Les enfants auront « probablement » besoin d’être vaccinés contre le Covid-19 pour que l’immunité collective soit atteinte, selon le principal conseiller médical du président Joe Biden

Par Meiling Lee
21 mars 2021
Mis à jour: 21 mars 2021

Les enfants devront « probablement » recevoir le vaccin anti-Covid-19 pour que les États-Unis atteignent une immunité de groupe contre le virus du PCC, a déclaré jeudi le Dr Anthony Fauci lors d’une audition au Sénat sur la réponse à la pandémie.

« J’ai dit dernièrement que le calcul, et c’est purement une estimation, est de 70 à 85 % de la population. [sic] Si c’est le cas, nous devrons probablement faire vacciner plus d’enfants, et je pense que si nous faisons vacciner les lycéens à l’automne, nous pourrons atteindre ce chiffre », a déclaré le Dr Fauci, principal conseiller médical du président Joe Biden et directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

Sur ces mots, on constate que le Dr Fauci a à nouveau changé de point de vue sur l’objectif de l’immunité de groupe. La semaine dernière encore, lors d’un briefing Covid-19 à la Maison-Blanche, il a déclaré que les États-Unis devraient atteindre l’immunité collective d’ici la fin de l’été ou le début de l’automne, sans mentionner la nécessité de vacciner les enfants.

Moderna a annoncé le 16 mars que la première dose de son vaccin Covid a été administrée à des enfants âgés de six mois à 11 ans dans le cadre d’un essai combiné de phase 2 et 3. La société pharmaceutique prévoit de recruter plus de 6 000 enfants aux États-Unis et au Canada afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité de son vaccin ARNm-1273, actuellement administré aux adultes dans le monde entier.

Moderna et Pfizer-BioNTech testent tous deux leurs vaccins sur des adolescents âgés de 12 à 17 ans, et devraient publier des données préliminaires au cours de l’été. Moderna ne terminera pas son essai avant juin 2022, et Pfizer en janvier 2023.

Les vaccins pourraient être disponibles pour les lycéens dès l’automne, et d’ici 2022 pour les enfants plus jeunes.

« Pour les lycéens, il semble qu’ils seront disponibles pour se faire vacciner au début de l’automne, très probablement pour le trimestre d’automne », a déclaré M. Fauci lors d’un briefing Covid-19 de la Maison-Blanche mercredi. « En ce qui concerne les enfants, nous faisons une étude de désescalade d’âge chez les enfants de l’école primaire, de 12 à 9 ans, de 9 à 6 ans, de 6 à 2 ans, et de 6 mois à 2 ans. Nous prévoyons que nous aurons suffisamment de données pour pouvoir vacciner ces enfants plus jeunes d’ici le premier trimestre de 2022. »

Plus de 75 millions de personnes ont reçu une dose des trois vaccins Covid-19 disponibles et 40 millions étaient entièrement vaccinées au 18 mars, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Cette photo prise le 24 avril 2020 montre un signe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève, à côté de son siège, au milieu de l’épidémie de Covid-19, causée par le nouveau coronavirus. (Photo par Fabrice COFFRINI / AFP) (Photo par FABRICE COFFRINI/AFP via Getty Images)

L’OMS redéfinit l’immunité de groupe

On parle d’immunité collective, ou de groupe, lorsqu’une partie suffisamment importante de la population acquiert une immunité contre une maladie infectieuse – soit naturellement à la suite d’une infection antérieure, soit par la vaccination – pour que celle-ci ne se propage plus à grande échelle.

Mais en octobre 2020, l’Organisation mondiale de la santé a discrètement modifié le concept d’immunité de groupe pour n’inclure que l’immunité acquise par la vaccination :

« ‘L’immunité de groupe’, également appelée ‘immunité de population’, est un concept utilisé pour la vaccination, dans lequel une population peut être protégée contre un certain virus si un seuil de vaccination est atteint. »

Puis, le 31 décembre, l’OMS a rajouté l’immunité naturellement acquise lors d’une infection précédente dans sa définition de l’immunité de groupe, et a souligné que l’organisation sanitaire « soutient l’obtention d’une ‘immunité de groupe’ par la vaccination ».

« L’immunité collective contre le Covid-19 devrait être obtenue en protégeant les gens par la vaccination, et non en les exposant à l’agent pathogène qui cause la maladie », écrit l’OMS.

« Les vaccins entraînent notre système immunitaire à créer des protéines qui combattent la maladie, appelées ‘anticorps’, tout comme cela se produirait lorsque nous sommes exposés à une maladie, mais – chose cruciale – les vaccins fonctionnent sans nous rendre malades », ajoute-t-elle.

L’OMS précise en outre que les personnes vaccinées « sont protégées contre la maladie en question et la transmission de l’agent pathogène, ce qui brise toute chaîne de transmission ».

Cette déclaration est en contradiction avec les informations du CDC concernant les vaccins Covid-19. Le CDC affirme que les personnes peuvent toujours contracter le Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), et le transmettre à d’autres après la vaccination. En outre, on ne sait pas combien de temps les vaccins assureront une protection.

Les spécialistes ne savent toujours pas quel pourcentage de la population doit être immunisé pour atteindre l’immunité de groupe.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ