pour ramasser les ordures et enlever les mauvaises herbes, ainsi que pour d’autres tâches de nettoyage.

Selon WIFR, les participants sans-abri recevront 9,25 $ (8,14 €) de l’heure – le salaire minimum pour ramasser les ordures en Arkansas – grâce à un financement de 80 000 $ (plus de 70 000 €) que le service des travaux publics de la Ville de Little Rock versera au programme.

Ce programme, qui est géré par Canvas Community Church, a débuté le 1er avril et se terminera le 27 septembre.

Alexander Williams est l’un des huit sans-abri qui participent au programme d’essai de six mois. « En faisant ce travail ici, par la suite je pourrais peut-être être embauché à plein temps par la ville, ou quelque chose comme ça », a déclaré M. Williams à 11 Alive.

M. Williams joue le rôle d’un superviseur et d’un conducteur dans le cadre de la nouvelle initiative – il espère que ce programme lui assurera un avenir meilleur.

« J’essaie fondamentalement de changer ma vie », a ajouté M. Williams.

Souvent, les sans-abri se découragent lorsqu’ils n’arrivent pas à trouver ou à obtenir un emploi.

En malheureusement beaucoup d’entre eux se tournent vers la drogue et l’alcool, et tentent d’échapper à la pression de ne pas avoir une vie décente, ce qui engendre au final davantage de problèmes.

De plus, le fait de ne pas avoir de logement est un facteur dissuasif important pour trouver un emploi, et les refuges sont pour la plupart surpeuplés, avec de longues listes d’attente.

Un chemin vers un avenir meilleur :

L’église communautaire, qui gère le programme Bridge to Work, a écrit sur son site Web : « Il n’y a pas de saints ici, ni personne qui soit parfait. »

« Nous sommes une communauté diversifiée de gens imparfaits et brisés qui recherchons quelque chose de plus grand que nous-mêmes, quelque chose de vibrant, de significatif, de mystifiant, quelque chose qui serait satisfaisant contre toute attente. »

Les participants sans-abri du programme Bridge to Work sont enthousiastes et leur moral est grandement remonté.

« C’est un travail honnête », a déclaré Dan Woodring, l’un d’eux, « C’est simple, j’essaie juste de trouver du travail, de gagner de l’argent. »

Le but ultime du programme est d’offrir aux participants des possibilités d’emploi à temps plein, d’éducation ou de réadaptation, afin qu’ils puissent sortir de l’itinérance.

Bon nombre d’entre eux espèrent obtenir un emploi stable et à temps plein après la fin de l’essai.

Harond Goodlow Jr, un autre participant au programme, a dit : « C’est positif. Je fais une bonne action, je gagne de l’argent, et cela me permet de montrer le bon exemple à mon fils. »

Canvas Community Church espère que l’initiative améliorera les choses.

« L’objectif est de leur donner une journée de travail et une journée de salaire, mais aussi la possibilité de se connecter à des services qui peuvent les aider à obtenir le plein emploi, ou à d’éventuels futurs projets », a déclaré le pasteur associé à l’initiative, Paul Atkins, de l’église comunautaire Canvas Community Church.

M. Atkins a vraiment apprécié le soutien que le programme a reçu de la Ville.

« Tout le monde s’est montré très positif, coopératif et compréhensif », a-t-il ajouté.

Si le programme est couronné de succès, la Ville peut envisager de le poursuivre, donnant de l’espoir à de nombreuses autres personnes sans-abri.

RECOMMANDÉ