États-Unis – Le ministère de la Justice qualifie Portland, Seattle et NYC de juridictions qui autorisent l’anarchie, la violence et la destruction des biens

Par Zachary Stieber
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

Les autorités de New York City, Seattle et Portland ont autorisé la violence et la destruction de biens et n’ont pas pris de mesures pour contrer les activités criminelles, a déclaré le ministère de la Justice le 21 septembre.

Les troubles incessants dans les villes depuis fin mai ont entraîné des morts, des pillages et l’incendie de bâtiments.

« Lorsque les dirigeants de l’État et des collectivités locales empêchent leurs propres agents et agences de maintien de l’ordre de faire leur travail, cela met en danger des citoyens innocents qui méritent d’être protégés, y compris ceux qui tentent de se rassembler et de protester pacifiquement », a déclaré le procureur général William Barr dans un communiqué.

« Nous ne pouvons pas permettre que l’argent des impôts fédéraux soit gaspillé alors que la sécurité des citoyens est en jeu », a déclaré le procureur général William Barr. « J’espère que les villes identifiées aujourd’hui par le ministère de la Justice feront marche arrière et s’engageront sérieusement à remplir la fonction de base du gouvernement et commenceront à protéger leurs propres citoyens. »

Dans une déclaration commune, Jenny Durkan, maire de Seattle, Ted Wheeler, maire de Portland, et Bill de Blasio, maire de New York, tous démocrates, ont qualifié l’effort de suppression des financements fédéraux en provenance de cette déclaration de « tout à fait politique et anticonstitutionnel ».

« Le président joue à des jeux politiques de bas étage avec des fonds dirigés par le Congrès. Nos villes rassemblent les communautés ; nos villes vont de l’avant après avoir lutté contre une pandémie et fait face à la pire crise financière depuis la Grande Dépression, tout cela malgré l’imprudence et la partisanerie de la Maison-Blanche. L’administration Trump s’engage maintenant dans ce que nous avons vu depuis le début : fuir ses responsabilités et rejeter la faute sur d’autres pour couvrir son échec », ont-ils déclaré.

Mme Durkan a déclaré dans une déclaration séparée envoyée à Epoch Times que les efforts de l’administration Trump pour couper le financement des villes sont un « abus flagrant du pouvoir fédéral ».

« L’obsession de M. Trump, du ministère de la Justice et de M. Barr envers Seattle et moi est irrationnelle et surtout, une énorme distraction », a-t-elle déclaré, ajoutant : « À Seattle, nous resterons concentrés sur les quatre crises qui nous attendent : la pandémie du Covid-19, un ralentissement économique sans précédent, la plus grande prise en compte des droits civils depuis des décennies et la menace continue du changement climatique. »

TJ Jenkins et Derel Jenkins présentent leurs respects à un mémorial près du site où leur cousin, Lorenzo Anderson, a été abattu, dans la zone dite autonome du Capitole (Capitol Hill Organized (ou Occupied) Protest) à Seattle, le 20 juin 2020. (David Ryder/Getty Images)

M. de Blasio a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse qu’il s’était rendu dans l’arrondissement de Queens le 21 septembre et avait « vu tout sauf l’anarchie ».

Les villes ont été identifiées dans le cadre d’un processus déclenché par la note de service du président Donald Trump du 2 septembre, qui ordonnait à son administration de revoir les fonds fédéraux envoyés aux villes qui n’avaient pas réussi à réprimer les émeutes à la suite de la mort de George Floyd dans le Minnesota.

Les critères pour évaluer si les villes ont permis l’anarchie et la destruction incluent de voir si les juridictions interdisent aux officiers de police d’intervenir pour rétablir l’ordre, si les juridictions réduisent le financement des départements de police, et si les juridictions refusent les offres d’assistance du gouvernement fédéral.

Ces trois villes ont vu la criminalité violente monter en flèche ces derniers mois tout en réduisant le financement de leurs services de police.

À Portland, des émeutes ont eu lieu presque chaque nuit depuis le 28 mai, à part une interruption d’environ deux semaines en raison des feux de forêt qui brûlaient à proximité. Pour un certain nombre de nuits, la police n’a procédé à aucune arrestation malgré les crimes commis.

M. Wheeler, qui est également le commissaire de police de la ville, a rejeté à plusieurs reprises les offres d’aide fédérale pour réprimer les troubles, tout comme la gouverneur de l’Oregon, Kate Brown, une démocrate.

À Seattle, les autorités municipales ont autorisé la création et le maintien d’une zone dite autonome qui s’étendait sur six pâtés de maisons jusqu’à ce que plusieurs fusillades meurtrières aient eu lieu.

Le maire Durkan et le gouverneur de Washington, Jay Inslee, un démocrate, ont refusé les offres d’aide fédérale pour faire face à la criminalité qui se déroulait à Seattle.

La police se rassemble sur les lieux où deux officiers de la ville de New York ont été abattus lors d’un affrontement, à New York le 3 juin 2020. (Spencer Platt/Getty Images)

À New York, les fusillades ont fait un bond en juillet et en août pour atteindre plus de 200 par mois, alors que le conseil municipal a réduit d’un milliard de dollars le budget du service de police pour l’année fiscale 2021.

« Pendant ce temps, les procureurs de Manhattan et de Brooklyn ont refusé de poursuivre les accusations de trouble à l’ordre public et de rassemblement illégal résultant des manifestations, et les procureurs du Queens et du Bronx ont refusé de poursuivre d’autres accusations liées aux manifestations », a déclaré le ministère de la Justice.

Le maire de Blasio et le gouverneur de New York Andrew Cuomo, un démocrate, ont tous deux rejeté les offres d’aide fédérale.

Après que la Maison-Blanche a publié la note de M. Trump au début du mois, les maires ont annoncé qu’ils allaient poursuivre Donald Trump en justice.

« Le président des États-Unis, New-Yorkais de naissance, menace de retirer les fonds fédéraux à cette ville, alors que nous sommes encore en proie à cette crise. Cela n’a aucun sens », a déclaré M. de Blasio aux journalistes lors d’une conférence de presse.

Les maires de Portland, Seattle, Washington et New York ont publié une déclaration commune affirmant que leurs résidents « ne sont pas les pions politiques du président Trump ».

« Nous sommes confrontés à des défis sans précédent – lutter contre une pandémie et la dévastation économique sans autre stimulus. Maintenant, au lieu d’un leadership de la Maison-Blanche, nous sommes confrontés à de nouvelles attaques qui sont illégales, inconstitutionnelles, et qui seront sans aucun doute défaites devant les tribunaux », ont écrit Mmes Durkan et Muriel Bowser, ainsi que MM. Wheeler et de Blasio.

FOCUS SUR LA CHINE – Un message caché dans un gâteau de lune



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ