États-Unis : un hôtel de Phoenix héberge des patients sans-abri atteints du virus du PCC, voici comment cela fonctionne

Par CNN
14 juillet 2020
Mis à jour: 14 juillet 2020

David Lindstrom a 58 ans, est sans domicile fixe et a contracté le Covid-19.

« Ce n’est pas une partie de plaisir. On a l’impression de s’être fait écraser par un camion », a déclaré David à propos du virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus. « Votre corps entier vous fait mal. Juste sortir du lit pour aller aux toilettes, c’est un effort. »

Mais David Lindstrom a un lit et une salle de bain, et il est mis en quarantaine et soigné dans un hôtel du centre-ville de Phoenix grâce à la coopération entre le comté de Maricopa et Circle the City, une association de soins de santé pour les sans-abri.

(Illustration – ND700/Shutterstock)

Dans tout le pays, les villes et les comtés se débattent pour savoir comment faire face à la propagation du virus du PCC parmi les sans-abri, une population particulièrement vulnérable. Selon les experts de la santé, ces personnes sont souvent incapables de se protéger par les mesures les plus simples, comme se laver les mains, et elles ont rarement accès à des soins de santé de qualité.

Circle the City dispose de 136 chambres au Phoenix Inn pour un programme qui a été approuvé par le conseil municipal le 6 mai dernier. David fait partie de la centaine de sans-abri atteints du Covid-19 qui ont bénéficié du programme jusqu’à présent, selon Michelle Smith, infirmière diplômée de l’auberge.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Une fois qu’un sans-abri est diagnostiqué porteur du virus, il peut choisir d’être mis en quarantaine à l’auberge, où il dispose d’une chambre privée avec un grand lit, d’une télévision, d’un téléphone et d’une salle de bain. S’il a besoin d’air frais, il peut sortir s’oxygéner le long d’une allée en plein air.

Une infirmière s’occupe des patients deux fois par jour, selon M. Smith, et l’auberge est gardée toute la nuit.

(Illustration – Myriam B/Shutterstock)

« J’ai traversé la bataille probablement la plus difficile de ma vie », a déclaré Thomas Salts, 53 ans, en parlant de son infection par le virus après avoir perdu sa voiture dans un accident qui lui a fait perdre son emploi. « J’étais un peu dépassé au début. »

Ensuite, on l’a mis lui aussi dans une chambre.

« Ce qui est bien, c’est que même si j’étais enfermé en quarantaine, j’étais dans cette chambre, et ils ont pris grand soin de moi », a déclaré M. Salts. « Ils sont allés au-delà de ce qu’un simple être humain ferait pour quelqu’un d’autre. Je ne peux les remercier assez. »

Les patients reçoivent trois repas par jour, fournis par l’association à but non lucratif Community Bridges Inc. (CBI), et des collations et des boissons supplémentaires sont disponibles sur simple appel téléphonique.

Les prestataires de soins de santé – un médecin, une infirmière praticienne ou un assistant du médecin – font la tournée une fois par jour pour « voir s’ils doivent prescrire des médicaments, s’il y a des problèmes sérieux dont ils doivent être informés », a déclaré M. Smith.

Si un patient a une urgence médicale, il est transporté au service d’urgence le plus proche. « Nous avons vu le niveau d’oxygène de quelqu’un chuter à un niveau dangereux, ce qui est l’un des plus gros problèmes avec le Covid, alors nous l’avons envoyé immédiatement », a déclaré récemment M. Smith.

Une « montagne russe avec le coronavirus »

Phoenix, avec une population estimée à 7 419 personnes, se classe parmi les dix premières villes du pays en termes de nombre de sans-abri, selon Statista, qui a utilisé les données de la fin 2019 du ministère du Logement et du Développement urbain des États-Unis. Environ 70 % du nombre total de sans-abri de l’État de l’Arizona se trouvent dans le comté de Maricopa, selon les données du Conseil interagences des États-Unis sur les sans-abri et les comptages ponctuels du comté.

Certaines villes, dont Phoenix, ont ouvert des chambres d’hôtel aux personnes les plus vulnérables – les personnes âgées et celles qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents. La prise en charge des personnes dont le test est positif constitue un autre défi.

(Illustration – Gorodenkoff/Shutterstock)

« Ça a été la ‘montagne russe du coronavirus’, comme quelqu’un a appelé cette pandémie l’autre jour », a déclaré Lisa Glow, PDG de Central Arizona Shelter Services (CASS). « Vous ne pouvez même pas imaginer les défis (que nous avons) en tant qu’abri de masse. »

Alors que le Phoenix Inn ouvrait ses portes aux patients sans-abri, le nombre de cas de Covid-19 dans la ville et l’État explosait. Ce mardi, l’Arizona compte plus de 108 000 cas, dont environ 65 000 dans le comté de Maricopa. C’est près de onze fois les 9 945 cas qu’elle avait il y a deux mois et quatre fois les 25 614 cas qu’elle avait il y a un mois.

Le comté de Maricopa se classe désormais au quatrième rang national pour le nombre de cas confirmés par comté au 7 juillet, derrière les comtés de Los Angeles, Cook et Queens, selon l’université Johns Hopkins.

« Ce n’est pas une tâche facile que de protéger les gens contre le Covid », a déclaré Mme Glow. « Je dirais que nous avons probablement eu environ 45 cas positifs sur les milliers que nous avons servis et qui sont passés par le refuge. » Cependant, tout le monde n’a pas été testé.

Les patients qui vivent au Phoenix Inn sont amenés par le système de réseautage communautaire depuis les refuges de la ville, ou depuis les hôpitaux dont ils ont reçu leur congé. Au refuge pour adultes sans-abri du CASS, des tests « éclair » hebdomadaires sont effectués, tous les résidents sont testés et tout résultat positif est envoyé au Phoenix Inn pour être isolé, a déclaré Mme Glow.

(Illustration – Gregory E. Clifford/Shutterstock)

Pour les sans-abri dont le test est positif mais qui préfèrent rester dans la rue, Circle the City offre un « abri sur place », un sac contenant une tente, deux semaines de nourriture, de l’eau, des masques et d’autres fournitures hygiéniques, a déclaré Marty Hames, agente de liaison avec la communauté de l’association à but non lucratif.

Circle the City offre également des « kits de gentillesse » aux sans-abri qui vivent dans la rue. Ces kits comprennent des masques et d’autres articles d’hygiène.

(Illustration – mikeledray/Shutterstock)

Comme de plus en plus de personnes perdent leur emploi en raison de la crise économique provoquée par la pandémie, le nombre de sans-abri ne peut qu’augmenter, selon les travailleurs sociaux.

« Nous voyons des gens se faire expulser [de leur logement] », a déclaré Mme Glow. « Comme les gens perdent leur emploi et qu’ils sont mis à la rue, nous allons voir plus de sans-abri. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ