Une étude révèle que les jeunes souffrent davantage du déclin de leur santé mentale pendant une pandémie

Selon les chercheurs, les restrictions et les inquiétudes suscitées par le Covid-19 pèsent différemment sur chaque personne
Par Kathryn Abel et Matthias Pierce
29 août 2020
Mis à jour: 29 août 2020

Les interventions de santé publique face à la pandémie se sont concentrées sur la prévention de la propagation du virus, la limitation du nombre de décès et l’allègement de la charge des systèmes de soins de santé. Mais il y a aussi une autre épidémie potentielle, moins visible, sur laquelle nous devrions nous concentrer : la maladie mentale.

Notre récente étude a montré que la santé mentale des personnes s’est détériorée après le début de la pandémie. Nous l’avons découvert en analysant les données fournies par 17 452 adultes au Royaume-Uni qui ont été interrogés en avril dans le cadre de l’étude UK Household Longitudinal Study (Étude longitudinale sur les ménages britanniques). Il s’agit d’une vaste étude en cours sur les personnes qui fournissent des données chaque année, dont certaines remontent à 1992.

Nous avons découvert que tout le monde n’était pas concerné de la même manière. Les jeunes, les femmes et les personnes ayant de jeunes enfants ont vu leur santé mentale se détériorer beaucoup plus que les autres groupes.

Méthode pour mesurer la détresse

L’enquête a mesuré la santé mentale de ces personnes à l’aide de 12 questions qui couvraient leurs difficultés à dormir, à se concentrer et à prendre des décisions, ainsi que leur état émotionnel, comme le fait de savoir si elles se sentaient tendues ou dépassées.

La réponse de ces personnes ont ensuite été cotées sur une valeur comprise entre zéro et quatre, les scores les plus élevés indiquant une détérioration de la santé mentale. Ces scores ont été additionnés pour donner à chaque personne un total compris entre zéro et 36, ce qui donne une mesure globale de leur santé mentale. Nous avons également appliqué un système de notation distinct à leurs réponses pour estimer si ces personnes présentaient des niveaux cliniquement significatifs de détresse psychologique, c’est-à-dire si leur détresse était suffisamment élevée pour qu’elles aient potentiellement besoin d’une assistance médicale.

Nous avons constaté que de nombreuses différences communes et bien connues en matière de santé mentale persistaient au milieu du confinement. Par exemple, les femmes présentaient une santé mentale nettement moins bonne que les hommes (avec un score moyen de 13,6 contre 11,5), et un tiers des femmes présentaient des niveaux de détresse cliniquement significatifs contre un cinquième des hommes.

La santé mentale avait également tendance à se détériorer davantage sur l’échelle des revenus. Le cinquième des personnes ayant les revenus les plus faibles ont obtenu un score moyen de 13,9, et 32 % d’entre elles présentant des niveaux de détresse cliniquement significatifs. En comparaison, le cinquième des personnes ayant des revenus les plus élevés ont obtenu un score moyen de 12,0, dont 26 % présentaient un niveau de détresse élevé.

Pourtant, si cela nous a permis de savoir où se situent les besoins en matière de santé mentale, cela ne nous a pas permis de connaître les effets de la pandémie. Nous avons pu nous en faire une meilleure idée en comparant les résultats de cette année avec ceux des années précédentes – en effet, la santé mentale a été, en moyenne, moins bonne cette année. Les scores moyens sont passés de 11,5 pour l’exercice 2018-19 à 12,6 pour l’enregistrement effectué en avril. Nous avons également constaté une augmentation globale significative de la proportion de personnes présentant des niveaux cliniques de détresse : 19 % en 2018-19 contre 27 % en avril.

Cependant, comme la pandémie est survenue dans un contexte de détérioration de la santé mentale au Royaume-Uni, nous nous attendions à une certaine détérioration. Nous en avons tenu compte en examinant les réponses pré-pandémiques de chaque individu, en remontant jusqu’en 2014. Ces réponses nous ont permis de prédire les scores qui auraient probablement été obtenus en avril, si la pandémie ne s’était pas produite.

Dans l’ensemble, nous avons constaté que les scores étaient 0,5 point plus mauvais cette année que ce à quoi nous nous attendions, ce qui suggère que la pandémie – en particulier – a eu un effet sur la santé mentale.

Tout le monde n’est pas touché de la même manière

Cette détérioration de la santé mentale diffère considérablement selon les groupes. Par rapport à ce que nous aurions pu prévoir, les résultats des hommes n’ont été que légèrement plus mauvais (+0,06), tandis que l’évolution pour les femmes a été beaucoup plus importante (+0,92). Les jeunes, âgés de 18 à 24 ans, ont été les plus touchés, avec une augmentation relative de 2,7 par rapport à ce que nous aurions prévu si la pandémie ne s’était pas produite.

Nous avions également prédit que la peur du virus serait un facteur de détérioration de la santé mentale et que cela affecterait de manière disproportionnée les travailleurs clés ou les personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents. Mais cela n’a pas été le cas.

Les facteurs à l’origine du déclin de la santé mentale de certaines personnes ne sont pas encore clairs. Mais certains indices sont révélés lorsque l’on considère qui a été le plus touché. La détérioration de la santé des femmes et des personnes ayant de jeunes enfants montre la difficulté de gérer les responsabilités familiales pendant le confinement. Avoir de jeunes enfants est un défi à tout moment, et nous savons qu’un soutien fiable de la part des membres de la famille, des services de garde d’enfants rémunérés et des amis atténuent cette difficulté. Les restrictions sociales du gouvernement et l’isolement ont brusquement coupé la plupart de ces aides.

Les effets sur les jeunes sont particulièrement troublants à voir. Ils se sont produits dans un contexte, au cours de la dernière décennie, de détérioration significative de la santé mentale des jeunes et de la difficulté pour les services de santé mentale des jeunes à y faire face.

Certains jeunes sont vulnérables à l’isolement social et sont gravement touchés par leur retrait de l’école. Ils peuvent perdre la supervision de leur bien-être par les enseignants et autres adultes responsables, ainsi que l’accès à des repas réguliers et au soutien de leurs amis.

Des effets à long terme peuvent-ils se faire sentir ?

À mesure que les mesures de confinement s’atténuent, nous pourrions constater des améliorations dans la santé mentale des personnes. Il reste à voir s’il y aura des effets à long terme, tels que des différences démographiques préexistantes en matière de santé mentale devenant plus marquées.

La pandémie a mis en évidence la diversité des conditions de vie des populations. L’accès à l’espace extérieur, l’entassement des ménages, l’insécurité alimentaire, la violence conjugale, la toxicomanie, le maintien de la connectivité sociale et les réserves économiques sont autant de facteurs qui ont une incidence sur la santé mentale. Il est probable que ces différences deviendront plus importantes au cours de la récession économique prévue et qu’elles auront des effets différents sur la santé mentale par rapport au confinement du gouvernement.

On ne sait pas quelles seront les conséquences de ces changements sur la santé générale, le bien-être et la famille. Mais, pour atténuer et gérer tout besoin supplémentaire en matière de santé mentale, il faut les surveiller de près. Les gens doivent également recevoir des informations de qualité sur la santé mentale dans les messages de santé publique et bénéficier de services dotés de ressources suffisantes.

Nous ferions bien de nous rappeler que notre santé mentale est aussi importante que notre santé physique, et que cela ne doit pas être perdu de vue dans notre planification future.

Kathryn Abel est professeur de médecine psychologique à l’université de Manchester au Royaume-Uni, et Matthias Pierce est chargé de recherche en psychologie et en santé mentale à l’université de Manchester. Cet article a été publié pour la première fois dans The Conversation.

FOCUS SUR LA CHINE – Marcher à quatre pattes en public comme punition

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ