Ethiopie: l’armée tue 42 hommes armés soupçonnés de massacre (autorités)

Par Epoch Times avec AFP
24 décembre 2020
Mis à jour: 24 décembre 2020

L’armée éthiopienne a tué 42 hommes armés accusés d’avoir participé au massacre mercredi d’une centaine de personnes dans la région du Benishangul-Gumuz, frontalière du Soudan, ont annoncé jeudi les autorités régionales, tandis que le Premier ministre a évoqué une « tragédie ».

Selon la Commission éthiopienne des droits de l’Homme (EHRC), un organisme public indépendant, un groupe armé a attaqué mercredi à l’aube des habitants de Bekuji Kebele, dans la zone administrative de Metekel, tuant « plus de 100 personnes », faisant des dizaines de blessés, détruisant des habitations et incendiant les récoltes.

Facteurs ethniques

Cette attaque est la dernière en date d’une série meurtrière ces derniers mois dans la zone de Metekel, où vivent des habitants des ethnies oromo, amhara – les deux plus nombreuses du pays – et shinasha. Selon des dirigeants de l’opposition, ces attaques sont menées par des membres de l’ethnie gumuz et motivées par des facteurs ethniques.

L’armée fédérale éthiopienne « a tué 42 membres des forces opposées à la paix qui ont attaqué des civils hier (mercredi) dans la localité de Bekuji Kebele » et saisi « des armes à feu et des flèches », indique le gouvernement régional de Benishangul-Gumuz dans un communiqué.

Des femmes, vêtues de vêtements traditionnels, chantent et défilent lors de la célébration d’Irreechaa, la fête de Thanksgiving du peuple Oromo, à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 3 octobre 2020. Photo par Eduardo Soteras / AFP via Getty Images.

Il n’a pas précisé qui sont ces « forces opposées à la paix » dont les contours restent flous. Le Premier ministre Ahmed Abiy avait attribué en octobre ces violences à des combattants venus de l’Etat voisin soudanais du Nil-Bleu, où ils sont « armés et entraînés » et appelé Khartoum à régler le problème.

M. Abiy a qualifié jeudi la nouvelle tuerie dans la zone de Metekel de « tragédie ».

Diviser l’Ethiopie

Il a affirmé qu’elle avait pour objectif « d’éparpiller l’importante force » envoyée depuis le 4 novembre contre les autorités de la région septentrionale du Tigré, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) et qui défiaient le pouvoir fédéral depuis plusieurs mois, un conflit a priori sans rapport avec les violences dans le Benishangul-Gumuz.

– Abiy Ahmed a déclaré le 30 novembre 2020 que les dirigeants dissidents de la région de Tigray avaient fui à l’ouest de la capitale régionale après des semaines de combats. Photo Amanuel Sileshi /AFP via Getty Images.

M. Abiy a assuré qu’une « force conjointe (forces fédérales et régionales, ndlr) avait été déployée pour résoudre le problème à la source » dans la zone de Metekel, sans autre détail, sans préciser notamment quand cette force y avait été envoyée.

Jeudi, l’EHRC a indiqué que l’attaque de mercredi – qui a duré huit heures, selon elle – avait été lancée au lendemain du départ « de contingents de l’armée fédérale auparavant positionnés dans les environs ».

M. Abiy s’était rendu mardi dans la zone de Metekel, où il a rencontré des habitants et des responsables. « Le désir de nos ennemis de diviser l’Ethiopie selon des critères ethniques et religieux existe toujours », a-t-il tweeté à cette occasion.

Nouvel Horizon – Un expert en sécurité électorale dévoile tout

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ