Exclusif : la Chine avait des patients ayant des symptômes semblables à ceux du Covid des mois avant le calendrier officiel

Des documents internes du PCC montrent que des patients de Wuhan ont eu des symptômes dès septembre 2019, mais les autorités ne l'ont pas révélé au monde
Par Eva Fu
14 octobre 2020
Mis à jour: 27 novembre 2020

Une série de documents ayant fait l’objet d’une fuite montre que les patients en Chine présentant des symptômes similaires à ceux du Covid-19 ont été hospitalisés des mois avant le calendrier officiel du régime, ce qui remet en question le moment exact où le virus du PCC* a commencé à se propager à Wuhan, le point zéro de l’épidémie en Chine.

Au moins un patient présentant des symptômes similaires à ceux du Covid-19 a été traité en septembre 2019, selon les données hospitalières obtenues par Epoch Times auprès d’une source fiable ayant accès aux documents gouvernementaux. Des dizaines d’autres ont été hospitalisés au cours du mois suivant.

Les hôpitaux de Wuhan ont également signalé plusieurs décès en octobre 2019 dus à une pneumonie grave, des infections pulmonaires et d’autres symptômes similaires à ceux des patients atteints du Covid-19.

La commission de la santé de la ville n’a annoncé publiquement l’apparition d’une nouvelle forme de pneumonie que le 31 décembre 2019, soit seulement après que les publications des médecins dénonciateurs dans les médias sociaux sont devenues virales.

Dans une lettre datée du 19 février obtenue par Epoch Times, une équipe d’enquête nationale mise en place par le gouvernement central a déclaré qu’elle souhaitait retracer les premiers cas de la maladie. Elle a demandé aux autorités locales des données sur toutes les institutions médicales de Wuhan pour la période allant du 1er octobre au 10 décembre 2019, y compris des informations sur les patients qui ont visité les centres de soins pour malades fébriles à proximité du Huanan Seafood Market, un marché de produits frais que les fonctionnaires ont initialement identifié comme l’origine de l’épidémie ; des détails sur les 10 premiers cas suspects dans chaque agence médicale classée au niveau 2 ou plus (3 étant le plus élevé) ; et des décès par pneumonie avec des symptômes de type Covid-19.

La lettre précisait que les 9 hôpitaux, qui ont accueilli le plus grand nombre de patients atteints de Covid-19 dans la ville, étaient essentiels à l’enquête.

Epoch Times a eu accès à une partie des dossiers en réponse à l’enquête, ceux de 11 hôpitaux.

Malgré les données collectées, le groupe de travail de contrôle de l’épidémie de Wuhan a déclaré aux médias le 26 février que le premier patient documenté était une personne surnommée Chen qui est tombée malade le 8 décembre 2019.

On ne sait pas si les autorités ont mené des enquêtes sur les premiers cas avant février.

Pour certains critiques, l’enquête semblait plutôt limitée et est arrivée trop tard. « Comment se fait-il qu’une maladie respiratoire aussi grave ait pu se déclarer dans la région sans qu’ils n’aient remonté la piste dans tous les autres hôpitaux ? » a déclaré Sean Lin, ancien directeur de laboratoire de la branche des maladies virales à l’Institut de recherche de l’armée Walter Reed, à Epoch Times.

« Cela aurait dû être fait longtemps avant », a-t-il dit, qualifiant de « ridicule » le retard d’enquête.

Une capture d’écran d’un document ayant fait l’objet d’une fuite et montrant des détails sur des patients décédés de symptômes de type Covid à l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise de Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, le 21 février 2020. Une partie de l’information est censurée par Epoch Times afin de protéger la vie privée des patients. (Tous droits réservés | Epoch Times)

Cas soupçonnés être porteurs du virus

Les dossiers obtenus ont montré 9 décès dus à des conditions de type Covid-19 dans 3 hôpitaux.

5 d’entre eux étaient des patients atteints de pneumonie grave qui sont décédés entre novembre et décembre 2019 à l’hôpital Wuhan n° 6, l’un des hôpitaux cités dans la lettre d’enquête. L’hôpital de médecine traditionnelle chinoise de Wuhan, un hôpital tertiaire, a connu 3 décès en octobre. L’hôpital n° 8 de Wuhan a enregistré 1 décès.

Capture d’écran d’un document ayant fait l’objet d’une fuite et montrant les détails des patients présentant des symptômes de type Covid à l’hôpital Wuhan Puren Jiangan, le 21 février 2020. Une partie de l’information est censurée par Epoch Times afin de protéger la vie privée des patients. (Tous droits réservés | Epoch Times)

Les patients sont morts dans un délai allant de plusieurs jours à environ 4 semaines après l’apparition des premiers symptômes.

Xu Zhenqian, par exemple, a été hospitalisé à l’hôpital n° 6 de Wuhan. L’homme de 82 ans a commencé à présenter des symptômes le 1er octobre 2019, notamment des quintes de toux sans cause apparente et des expectorations de mucosités blanches, signe d’infection respiratoire, selon la description clinique de l’hôpital. Le patient a été transféré d’un autre établissement peu avant son décès le 3 novembre.

Trois autres patients du même hôpital ont également eu des difficultés à respirer avant leur décès. Leurs scanners ont montré des marques floues dans leurs poumons, ce qui correspondent à des lésions qu’ont eues certains patients du Covid-19.

Les dossiers ont également identifié au moins 40 autres patients susceptibles d’être atteints du Covid-19 dans 8 hôpitaux, le premier étant Xiao Niangui, 67 ans, qui a commencé à présenter des symptômes le 25 septembre 2019 et a été hospitalisé à l’hôpital Wuhan Puren Jiang’an.

Capture d’écran d’un document ayant fait l’objet d’une fuite et montrant les détails d’un patient présentant des symptômes de type Covid à l’hôpital n° 6 de Wuhan, le 21 février 2020. Une partie de l’information est censurée par Epoch Times afin de protéger la vie privée des patients. (Tous droits réservés | Epoch Times)

Wuhan compte 205 établissements de santé au niveau de la communauté et du canton et 66 hôpitaux désignés pour traiter les patients atteints du Covid-19, ont déclaré les responsables de la ville en mars.

Le manque de transparence du régime chinois a été fortement critiqué par les responsables gouvernementaux. Il a persisté à refuser d’autoriser des experts des États-Unis et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à entrer dans le pays pour étudier l’épidémie et à fournir des renseignements nécessaires à une intervention mondiale adéquate. Le 12 février, un responsable des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies a déclaré que l’agence n’était toujours pas en mesure d’accéder à des « données sur place » sur l’épidémie et « continue d’espérer que nous serons invités à le faire ».

Dans une interview aux médias publiée le 1er mai, un représentant de l’OMS en Chine a également déclaré que la Chine avait exclu les experts de l’organisation de la procédure de recherche du virus dans le pays.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie du Covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

FOCUS SUR LA CHINE – Lutter contre le prélèvement forcé d’organes

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ