Les États-Unis tombent dans 4 pièges tendus par le PCC dans les pourparlers entre les États-Unis et la Chine

Par Wang He
23 mars 2021
Mis à jour: 23 mars 2021

Anchorage, la plus grande ville d’Alaska, a enregistré une température aussi basse que -18 °C (près de 0 °F) en début de matinée. Un entretien de haut niveau de deux jours entre les États-Unis et la Chine vient de se terminer dans ce lieu glacial. L’intensité du hurlement des « guerriers loups » du Parti communiste chinois (PCC) et la faiblesse de l’intervention des États-Unis, en revanche, sont vraiment inquiétantes.

En bref, la partie américaine est tombée dans quatre pièges ingénieusement tendus par le PCC au cours des pourparlers.

Premièrement, la tenue de pourparlers de haut niveau entre les États-Unis et la Chine est en soi un piège du PCC.

Après l’investiture de M. Biden le 20 janvier, Antoine Blinken, le secrétaire d’État américain, s’est entretenu avec Yang Jiechi, membre du Politburo du PCC, et le président Joe Biden a parlé avec le dirigeant du PCC, Xi Jinping. À en juger par leurs déclarations publiques, chaque partie a adopté un ton différent. En fait, en ce qui concerne l’état actuel des relations entre les États-Unis et la Chine, c’est le PCC qui aurait supplié les États-Unis d’arrêter le découplage et les sanctions. Sans propositions (ou concessions) substantielles de la part du régime communiste, il n’aurait pas été nécessaire que les États-Unis organisent cette réunion. Avant que l’administration américaine n’ait une politique claire à l’égard du PCC, elle a en fait « invité » le PCC à venir aux discussions, tombant ainsi dans le « piège du dialogue » mis en place par le PCC.

Lors de la conférence de presse qui a suivi, le haut diplomate chinois Yang Jiechi a déclaré que les discussions entre la Chine et les États-Unis étaient franches, constructives et bénéfiques. « Mais, bien sûr, il y a encore des différences entre les deux parties », a-t-il affirmé.

« Nous sommes venus à la réunion avec l’espoir que les deux parties puissent améliorer la communication et le dialogue sur différents fronts. Les deux parties devraient suivre la politique de ‘non-conflit’ pour guider notre chemin vers une trajectoire saine et stable allant de l’avant », a-t-il ajouté.

Deuxièmement, Yang Jiechi a enfreint le protocole diplomatique en parlant pendant 16 minutes, soit 8 fois plus longtemps que d’habitude, et son discours était manifestement écrit. En particulier, Yang Jiechi a déclaré dans son discours : « Je ne pense pas que l’écrasante majorité des pays du monde reconnaissent les valeurs universelles défendues par les États-Unis ou que le point de vue des États-Unis puisse représenter l’opinion publique internationale. » Cela indique clairement qu’à l’avenir, le PCC ne respectera plus les règles établies par les États-Unis.

Il s’agit d’une provocation très grave. La sénatrice américaine Marsha Blackburn a dit à Epoch Times dans un courriel : « Tout comme la délégation chinoise a refusé de se conformer aux règles convenues lors de la réunion, Pékin refuse de se conformer à l’ordre international fondé sur des règles. »

La partie américaine, cependant, s’est assise docilement et a écouté jusqu’à la fin. Le commentateur conservateur américain Jack Posobiec a tweeté : « Le geste évident serait que messieurs Blinken et Sullivan prennent la défense des États-Unis et expulsent la délégation du PCC après avoir été méprisés. Mais ils ne le font pas. Ils vont y retourner demain pour perdre encore plus la face. Difficile de dire comment ils pourraient être encore plus mauvais dans ce domaine. »

Troisièmement, Yang Jiechi a tracé une « ligne rouge » pour le côté américain, et non l’inverse.

Selon un article du quotidien économique Nikkei Asia, Yang Jiechi a tout d’abord déclaré que « les États-Unis n’ont pas la qualification nécessaire pour dire qu’ils veulent parler à la Chine en position de force ».

Yang Jiechi a ajouté que la « direction du PCC et le système politique de la Chine sont soutenus de tout cœur par le peuple chinois, et que toute tentative de changer le système social de la Chine sera futile », selon un communiqué de presse publié le 19 mars sur le site de l’ambassade du PCC aux États-Unis.

Dans son long discours, M. Yang a également évoqué une série de questions relatives à la sécurité et aux droits de l’homme que les États-Unis ont soulevées avec la partie chinoise, notamment la persécution des Ouïghours par le PCC, sa répression à Hong Kong, sa coercition économique à l’égard de ses alliés, ses cyberattaques contre les États-Unis et ses actes d’agression contre Taïwan. Yang Jiechi a déclaré qu’il s’agissait d’affaires internes à la Chine et que le régime communiste « s’oppose fermement à l’ingérence des États-Unis ». Selon Yang Jiechi, « ce que les États-Unis devraient faire, c’est […] s’occuper de leurs propres affaires […] plutôt que de faire des remarques irresponsables sur les droits de l’homme et la démocratie en Chine ».

Pour résumer le sens de Yang Jiechi en une phrase, c’est ce qu’il a dit dans son discours d’ouverture : « Il n’y a aucun moyen d’étrangler la Chine. » Cela implique que le PCC n’a pas peur d’affronter les États-Unis et utilise la confrontation comme un moyen pour dissuader la partie américaine de battre en retraite sans combattre.

Le quatrième piège réside dans l’intention de la partie américaine de chercher à coopérer avec le PCC, même face à une confrontation aussi féroce. Après les entretiens, M. Blinken a évoqué lors d’une conférence de presse des domaines très spécifiques dans lesquels les États-Unis et la Chine pourraient coopérer.

« Mais nous avons également été en mesure d’avoir une conversation très franche pendant ces nombreuses heures sur un ordre du jour très vaste. Sur l’Iran, sur la Corée du Nord, sur l’Afghanistan, sur le climat, nos intérêts se recoupent », a-t-il déclaré.

En outre, les responsables de l’administration Biden ont déclaré qu’ils étaient ouverts à l’assouplissement de certaines des restrictions en matière de visas imposées aux citoyens chinois sous l’administration de Donald Trump. En agissant ainsi, la partie américaine a échangé sa position offensive avec le PCC et a volontairement renoncé à son avantage.

En bref, le Parti communiste chinois est plus rusé et maléfique que la plupart des gens peuvent l’imaginer. Ce cycle de négociations était une façon pour le PCC de tâter le terrain, et il a maintenant une idée claire des intentions des États-Unis. On s’attend à ce qu’ils appliquent des tactiques de plus en plus dures, étape par étape, en ciblant Taïwan, après en avoir fini avec Hong Kong.

Bien sûr, il y a aussi des personnes perspicaces aux États-Unis, comme l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo. Il a apparemment été le premier à faire le bilan de la rencontre entre les États-Unis et la Chine en Alaska, écrivant sur Twitter : « La force dissuade les méchants, la faiblesse ne fait qu’inviter à la guerre. »

La partie américaine a une bonne main, mais elle n’arrive pas à la jouer efficacement. Quel est le problème ? Les responsables politiques américains doivent d’abord reconnaître la nature maléfique du régime communiste chinois et se connaître eux-mêmes ainsi que leurs adversaires afin de gagner.

L’auteur et expert de la Chine Gordon Chang a écrit sur Twitter : « Yang Jiechi, dans son discours d’ouverture en Alaska, a déclaré : ‘Il n’y a aucun moyen d’étrangler la Chine.’ Eh bien, en fait, il y en a un, et Pékin, avec sa conduite de plus en plus dangereuse, ne laissera pas d’autre choix au monde que de le faire. »

Espérons que la voix de M. Chang sera entendue au niveau de l’élaboration de la politique américaine.

Wang He est titulaire de maîtrises en droit et en histoire, et a étudié le mouvement communiste international. Il a été professeur d’université et cadre d’une grande entreprise privée en Chine. Wang vit désormais en Amérique du Nord et publie des commentaires sur l’actualité et la politique de la Chine depuis 2017.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ