«Un événement presque normal»: le cofondateur d’Extinction Rebellion qualifie l’Holocauste d’ «imposture supplémentaire»

Par Epoch Times
22 novembre 2019 Mis à jour: 2 décembre 2019

Avec ses dernières déclarations sur l’Holocauste, le fondateur du mouvement « Extinction Rebellion », Roger Hallam, a fait couler beaucoup d’encre dans ses propres rangs. Les détracteurs du mouvement écologiste y voient une preuve supplémentaire de son potentiel totalitaire.

Dans leur « Manifeste du Parti communiste« , Karl Marx et Friedrich Engels ont interprété l’histoire de toutes les sociétés antérieures comme une « histoire des luttes de classes« . Le communisme dans sa forme originale est souvent relégué au second plan. Il est possible, cependant, que le « changement climatique provoqué par l’homme » en tant que « dernier grand récit de l’Occident » (Sonja Margolina) ajoute un élément décisif à son image historique : à savoir celle du développement sociétal moderne comme étant l’histoire des génocides.

Dans une conversation avec le journal Die Zeit, le fondateur du mouvement radical-écologique « Extinction Rebellion » (XR) fait allusion à au moins une de ces choses quand il parle de l’Holocauste, le massacre de masse à l’échelle industrielle des Juifs européens par les national-socialistes allemands et leur soutien reçu de la part de certains autres pays.

Selon M. Hallam, l’extermination de six millions de Juifs européens durant la Seconde Guerre mondiale n’était « qu’une autre [connerie] dans l’histoire de l’humanité » (Original : « just another f***ery in human history« ). Il a estimé que l’attitude des Allemands dans ce contexte était nuisible. « L’étendue de ce traumatisme peut être paralysante« , a dit Roger Hallam au Zeit. Cela nous empêcherait d’en tirer des leçons.

« Ce n’est pas bon que les Allemands pensent qu’il n’y a eu qu’un seul Holocauste.« 

« Le fait est que dans notre histoire, des millions de personnes ont été régulièrement tuées dans des circonstances terribles« , dit M. Hallam. À titre d’exemple, il cite le génocide du Congo : « Les Belges sont allés au Congo à la fin du XIXe siècle et l’ont décimé. » Il y a eu des génocides à maintes reprises au cours des cinq cents dernières années.

Pour être honnête, on pourrait presque dire que c’est un événement normal.

Dans la conversation avec l’hebdomadaire allemand orienté à gauche, M. Hallam revient sans cesse sur l’Holocauste en le relativisant. Il ne sert à rien pour les Allemands « de le considérer comme étant le seul« .

L’intention derrière les déclarations de M. Hallam n’est pas claire. Les critiques du mouvement écologiste, qui confèrent à l’Holocauste un potentiel quasi totalitaire, devraient confirmer dans leur évaluation que c’est précisément de sa bouche que proviennent les déclarations qui définissent comme normaux les génocides et banalisent l’Holocauste comme symbole de la rupture avec la civilisation au XXe siècle. Il paraît peu plausible que la référence de Roger Hallam à la fréquence des génocides depuis le début des temps modernes vise à combiner une mise en garde idéologique et critique contre les dangers des mouvements de masse fanatiques.

Déjà à l’approche de la « Semaine du Désordre« , que le mouvement XR avait proclamé dans plusieurs pays au début du mois d’octobre, une vidéo de M. Hallam avait paru qui donnait des informations sur la stratégie de son mouvement lors d’une manifestation de Amnesty International en février. Le blog « Ruhrbarone » a documenté l’enregistrement et analysé les déclarations essentielles faites par Roger Hallam, qui a lui-même déclaré que la mission de son mouvement était « plus grande que la démocratie« .

« Il pourrait y avoir des morts« 

Au contraire, quand une société agit de manière aussi « immorale » que maintenant cela devient même « hors sujet », a-t-il dit au « Spiegel« . Il y déclarait « en tant que sociologue structurel, et non en tant que révolutionnaire » qu’il y aurait « bientôt une révolution« . En février, devant Amnesty International, il a déclaré qu’il pourrait même y avoir des morts dans ce processus :

Nous forcerons les gouvernements à agir. Et s’ils n’agissent pas, nous les renverserons et créerons une démocratie plus adaptée en vue de cet objectif. Et oui, certains pourraient mourir dans ce processus.

Roger Hallam semble considérer la culture allemande du souvenir de l’Holocauste comme un facteur qui empêche les Allemands de mettre en œuvre les mesures radicales qu’il juge nécessaires pour éviter la présupposée « catastrophe climatique » qui s’annonce.

Pendant ce temps, la branche allemande du mouvement « Extinction Rebellion » se distancie « résolument » des remarques banalisantes et relativistes de « Roger Hallam sur l’Holocauste« . Il a ainsi violé « les principes du XR, qui ne tolèrent pas l’antisémitisme, et n’est plus le bienvenu chez XR Allemagne« .

Extinction Rebellion est organisée de manière décentralisée et n’est maintenue que par un consensus minimal de trois revendications, a expliqué l’équipe de presse allemande. Roger Hallam ne parlait pas au nom de la branche allemande et n’avait pas coordonné ses déclarations avec elle. De plus, M. Hallam se polarisait déjà « depuis des mois » à l’intérieur de l’entreprise.

Le totalitarisme et l’antisémitisme ne sont pas étrangers à la pensée écologique

Cependant, l’histoire européenne des 200 dernières années en général et l’histoire allemande en particulier ne peuvent réfuter l’impression que les tendances totalitaires et antisémites aient été fondamentalement étrangères au mouvement écologique.

Elle associait plutôt le mythe de la « surpopulation« , que l’économiste britannique Thomas Malthus avait fondé au début du XIXe siècle, au mysticisme néopaïen ou occulte de la nature et à la volonté d’Ernst Haeckel de créer un « ordre social naturel » qui correspondrait aux « lois éternelles de la nature« . Basé sur les enseignements de Darwin tirés de son credo « Survie du plus apte« , il s’agit d’éliminer les faibles dans ce processus.

L’écologisme combinait des idées pré-modernes, qui avaient émergé à certaines périodes du romantisme comme expression de la critique de l’industrialisation urbaine, avec des approches matérialistes avec une optimisation planifiée de la population, notamment à travers l' »hygiène raciale » par la prévention de la prolifération de certains groupes démographiques ou l’euthanasie des handicapés et malades héréditaires. Ce n’est qu’avec la défaite des national-socialistes, qui, par le biais du génocide et de vastes programmes de stérilisation forcée et d’euthanasie des couches « indésirables » de la population, avaient fait de cette approche l’élément essentiel de leur politique, que des idées de ce genre ont été temporairement discréditées.

En Allemagne, après 1945, l’écologisme a vécu principalement du fait qu’il est devenu un écran de projection pour les personnes des camps idéologiques les plus divers. Cela s’est également reflété dans l’histoire de la fondation du parti des Verts. Outre les maoïstes, qui considéraient l’écologisme comme une approche prometteuse de la critique du capitalisme, de vieux national-socialistes comme Werner Haverbeck ou Werner Vogel et des néo-malthusiens comme Herbert Gruhl ont également joué un rôle important. La veuve d’Haverbeck, Ursula Haverbeck-Wetzel, purge actuellement plusieurs années de prison pour négation répétée de l’Holocauste en public.

La liberté en tant qu’image unificatrice de l’ennemi

En outre, il y avait des cercles d’élite de la haute bourgeoisie, comme le « Club de Rome », qui tentaient d’influencer la politique à l’aide de scénarios de catastrophes écologiques, mais aucun d’eux n’est devenu réalité. Contrairement aux idéologues de gauche et de droite, ils visaient la classe moyenne. Toutes ces aspirations réunies qu’elles voyaient dans le capitalisme et dans la liberté et la prospérité qu’il apportait mettaient en danger la « primauté de la politique » qui, en Europe, contrairement aux États-Unis depuis la Révolution française, avait été considérée comme un élément essentiel de la démocratie occidentale.

Le message du renoncement à la consommation, une planète prétendument « pillée », la peur de l’avenir, la critique du capitalisme et une prolifération prétendument incontrôlée dans les pays en voie de développement sont également tombés sur un terrain fertile en Allemagne et dans les autres pays occidentaux après 1945.

L’idée que les « mauvaises » personnes auraient trop d’enfants et que la terre serait « surpeuplée » gagne aussi de plus en plus de soutien à gauche comme à droite. L’affirmation de Roger Hallam selon laquelle les génocides sont devenus la norme au cours des 500 dernières années ressemble moins à une déclaration qu’à une menace dans le contexte de l’histoire du XXe siècle.

RECOMMANDÉ