Les États-Unis vont saisir les importations d’édulcorant chinois en raison de leur utilisation de la main-d’œuvre forcée

Par Cathy He
23 octobre 2020
Mis à jour: 23 octobre 2020

Le 20 octobre, le service américain des douanes et de la protection des frontières (CBP) a déclaré avoir trouvé des « preuves concluantes » qu’une entreprise chinoise avait eu recours au travail forcé pour produire de l’édulcorant de stévia et a ordonné aux ports américains de saisir toutes les cargaisons.

Après enquête, le CBP a déclaré qu’il avait déterminé que la société Inner Mongolia Hengzheng Group Baoanzhao Agriculture, Industry and Trade Co. (Baoanzhao) a eu recours au travail des condamnés, au travail forcé ou au travail sous contrat pour produire des extraits et des dérivés de stévia, a déclaré l’agence dans un communiqué le 20 octobre. Elle a ajouté que ces produits sont importés ou sont susceptibles d’être importés aux États-Unis. L’édulcorant de stévia est un extrait de la plante de stévia, utilisé dans les boissons gazeuses et d’autres aliments.

L’enquête a commencé après que l’agence a reçu un signalement en 2016 d’une organisation non gouvernementale, selon lequel la stévia produite par la société chinoise était fabriquée avec de la main-d’œuvre carcérale. Cette année-là, le CBP a émis une ordonnance de détention sur la stévia importée produite par Baoanzhao, ordonnance basée sur des « preuves raisonnables mais non concluantes » de travail forcé.

La décision du CBP, la première constatation de travail forcé de l’agence depuis 2006, donne instruction aux directeurs des ports américains de saisir toute cargaison et d’entamer une procédure de confiscation.

« La décision d’aujourd’hui indique aux importateurs américains qui ne parviennent pas à éliminer le travail forcé de leurs chaînes d’approvisionnement que leurs expéditions peuvent être saisies et confisquées », a déclaré Brenda Smith, commissaire adjointe du Bureau du commerce du CBP, dans un communiqué.

Un avis publié en septembre sur le site web du gouvernement chinois de Mongolie-intérieure suggère que Baoanzhao est une entreprise de travail forcé qui opère sous la juridiction de l’administration pénitentiaire de Mongolie-intérieure. L’entreprise a déclaré dans l’avis qu’elle « renforcerait le leadership absolu du Parti sur les entreprises carcérales ».

L’entreprise chinoise n’a pas pu être jointe pour offrir des commentaires.

En août, l’entreprise américaine Pure Circle USA a accepté de payer une amende de 575 000 dollars pour régler une enquête du CBP sur la question de savoir si elle avait importé de la stévia de Baoanzhao fabriquée par du travail forcé. Pure Circle n’a pas reconnu sa responsabilité à l’époque dans le cadre du règlement avec le CBP, mais a accepté de payer l’amende pour mettre fin à cette enquête coûteuse.

L’agence a intensifié ses enquêtes sur les importations soupçonnées d’être faites avec du travail forcé en Chine. Depuis septembre 2019, elle a émis neuf ordres de confiscation ou « Withhold Release Orders (WROs) » sur des produits en provenance de Chine.

En septembre, le CBP a émis cinq WROs sur du coton, des produits capillaires, des vêtements et d’autres produits fabriqués au Xinjiang, réprimant les « pratiques illicites, inhumaines et d’exploitation du travail forcé » du régime. Le régime a détenu plus d’un million de musulmans ouïghours et d’autres minorités musulmanes dans la région du nord-ouest.

En juin, le CBP a saisi 13 tonnes de produits capillaires humains d’une valeur de 800 000 dollars, soupçonnés d’avoir été fabriqués par le travail forcé dans la région du Xinjiang, en Chine. Les activistes et les chercheurs pensent que les cheveux provenaient de détenus musulmans ouïghours détenus dans le vaste réseau de camps d’internement de la région.

FOCUS SUR LA CHINE – Hunter Biden et ses relations secrètes avec des entreprises d’État chinoises

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ