États-Unis: Pourquoi la doctrine de Trump fonctionne au Moyen-Orient

Par Brian Cates
20 janvier 2020 Mis à jour: 20 janvier 2020

Il y a des changements étonnants et passionnants qui se produisent dans le monde entier, et les personnes chargées de rapporter les nouvelles ne peuvent pas les voir ou choisissent de les ignorer, parce qu’elles ne peuvent pas les utiliser pour alimenter leurs récits préférés.

Les médias occidentaux sont aveugles à ce qui s’est réellement passé au Moyen-Orient au cours de la dernière décennie. De nombreux reporters restent bloqués dans l’ère Bush, pendant laquelle les conflits ont commencé en Irak et en Afghanistan.

Le point de vue qui obscurcit la couverture par les médias américains des questions de politique étrangère liées au Moyen-Orient est l’idée que si les États-Unis ne le font pas seuls – ou du moins n’incitent pas d’autres pays à le faire – rien ne sera fait.

Cela n’a certainement pas commencé avec George W. Bush. C’était le point de vue de nombreux présidents avant lui.

En fait, pendant la guerre froide, les États-Unis et l’URSS ont tous deux utilisé la région comme terrain de jeu par procuration, chaque camp cherchant à étendre sa propre influence.

De nombreux pays de la région ont reçu des ouvertures des deux côtés du conflit de la guerre froide. Plus d’un petit nombre de ces pays « agents libres » ont exercé l’art de faire jouer un camp contre l’autre.

La doctrine de Trump est radicalement différente

La doctrine introduite par le président américain Donald Trump en matière de politique étrangère est radicalement différente de celle de tous les présidents qui l’ont précédé en ce qui concerne le Moyen-Orient. C’est particulièrement vrai dans le cas de Barack Obama.

Il y avait des raisons très réelles et convaincantes pour que Trump fasse son premier voyage officiel à l’étranger en tant que nouveau président des États-Unis en Arabie saoudite.

Donald Trump a démontré aux Saoudiens et à leurs alliés dans la région que sa présidence serait en effet radicalement différente de celle d’Obama. Entre autres, il les a écoutés et a entendu ce qu’ils disaient.

Si les pays qui entourent l’Iran étaient en mesure de surveiller et de sécuriser leur propre région, alors il n’y aurait aucune raison pour que les États-Unis ou d’autres puissances étrangères extérieures continuent d’intervenir pour le faire à leur place.

Enchantés d’avoir trouvé un président qui voulait les aider à s’occuper de leurs propres problèmes, les Saoudiens attendaient avec impatience la visite de Trump pour l’accueillir publiquement et le remercier pour cela.

Les médias manquent toujours le vrai objectif du voyage saoudien de Trump

Au moment du voyage de M. Trump en Arabie saoudite, un média qui avait encore du mal à comprendre que ce personnage tape-à-l’œil était maintenant le président des États-Unis, a ri de façon désopilante des absurdes « séances de photos » de la « danse de l’épée » et de la « cérémonie du globe ».

Le président américain Donald Trump rejoint les danseurs avec des épées lors d’une cérémonie avant un banquet au Murabba Palace à Riyad le 20 mai 2017. (MANDEL NGAN / AFP via Getty Images)

Vous savez qui ne rit pas de cette danse de l’épée ou de cette cérémonie du globe de nos jours ? Daech, Abu Bakr al-Baghdadi, Qassam Soleimani, les mollahs iraniens, les Houthis, le Hezbollah et tous les groupes terroristes extrémistes de la région.

Ainsi, à ce jour, les grands médias ne comprennent toujours pas ce qui se passait sous leurs yeux. M. Trump écoute les habitants de la région, alors que tous les présidents précédents sont intervenus et leur ont dit ce qu’ils devaient faire.

Au lieu de cela, M. Trump les aborde sur un pied d’égalité et non comme leur patron. Il leur dit : « Dites-moi comment je peux vous aider. C’est vous qui commandez ici. C’est votre pays, votre région. Je suis un visiteur. Dites-moi ce que vous voulez que je fasse. »

L’approche de Trump à l’égard de l’Iran

Alors que Barack Obama a opté pour une politique d’apaisement de l’Iran et, par extension, de la puissance derrière l’Iran qu’est la Russie, M. Trump a dès le départ mené une politique diamétralement opposée.

La conclusion d’un accord avec l’Iran a été la véritable étoile polaire d’Obama pour sa présidence : presque toutes les mesures de politique étrangère qu’il a prises – ou qu’il a choisi de ne pas prendre – au cours de ses huit années au pouvoir ont été d’éviter de mettre en colère les dirigeants iraniens, Poutine à Moscou, Kim à Pyongyang, Assad à Damas ou Xi à Pékin.

Au début, d’autres ont regardé M. Obama. Ce qu’ils ont vu les a tellement troublés qu’ils ont finalement été amenés à s’organiser pour s’attaquer à ce qui leur semblait jusqu’alors un problème insurmontable. Le résultat de cette entreprise est la puissance militaire combinée de plus d’une dizaine de pays qui travaillent de concert pour assurer la police et la sécurité de leurs propres territoires : Le Conseil de coopération du Golfe.

Après une seule rencontre avec M. Obama en 2009, il était clair pour le roi saoudien Abdallah que le nouveau président américain n’allait pas aider à réduire les activités de l’Iran dans la région. En fait, M. Obama a clairement fait savoir qu’il avait l’intention de stimuler les efforts de l’Iran à l’étranger en lui injectant d’énormes sommes d’argent et en levant les sanctions.

C’est exactement ce que les pays voisins de l’Iran ne voulaient pas entendre. Si les États-Unis n’allaient pas seulement aider à freiner l’Iran, mais étaient sur le point de commencer à aider à la montée d’une hégémonie nucléaire iranienne dans la région, c’était à eux de faire quelque chose à ce sujet.

C’est ce qu’ils ont fait.

Lorsque M. Trump a remporté les élections de 2016, tout était prêt.

Et puis est venu le temps de la danse.

Brian Cates est un écrivain basé dans le sud du Texas et auteur de Nobody Asked For My Opinion … But Here It Is Anyway ! (Personne ne m’a demandé mon avis… Mais le voici quand même !).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ