Ex-esclave sexuelle, une jeune Kurde décide de fuir l’Allemagne après y avoir revu son bourreau

17 août 2018
Mis à jour: 18 août 2018

Ashwaq Ta’lo, une adolescente yézidie, vit depuis trois ans en Allemagne, après avoir fui l’Irak où elle avait été vendue comme esclave à Daesch en 2014.

La minorité ethnique de Yézidis habitait les terres autour des Monts Sinjar en Irak, envahies par les terroristes de Daesch au mois d’août 2014. Ils massacraient les hommes en âge de combattre et vendaient les femmes et les enfants en tant qu’esclaves sur les marchés de Raqqa et de Mossoul.

Dans un entretien avec l’agence kurde Bas News, cité par le journal britannique The Times, Ashwaq Ta’lo explique avoir décidé de quitter l’Allemagne après s’être retrouvée nez à nez dans la rue avec son bourreau, Abu Humam, l’individu qui l’avait achetée à Mossoul pour une centaine de dollars.

«Je me suis figée lorsque j’ai vu son visage. C’était Abu Humam, avec la même barbe effrayante et le même visage répugnant», raconte la jeune femme, selon Bas News. Elle précise l’avoir vu deux fois en Allemagne, en 2016 puis en 2018.

Celui-ci lui aurait aussi dit : « Je suis Abu Humam et tu étais avec moi pendant un moment à Mossoul. Et je sais où tu vis, avec qui tu vis et ce que tu fais. »

Une vidéo a été d’ailleurs enregistrée avec le témoignage de la jeune femme.

Ashwaq Ta’lo explique être allée demander de l’aide à la police allemande qui a pu identifier son bourreau grâce à des caméras de surveillance. Seulement, les autorités lui ont déclaré n’avoir aucune charge contre Abu Humam, lequel était également enregistré comme réfugié.

Face à ce nouveau traumatisme, Ashwaq Ta’lo a décidé de quitter l’Allemagne pour le Kurdistan. «J’ai décidé de retourner au Kurdistan et de ne jamais retourner en Allemagne», confie-t-elle.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ