États-Unis : plus de 3 000 cas de familles frauduleuses identifiés par la police des frontières

22 avril 2019 Mis à jour: 22 avril 2019

La police des frontières a identifié plus de 3 000 cas d’unités familiales frauduleuses au cours des six derniers mois, ce qui montre comment les cartels et les contrebandiers profitent des lacunes de la législation américaine en matière d’immigration.

« Il est très clair que les cartels et les contrebandiers connaissent les faiblesses de nos lois. Ils savent que les unités familiales et les enfants non accompagnés seront libérés sans conséquences pour leur entrée illégale », a déclaré Kevin McAleenan, chef intérimaire du Département de la sécurité intérieure, lors d’une conférence de presse le 17 avril.

M. McAleenan, qui a pris la direction du département après la démission de Mme Kirstjen Nielsen, se rendait à la frontière américano-mexicaine près de McAllen, au Texas. Il a dit que les immigrants illégaux se donnent beaucoup de mal pour demander l’asile aux États-Unis, en s’engageant dans ce qu’il a appelé des réseaux de recyclage d’enfants, a rapporté la chaîne radiophonique Texas Public Radio.

Le 19 mars 2019, des agents de la U.S. Border Patrol ont arrêté deux importants groupes d’immigrants illégaux, composés de plus de 400 personnes, dans un délai de cinq minutes dans la région d’El Paso. (U.S. Customs and Border Protection)

« Le même enfant est amené de l’autre côté de la frontière avec un adulte à plusieurs reprises pour tenter d’obtenir la libération dont les unités familiales ont besoin en vertu d’une ordonnance judiciaire », a dit M. McAleenan.

Il a réitéré que le système d’immigration est complet et a de nouveau exhorté le Congrès à apporter des changements aux politiques d’immigration, a rapporté KVEO.

M. McAleenan a attiré l’attention sur la gravité de la crise frontalière en déclarant qu’un total de plus de 4 800 immigrants illégaux avaient franchi la frontière le 16 avril, ce qu’il a décrit comme « un nouveau record pour l’ère moderne ».

« Près d’un millier d’entre eux se sont formés en trois grands groupes. 375 personnes dans le plus grand de ces groupes », a-t-il dit.

Plus tôt ce mois-ci, le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) a indiqué que des agents ont rencontré plus de 103 000 personnes à la frontière sud-ouest au cours du mois de mars. De ce nombre, 92 000 ont été appréhendées par les patrouilles frontalières, ce qui représente une augmentation de 35 % par rapport à février.

L’agence a également déclaré que pour la première moitié de l’exercice 2019, les agents ont arrêté plus de 385 000 personnes à la frontière sud-ouest, ce qui représente plus du double des arrestations pour la même période l’exercice précédent.

Certains immigrants d’Amérique centrale ont dit au KGBT qu’ils se rendaient aux États-Unis parce qu’ils avaient vu des publicités dans leurs journaux et les chaînes de télévision locales pour promouvoir de meilleures opportunités et une aide gratuite des États-Unis s’ils entraient illégalement.

« Le monde entier le sait, ils l’ont mis aux infos. Ils nous disent partout que si vous venez aux États-Unis, ils vous aideront », a dit au KGBT une Hondurienne, qui a été arrêtée à la frontière près de la vallée du Rio Grande.

Un pasteur guatémaltèque, qui a également été arrêté, a dit la même chose.

« Oui, on nous a dit qu’on le lisait dans nos journaux. C’est pour cela que nous sommes ici », a dit le pasteur.

Découverte de nouvelles tactiques utilisées par les contrebandiers

Dans un communiqué du 17 avril, les autorités ont déclaré que l’agence avait découvert une nouvelle tactique de contre-surveillance utilisée par les contrebandiers pour aider les étrangers clandestins à traverser le secteur d’El Paso.

Un agent qui surveillait la frontière la nuit a repéré un petit objet aéroporté, qui semblait être un drone, qui traversait la frontière vers le nord. L’objet a parcouru une centaine de mètres aux États-Unis avant de retourner au Mexique et il a répété ce schéma à trois reprises.

La troisième fois qu’il est retourné au Mexique, un groupe de 10 étrangers illégaux a été vu entrant aux États-Unis dans la même zone que le petit dispositif. Le groupe de migrants a ensuite été placé en détention.

« C’est la première fois connue dans l’histoire récente qu’un drone est utilisé comme ‘guetteur’ afin de faciliter les entrées illégales dans le secteur d’El Paso », indique le communiqué.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

RECOMMANDÉ