États-Unis : Un conseiller municipal propose d’utiliser un bateau de croisière pour loger jusqu’à 1000 personnes sans-abri dans la baie de San-Francisco

Par Louise Bevan
7 janvier 2020 Mis à jour: 7 janvier 2020

En réponse à une augmentation du nombre de sans-abri et à une pénurie de logements abordables dans la région de la baie de San Francisco, un fonctionnaire de la ville d’Oakland a proposé une solution créative : utiliser un bateau de croisière pour héberger d’urgence jusqu’à 1 000 membres de la population sans-abri de la ville.

Le 10 décembre 2019, la présidente du conseil municipal d’Oakland, Rebecca Kaplan, a évoqué la possibilité de faire entrer un navire dans le port d’Oakland à cette fin. À titre de comparaison, Rebecca Kaplan a cité le Queen Mary, un navire des années 1930 qui se trouve à Long Beach, en Californie, et qui est exploité comme un hôtel flottant.

« Cela pourrait être un excellent moyen de loger rapidement beaucoup de gens », a déclaré Rebecca Kaplan au San Francisco Chronicle. « Des bateaux de croisière ont été utilisés pour des logements d’urgence après des catastrophes naturelles et pour des logements supplémentaires pour des choses comme les Jeux olympiques. »

La proposition de Kaplan a toutefois suscité des dissensions de la part des responsables du port d’Oakland.

« Nous respectons le désir de la présidente Rebecca Kaplan de s’attaquer au problème des sans-abri », a déclaré le porte-parole du port, Mike Zampa, « mais les quais du port d’Oakland sont conçus pour accueillir des cargos ; il n’y a pas d’infrastructure pour faire accoster un bateau de croisière. »

Le port d’Oakland, qui est l’un des dix ports les plus actifs des États-Unis, est réglementé par le gouvernement fédéral, et des problèmes de sécurité « rendraient l’utilisation résidentielle inacceptable », explique M. Zampa, qui ajoute : « Comment raccorder le bateau de croisière aux services publics ? Vous ne pouvez pas laisser du personnel non autorisé faire des allées et venues dans les terminaux maritimes […] vous avez besoin d’un badge pour entrer et sortir. »

En plus des responsables du port, la directrice générale du groupe de défense des sans-abri EveryOne Home du comté d’Alameda, Elaine de Coligny, a exprimé son inquiétude quant au coût du projet proposé.

« Je pense que nous sommes tous désespérés par la misère des gens qui vivent à l’extérieur », a déclaré Mme de Coligny à CBS. « J’apprécie la créativité, mais j’ai beaucoup de questions. »

Rebecca Kaplan a l’intention de soumettre une proposition « sans frais ou à faible coût » à la ville d’Oakland en janvier 2020, en se basant sur le principe que le loyer mensuel de 1 000 locataires évalué en fonction du revenu réduirait les frais et que la ville ne serait pas responsable de l’achat du bateau de croisière.

« Mon but n’est pas que nous achetions le navire », a expliqué Mme Kaplan à CBS, « mais plutôt que les exploitants de navires négocient un contrat pour un quai, et qu’ensuite les gens paient sur une base dégressive pour y rester. »

Il y a aussi la possibilité, a ajouté Mme Kaplan, d’examiner d’autres quais au-delà du port d’Oakland.

Si la proposition de Rebecca Kaplan se concrétise, ce ne serait pas la première fois que des bateaux de croisière sont utilisés pour fournir un abri d’urgence à des personnes dans le besoin. Au lendemain de la catastrophe naturelle de 2005, l’ouragan Katrina, un certain nombre de navires de croisière ont été mis en service et leurs cabines ont été offertes aux personnes qui avaient été déplacées de leurs foyers.

Selon le recensement et l’enquête sur la crise de l’itinérance à Oakland, le nombre des sans-abris a presque doublé en quatre ans, passant de 2 191 en 2015 à 4 071 en 2019.

Des dizaines de sans-abri font la queue pour un repas gratuit à l’église St. Anthony’s le 6 décembre 2002 à San Francisco, en Californie. (©Getty Images | Justin Sullivan)

Rebecca Kaplan croit fermement que plus de 4 000 sans-abri dormant dans les rues d’Oakland constituent un désastre qui mérite une solution drastique. « S’ils peuvent être utilisés à la fois par les touristes en croisière et par d’autres villes comme logement d’urgence, notre urgence en matière de logement n’en est certainement pas moins importante », a déclaré Mme Kaplan, selon ABC 7.

« Certaines personnes avec des bateaux de croisière m’ont contacté à la suite de la discussion », a-t-elle ajouté, « alors maintenant nous regardons ce qu’il faudrait faire pour que cela devienne une réalité. »

RECOMMANDÉ