Une étude britannique révèle que le confinement pourrait tuer encore plus, alors que des milliers de professionnels de la santé soutiennent une approche alternative

Par Lily Zhou
12 octobre 2020
Mis à jour: 12 octobre 2020

Les fermetures d’écoles et l’isolement des jeunes augmentent le nombre total de décès causés par la pandémie du virus du PCC, selon une étude britannique.

Le 7 octobre, le BMJ, une revue médicale britannique, a publié un article de recherche de l’université d’Édimbourg sur l’effet de la fermeture des écoles sur la mortalité causée par le Covid-19.

L’étude a été réalisée alors que des milliers de médecins et de scientifiques de la santé publique ont signé une déclaration plaidant pour une approche de « protection ciblée » au lieu de mesures de confinement généralisées.

Les interventions britanniques « ont eu peu d’effet sur les décès » dus au virus du PCC

Les recherches menées par l’université d’Édimbourg ont comparé les résultats de deux scénarios différents pour atténuer les décès dus au virus du PCC, en utilisant les données disponibles en mars et un modèle développé par l’Imperial College de Londres.

« La réponse nationale du Royaume-Uni à la pandémie de coronavirus 2019 (covid-19) a été largement rapportée comme étant principalement menée par une modélisation basée sur des travaux, en utilisant un modèle basé sur l’individu (IBMIC) de l’Imperial College de Londres, bien que d’autres modèles aient été considérés », indique le document.

L’approche du gouvernement britannique face à la pandémie a consisté à « aplatir la courbe » en supprimant le nombre de reproduction sous le chiffre un, ce qui a eu pour effet d’étaler les infections. L’étude a montré que les interventions « ont retardé la deuxième vague, mais ont eu peu d’effet sur les décès ».

Le document reconnaît que l’approche du gouvernement a été « très efficace » pour atteindre son objectif, c’est-à-dire « réduire la demande immédiate de lits dans les unités de soins intensifs ». Toutefois, elle l’est « au prix d’un plus grand nombre de décès à long terme », a-t-il déclaré.

Dommages et décès qui ne sont pas dus au Covid

Soixante-six médecins généralistes du Royaume-Uni ont envoyé le 3 octobre une lettre au ministre de la Santé Matt Hancock, l’exhortant à prendre en compte les préjudices non liés au Covid-19 dans la réponse à la pandémie.

Les médecins ont fait valoir que les dommages sur la santé à long terme, que les mesures de confinement générales ont entraînés, commencent à dépasser les avantages.

« Nous sommes inquiets, en raison des données de plus en plus nombreuses et de l’expérience du monde réel, du fait que l’intervention en elle-même menace plus de vies et de moyens d’existence que le nombre de vies sauvées du Covid », peut-on lire dans la lettre.

La lettre cite des données et des études montrant « un échantillon de la myriade de dommages » que les médecins ont demandé au gouvernement de prendre en compte dans sa réponse à la pandémie du virus du PCC.

La lettre indique que, selon les données officielles, « un total de 30 260 décès supplémentaires ont eu lieu dans des maisons privées depuis mars, alors que moins d’un décès sur dix est dû au Covid-19 ».

Il y a également eu « une inflation de décès cardiovasculaires aigus […] et la plupart n’étaient pas liés au Covid-19 », selon une étude publiée dans le BMJ.

Les données de la base de données nationale sur la mortalité infantile montrent que le taux de suicide des enfants au Royaume-Uni a augmenté pendant le confinement.

« Parmi les cas signalés après le confinement, la restriction de l’éducation et de d’autres activités, la perturbation des services de soins et de soutien, les tensions au foyer et l’isolement semblent être des facteurs contributifs », indique la lettre.

La population plus âgée qui se protégeait et qui avait des problèmes de santé chroniques, « le groupe même que les restrictions visaient à protéger », selon la lettre, « a connu des niveaux plus élevés de dépression, d’anxiété et de solitude que ceux qui ne se protégeaient pas et étaient plus susceptibles d’être moins actifs physiquement que d’habitude », selon l’étude longitudinale anglaise sur le vieillissement.

« Une protection ciblée »

Le 4 octobre, trois épidémiologistes des universités de Harvard, Oxford et Stanford ont publié la Déclaration de Great Barrington, exprimant leurs « graves préoccupations concernant les effets néfastes sur la santé physique et mentale des politiques de Covid-19 en vigueur » et recommandant une approche qu’ils appellent « Protection ciblée ».

La déclaration est rédigée par le Dr Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université de Harvard, le Dr Sunetra Gupta, professeur à l’université d’Oxford et le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l’université de Stanford.

« L’approche la plus compatissante, qui équilibre les risques et les avantages d’atteindre l’immunité collective, est de permettre à ceux qui ont un risque minimal de décès de vivre normalement leur vie pour construire une immunité au virus par une infection naturelle, tout en protégeant mieux ceux qui sont le plus à risque. C’est ce que nous appelons la protection ciblée », peut-on lire dans la déclaration.

« C’est l’approche la plus saine, la plus morale, la plus scientifique », a déclaré le Dr Bhattacharya à UnHerd.

Le Dr Kulldorff a déclaré que les politiques actuelles de confinement général adoptées par de nombreux gouvernements ont généré d’énormes dommages collatéraux sur d’autres aspects de la santé publique.

« L’un des principes de base de la santé publique », a-t-il dit, « est que l’on ne peut pas se limiter à une seule maladie. Vous devez considérer la santé publique de manière très large. »

C’est pourquoi les scientifiques ont voulu présenter « une stratégie alternative » qui « protège les personnes vulnérables, mais en même temps nous permet de minimiser les dommages », a déclaré le Dr Gupta.

La stratégie, a dit le Dr Gupta à UnHerd, consiste à « protéger les personnes vulnérables […] tout en permettant à ceux qui ne sont pas vulnérables à cette maladie d’aller sur le terrain et d’être infectés, et de renforcer […] l’immunité collective ».

Interrogé sur l’immunité collective, une expression que les gouvernements évitent d’utiliser pour éviter d’être accusés d’avoir laissé des gens mourir, le Dr Bhattacharya a déclaré que les gens confondaient cette expression avec le fait de ne rien faire.

« Même si nous avions un vaccin efficace », a déclaré le Dr Bhattacharya, « nous comptons sur l’immunité collective comme point d’aboutissement de cette épidémie de maladie infectieuse. »

Par conséquent, a-t-il dit, « c’est moins une stratégie qu’une reconnaissance d’un fait biologique ».

Dans l’après-midi du 8 octobre, la déclaration avait recueilli plus de 140 000 signatures, dont celles 4 819 scientifiques du monde médical et de la santé publique, de 9 085 médecins et de 126 163 membres du grand public.

Le 7 octobre, le bureau du Premier ministre Boris Johnson a rejeté la recommandation contenue dans la déclaration.

« Nous avons pris en compte l’ensemble des avis scientifiques tout au long de cette pandémie et nous continuerons à le faire », a déclaré un porte-parole cité par The Independent.

« Mais ce que je dirais également, c’est qu’il n’est pas possible de se baser sur une hypothèse non prouvée selon laquelle il est possible pour les personnes qui sont à faible risque, si elles contractent le virus, d’éviter de le transmettre par la suite à celles qui sont à plus haut risque et qui seraient confrontées à un risque plus élevé [sic] de se retrouver à l’hôpital, ou pire dans une unité de soins intensifs. »

FOCUS SUR LA CHINE – Arrestation de la mère de la virologue Yan Limeng en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ