États-Unis – Un hôpital confirme la source d’une infection qui a tué 3 nourrissons et rendu malades 5 autres bébés

Par Victor Westerkamp
13 novembre 2019 Mis à jour: 13 novembre 2019

Un hôpital de Pennsylvanie, où trois nouveau-nés prématurés sont morts après avoir bu du lait maternel de donneuses, a confirmé la source de l’infection.

Trois nourrissons sont morts et cinq autres ont été malades à l’Unité de soins intensifs néonatale (USIN) du Centre médical Geisinger à Danville, après que les bébés ont été exposés à la bactérie Pseudomonas qui « provenait du processus que nous utilisions pour préparer le lait maternel », a confirmé vendredi l’hôpital.

« Notre équipe de contrôle des infections a retracé la bactérie jusqu’à l’équipement utilisé pour quantifier le lait maternel des donneuses, qui aide les prématurés à combler leurs besoins nutritionnels. Depuis le 30 septembre, nous avons modifié ce processus et nous utilisons du matériel à usage unique pour mesurer et administrer le lait maternel des donneuses », a déclaré Edward Hartle, vice-président et directeur médical de Geisinger.

La déclaration indiquait que l’hôpital n’avait pas de politique en place pour le nettoyage de l’équipement utilisé pour quantifier le lait maternel des donneuses et qu’il avait depuis rédigé une nouvelle politique.

Edward Hartle ajoute que l’USIN n’a pas eu de nouveaux cas de bébés qui sont tombés malades à cause de la bactérie depuis la mise en place de leur nouvelle politique.

(esudroff/Pixabay)

Il a ajouté que la bactérie, présente dans l’environnement, ne pose un risque pour la santé que pour les patients « extrêmement fragiles ».

Toutes les victimes sont nées prématurément, 7 des 8 bébés infectés étant nés à moins de 26 semaines de gestation, et le huitième à moins de 27 semaines, selon l’hôpital. Une grossesse normale dure environ 40 semaines.

Les responsables de Geisinger ont déclaré qu’ils avaient pris conscience pour la première fois au début du mois d’août de la flambée inhabituelle des infections. En octobre, l’hôpital a annoncé que 3 des 8 bébés infectés étaient décédés à l’Unité de soins intensifs néonatale. Deux des nourrissons sont encore traités pour l’infection bactérienne, a rapporté la station de télévision WNEP.

Edward Hartle s’est excusé auprès des familles des enfants décédés.

« Nous aimerions présenter nos sincères excuses aux familles qui ont été touchées par cet incident. Nous savons que le public nous oblige à respecter les normes les plus élevées, et nous continuerons de nous efforcer de répondre à ces attentes comme nous l’avons fait tout au long de notre histoire, en améliorant constamment ce que nous faisons et comment nous le faisons. »

(fancycrave1/Pixabay)

Cependant, les parents du dernier nouveau-né décédé à l’USIN ont intenté une poursuite le mois dernier, alléguant que les responsables de l’hôpital n’avaient pas protégé leur fils contre une infection bactérienne mortelle qui avait déjà tué deux autres prématurés.

Abel Cepeda avait cinq jours lorsqu’il est décédé à l’hôpital le 30 septembre. Il était le troisième enfant prématuré en deux mois à mourir d’une infection causée par la bactérie Pseudomonas, et le huitième à être infecté. Par la suite, l’hôpital Geisinger a commencé à détourner les nourrissons très prématurés vers d’autres établissements afin d’identifier la source de l’éclosion du problème.

« Ce qui s’est passé ici est le pire cauchemar de tous les parents », a déclaré Matt Casey, qui a intenté un procès au nom des parents d’Abel, Luis Cepeda et Zuleyka Rodriguez.

Le procès a déclaré que l’hôpital avait « délibérément caché » la crise aux parents, accusant l’hôpital Geisinger de faire passer ses « intérêts financiers et de réputation » avant la santé de ses patients les plus fragiles.

« Il ne fait aucun doute que l’exposition d’Abel Cepeda aux Pseudomonas et la mort qui en a résulté auraient été facilement évitées si l’on avait respecté certaines des normes de soins les plus élémentaires et les plus fondamentales », a déclaré Matt Casey.

Il a ajouté que la récente déclaration de l’hôpital n’était pas satisfaisante.

« Nous savons déjà qu’il y a eu une décision consciente dès le mois d’août de dissimuler l’existence d’une tendance infectieuse mortelle et une décision consciente et connexe d’admettre des bébés prématurés à cette Unité de soins intensifs néonatale malgré cette connaissance », a-t-il déclaré.

RECOMMANDÉ