Être parent de ses parents vieillissants alors qu’ils ne veulent pas d’aide

Privilégiez le maintien de la relation de confiance que vous avez avec vos parents et la qualité de votre relation dans les dernières années de leur vie
Par Judith Graham
11 janvier 2020 Mis à jour: 13 janvier 2020

Rien à faire, la mère de David Solie, Carol, 89 ans, était inflexible. « Non, je ne déménagerai pas », a-t-elle dit à son fils lorsqu’il lui a suggéré de s’installer dans une résidence pour personnes âgées.

Bien que Carol souffre de coronaropathie, d’ostéoporose grave, de fractures par compression de la colonne vertébrale et d’un équilibre chancelant, elle ne voulait pas d’aide. Lorsque David a fait appel à du personnel de soutien après une mauvaise chute et une chirurgie subséquente, sa mère les a congédiés en quelques jours.

« Dans son esprit, elle considérait que c’était honteux d’avoir des gens chez elle pour l’aider », a dit David. « Depuis plus de 50 ans c’est son domaine, un endroit où elle a toujours tout fait toute seule et à sa façon. »

Il n’est pas rare que des conflits de tous genres menacent les relations entre les parents vieillissants et leurs enfants adultes, malgré que ce soit précisément à ce moment de leur vie que la compréhension et le soutien de leurs enfants sont les plus nécessaires. Au lieu de cela, les familles se retrouvent en conflit et déchirées par le ressentiment et la détresse.

À l’époque, David s’était tellement énervé qu’il a envisagé aller en cour et demander une mise sous tutelle – un arrangement juridique qui lui aurait permis de contrôler les affaires de sa mère. (Toutefois, la situation familiale était compliquée parce que le frère de David, qui est atteint de trisomie 21, vivait dans la maison des parents.) Et l’avocat avait également indiqué à David que cette façon de procéder détruirait sa relation avec sa mère.

Aujourd’hui, David Solie, consultant en soins de santé et rédacteur d’un blog très respecté sur le vieillissement, replonge dans le sujet lorsqu’il rencontre des enfants adultes qui s’occupent de leurs parents. Selon lui, le plus important est de préserver la confiance et de protéger la relation avec ses parents – et non pas d’avoir raison. Ce dont les parents ont le plus besoin est d’avoir la certitude que leurs enfants les écouteront, qu’ils prendront leurs préoccupations au sérieux et qu’ils resteront à leurs côtés quoi qu’il arrive, a-t-il dit.

La manière dont les enfants adultes communiquent avec leurs parents peut grandement contribuer à apaiser les tensions, explique M. Solie. Lorsqu’il y a un problème, au lieu de dicter quoi faire à son parent, il est préférable de lui demander son avis. Demandez à vos parents leurs préférences et reconnaissez la valeur de leurs suggestions. Donnez-leur des choix dans la mesure du possible. Soyez à l’écoute des besoins qu’ils n’expriment pas et de leurs craintes.

Lorsque le Dr Lee Lindquist, chef de la gériatrie à l’École de médecine Feinberg de l’Université Northwestern, a demandé à 68 personnes âgées dans huit groupes de discussion pourquoi elles étaient résistantes à recevoir de l’aide, les réponses ont varié. Certaines ont affirmé avoir peur de perdre leur autonomie, d’autres de devenir un fardeau pour leurs proches, d’être exploitées ou de perdre le contrôle de leur vie.

Lorsqu’on leur a demandé ce qui pourrait remédier à la situation, les personnes âgées ont affirmé aimer l’idée de « l’interdépendance » – c’est-à-dire de reconnaître que nous avons besoin les uns des autres, de l’enfance jusqu’à un âge plus avancé, et qu’ « en acceptant de l’aide, elles aidaient à leur tour la personne qui les aidait », a rapporté une étude du Dr Lindquist, publiée l’année dernière dans le Journal of the American Geriatrics Society.

Bien que dans certaines circonstances plus difficiles, la patience, la compassion et l’indulgence ne suffisent pas, les experts recommande ce qui suit :

Être patient

Donnez à vos parents le temps de s’adapter. Au début, la mère de Jane Wolf Frances, Lillian Wolf, 87 ans, n’envisageait pas de déménager avec le père de Jane de New York à la région de Los Angeles où Jane, leur unique enfant, vivait.

Même si Lillian avait la maladie d’Alzheimer et que Jane avait prévu donner sa maison d’un étage à ses parents, « je m’en suis remise à la crainte de ma mère de perdre quelque chose d’essentiel », dit-elle.

Au cours de ses trois années de soins, Jane avait appris à ne pas presser ses parents. Elle savait qu’ils avaient ralenti et qu’ils avaient besoin de temps pour faire face au changement.

Jane a donc attendu que l’aide soignante à domicile de ses parents l’appelle pour s’inquiéter de leur capacité à vivre de façon autonome. Après avoir discuté de la situation avec leur médecin, Jane s’est de nouveau adressée à sa mère. Selon elle, une transition vers une maison d’hébergement serait un nouveau départ, qui permettrait à la famille de passer plus de temps ensemble. Après plusieurs conversations, sa mère a finalement accepté.

Jane, psychologue, est l’auteure de l’ouvrage récent Parenting Our Parents : Transforming the Challenge Into a Journey of Love [Être parent de nos parents : transformer le défi en un périple d’amour (ndt)] et est la fondatrice de www.parentingourparents.org. Cette dernière recommande aux familles de rester calme lorsque des désaccords surgissent avec ses parents âgés et d’atténuer ses réactions émotionnelles. Il est préférable d’écouter attentivement les préoccupations de ses parents et de leur faire savoir que vous essayez de les aider à atteindre leurs objectifs, et non d’imposer votre programme.

Il est souvent utile de dire à ses parents : « Je fais cela pour toi, j’aimerais que tu fasses quelque chose pour moi », affirme Jane. Les bons parents se réjouissent de cela et demandent : « OK, que puis-je faire pour toi ? Ensuite, vous pourrez leur dire : ‘Vous pouvez me laisser vous aider davantage.’ »

Faites-leur sentir que vous êtes de leur côté

Denise Brown était convaincue que ses parents, Roger et Sally Loeffler, prenaient une terrible décision. L’année précédente, Roger, 84 ans, avait été diagnostiqué d’un cancer de la vessie et de la prostate et avait subi une importante chirurgie. Sally, 81 ans, avait souffert de trois hémorragies internes et avait subi une ablation du tiers de l’estomac.

Denise Brown (au centre) avec son frère et sa sœur ainsi que ses parents, Sally et Roger Loeffler (Avec l’aimable autorisation de Denise Brown)

Denise était convaincue qu’ils ne pouvaient plus vivre seuls et, sur sa recommandation, ses parents avaient déménagé dans une communauté de retraite. Mais ensuite, lors d’une réunion de famille, sa mère s’est levée et a dit : « Je ne vais pas mourir dans ce dépotoir. Je déteste cet endroit. » Et lorsque Denise et ses frères et sœurs se sont tournés vers leur père, ce dernier a conclu : « Je ferai tout ce que votre mère veut. »

Cela a confronté Denise lorsque ses parents ont décidé de déménager dans un appartement. J’ai élevé la voix et j’ai dit : « Ce n’est pas une bonne décision, c’est terrible », a-t-elle dit. « Ils étaient bouleversés, mais ils ont dit : ‘Peu importe, c’est ce qu’on va faire.’ »

En réfléchissant à sa réaction, Denise a réalisé qu’elle pensait que ses parents seraient plus en sécurité et qu’ils auraient une mort plus « douce » dans le centre pour retraités. « Puis j’ai réalisé que ce n’était pas ce que mes parents voulaient. Ils tenaient à leur indépendance. C’est à eux de décider de leur fin de vie. »

Denise Brown a fait savoir à ses parents qu’elle respecterait leurs souhaits mais qu’elle devrait fixer des limites. Son travail – Denise est la fondatrice de www.CareGiving.com – devait rester sa priorité, et ses parents allaient devoir prendre les dispositions requises pour recevoir du soutien si elle n’était pas disponible. (Les deux frères et la sœur de Denise aident également.) Et ils devaient être prêts à discuter ouvertement de la façon dont leurs choix l’affectent.

À éviter : Essayer de communiquer lorsque l’un des interlocuteurs est fatigué ou en colère. « On n’arrive jamais à rien », exprime Denise. « Tout le monde se met sur la défensive et se ferme. »

Ce qui fonctionne : « En leur posant des questions telles que : ‘Comment pensez-vous que nous devrions essayer de résoudre ce problème ?’ C’est intéressant d’entendre leurs réponses, et ça rend le travail ensemble beaucoup plus facile. »

Comprendre que ses parents changeront

Après la mort de son père, Loi Eberle a été bouleversée lorsque sa mère, Lucille Miller, s’est fiancée avec un homme qu’elle et ses frères et sœurs n’aimaient pas. Avec l’encouragement de cet homme, Lucille a investi dans l’immobilier et a perdu beaucoup d’argent.

Mais rien de ce que Loi ou ses frères et sœurs ont dit n’a pu convaincre sa mère que cette relation était destructrice.

Loi a dû faire face à du ressentiment et de la colère alors que les besoins de sa mère s’intensifiaient après une crise cardiaque et un diagnostic de myasthénie sévère, une maladie neurologique grave. « Toute ma vie, Maman et moi avons eu cette relation d’amour/haine, et cette relation avait un énorme besoin d’être guérie », a-t-elle dit.

Loi Eberle et sa mère, Lucille Miller, en 2012 (Avec l’aimable autorisation de Loi Eberle)

En 2012, Loi a transféré Lucille, alors âgée de 89 ans, de sa maison de longue date à Minneapolis à une maison où elle pouvait recevoir des soins infirmiers dans le nord de l’Idaho, près de l’endroit où vit Loi. Peu à peu, elle a réalisé que sa mère « avait changé et était devenue une autre personne » – une personne vulnérable et en fin de vie.

« Je pense que pendant longtemps, j’ai eu l’idée d’aider Maman à redevenir ce qu’elle était, et j’ai passé beaucoup de temps à essayer de le faire », a dit Loi. « J’ai finalement dû me pardonner mon échec et comprendre que c’est le processus de la vie. »

Avec ce changement de perspective, la tension émotionnelle s’est dissipée. « Quand je la visitais, ma mère était toujours si heureuse de me voir », relate Loi. Lucille est décédée en mars 2017 à l’âge de 94 ans.

Laisser tomber les attentes irréalistes

Il s’agit de la dernière étape de votre cheminement de vie avec vos parents. Pour votre bien-être et celui de vos parents, essayez de mettre de côté votre angoisse et de donner un sens à cette période. Par-dessus tout, vos parents veulent se sentir émotionnellement connectés à leur famille et acceptés, même dans un état de faiblesse.

Judith Graham est chroniqueuse pour Kaiser Health News (KHN), qui a publié cet article pour la première fois. La couverture de ces sujets par KHN est soutenue par la Fondation John A. Hartford, la Fondation Gordon et Betty Moore et la Fondation SCAN.

RECOMMANDÉ