Une étude révèle que les anciens Égyptiens étaient principalement végétariens

26 juin 2017
Mis à jour: 15 septembre 2017

Une étude publiée dans le Journal of Archaeological Science a mis en lumière l’ancien régime alimentaire égyptien. En analysant des atomes de carbone de momies ayant vécu entre 3500 av. J.-C. et 600, l’équipe de recherche française a pu déterminer que les anciens Égyptiens étaient principalement végétariens.

L’analyse a été conduite sur les restes de 45 anciens Égyptiens ayant été envoyés dans des musées à Lyon au cours du XIXe siècle, et comprend une technique de pointe impliquant la mesure des ratios de carbone pris sur des os, de l’émail dentaire et des cheveux.

« Nous avons eu une approche un peu différente », explique Alexandra Touzeau, qui a mené l’équipe de recherche à l’université de Lyon. « Nous avons travaillé avec beaucoup d’os et de dents, tandis que la plupart des chercheurs étudient les cheveux, le collagène et les protéines. Nous avons également travaillé sur de nombreuses périodes différentes, avec un petit nombre d’individus pour chaque période, et nous avons pu de cette façon couvrir une très longue durée. »

Tous les atomes de carbone proviennent du dioxyde de carbone absorbé par les plantes lors du processus de photosynthèse. On retrouve le carbone dans le corps des animaux ayant mangé des plantes. Ce carbone peut donc révéler ce qu’une personne a mangé.

Les résultats ont révélé que les anciens Égyptiens étaient principalement végétariens et leur régime était en premier lieu basé sur le blé et l’orge. Les céréales comme le millet et le sorgho formaient une partie mineure de leur régime (moins de 10 %).

L’une des découvertes les plus inattendues est qu’il semblait y avoir peu de poisson dans leur régime. La plupart des gens pourraient penser que les anciens Égyptiens ayant vécu le long du Nil devaient manger beaucoup de poisson; les excavations archéologiques ont découvert du poisson momifié en grande quantité. Cependant, sur au moins 45 des individus étudiés, le poisson n’était pas proéminent dans leur régime.

« Il y a une abondance de preuves de la pêche en Égypte sur les bas-reliefs et les représentations (aussi bien la pêche à la lance qu’au filet), et le poisson était présent dans les listes d’offrandes. Il y a également beaucoup de preuves archéologiques de la consommation de poisson comme à Gaza et Amama », indique Kate Spence, archéologue et spécialiste de l’Égypte ancienne à l’université de Cambridge en Angleterre. « Tout ceci fait qu’il est un peu surprenant que les isotopes suggèrent que le poisson n’était pas largement consommé. »

Dans les cultures anciennes, le végétarisme était bien plus commun, à l’exception des populations nomades; manger de la viande est une évolution ayant eu lieu récemment.

Cet article a été republié avec l’autorisation d’Ancient-Origins.net.

RECOMMANDÉ