États-Unis : les prix de l’essence ont augmenté de 40% cette année, d’autres augmentations sont prévues tout au long de l’été

Par Li Hai
9 juillet 2021
Mis à jour: 9 juillet 2021

Le prix de l’essence aux États-Unis a augmenté de 40 % depuis le début de l’année, et les conducteurs américains devraient ressentir davantage de frustration jusqu’en août, selon l’American Automobile Association (AAA).

Le prix moyen de l’essence aux États-Unis est passé de 2,25 dollars (1,90 euro) le 1er janvier à 3,13 dollars (2,64 euros) mardi. Une autre hausse de 10 à 20 cents (8 à 17 centimes) est prévue jusqu’à la fin du mois d’août, ce qui portera la moyenne nationale à plus de 3,25 $ (2,75 €).

La semaine dernière, le prix de l’essence a déjà atteint son plus haut niveau depuis sept ans, à 3,09 $ (2,61 €), avant le week-end de la fête de l’Indépendance.

« La forte demande d’essence et les prix plus élevés du pétrole brut poussent les prix de l’essence à la hausse », a déclaré Jeanette McGee, porte-parole de l’AAA, dans un communiqué.

« Nous avions espéré que les augmentations de la production mondiale de brut apporteraient un certain soulagement à la pompe ce mois-ci, mais les négociations de l’OPEP du week-end ont échoué sans qu’aucun accord ne soit conclu. En conséquence, les prix du brut devraient atteindre leur plus haut niveau depuis sept ans », a ajouté Mme McGee.

L’OPEP, ou Organisation des pays exportateurs de pétrole, est une organisation intergouvernementale, créée en 1960 et composée de 13 pays, visant à négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concession.

Les pourparlers entre les membres de l’OPEP et d’autres pays producteurs de pétrole, connus sous le nom d’OPEP Plus, ont abouti à une impasse lundi en raison de différends sur le niveau de production. Les Émirats arabes unis veulent eux-mêmes un niveau de production de base plus élevé.

« La date de la prochaine rencontre sera décidée en temps voulu, et nous vous en informerons », a déclaré le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Sanusi Barkindo, dans une lettre adressée aux délégations de la rencontre.

Les querelles entre l’Arabie saoudite, membre principal de l’OPEP, et les Émirats arabes unis au sujet des niveaux de production pourraient faire grimper les prix de l’essence à « 3,50 ou 4 dollars le gallon[2,96 ou 3,38 euros le gallon US ; 0,782 ou 0,893 euro le litre] », a déclaré Phil Flynn, analyste principal de PRICE Futures Group, à la chaîne de nouvelles FOX Business.

M. Flynn a également souligné que les prix pourraient évoluer dans l’autre sens si le cartel OPEP Plus se sépare et poursuit une guerre des prix, ce qui ferait redescendre les prix.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a déclaré mardi : « Notre équipe surveille constamment les prix de l’essence et communique directement avec les membres de l’OPEP pour parvenir à un accord et permettre aux augmentations de production proposées d’aller de l’avant. »

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, tient le point de presse quotidien dans la salle de presse Brady de la Maison-Blanche à Washington, le 6 juillet 2021. (Saul Loeb/AFP via Getty Images)

Cependant, tout en encourageant les pays de l’OPEP à augmenter leur production pour faire baisser le prix de l’essence, l’administration Biden a pris des mesures pour limiter la production de pétrole au niveau national.

Dès le premier jour de son mandat, le président Joe Biden a signé un décret visant à suspendre l’octroi de nouvelles concessions pétrolières et gazières sur les terres et les eaux fédérales américaines, déclarant que le gouvernement fédéral « doit faire progresser la justice environnementale » et, entre autres, « renforcer la résistance aux effets du changement climatique ».

En juin, un juge fédéral de Louisiane a bloqué la suspension de Biden des nouvelles concessions pétrolières et gazières sur les terres et les eaux fédérales.

Le 1er juin, l’administration a suspendu les baux de forage pétrolier et gazier dans le Refuge national de faune sauvage de l’Arctique, en Alaska.

Le Parti républicain a critiqué les politiques de l’administration, affirmant que la suspension du pipeline Keystone XL et d’autres mesures contribueront à de futures pénuries de carburant et à la flambée des prix de l’essence.

« Je pense qu’il y a parfois un malentendu sur les causes de l’augmentation des prix de l’essence, et donc de faire comprendre au peuple américain que nous y travaillons. La disponibilité de l’approvisionnement en pétrole a certainement un impact énorme », a déclaré Mme Psaki, défendant la position de l’administration lors du briefing de mardi.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ