Exclusif : la Mongolie-intérieure chinoise, sous-déclarée pour le virus, s’inquiète d’une future épidémie de peste

Par Nicole Hao
21 avril 2020
Mis à jour: 21 avril 2020

Une série de documents internes du gouvernement de la Mongolie-intérieure chinoise a révélé que les autorités locales ont minimisé l’ampleur de l’épidémie du virus PCC* dans cette région.

Les données obtenues par Epoch Times ont montré que les autorités ont tenu un décompte interne des personnes ayant été testées positives pour le virus, et que le nombre s’est avéré bien plus élevé que les chiffres annoncés publiquement.

Du 8 au 11 avril, la commission sanitaire locale n’a annoncé que 31 cas importés au total (0 plus 27 plus 2 plus 2), soit 46,27 % des chiffres indiqués dans les documents ayant fait l’objet d’une fuite.

Les hôpitaux locaux prennent également des mesures pour augmenter leur capacité de traitement des patients atteints du covid-19, ce qui confirme que la situation est plus grave que ce que les autorités admettent publiquement.

Le 14 avril, le journal public Beijing News a rapporté que la ville de Manzhouli, en Mongolie-intérieure, construisait un hôpital de fortune pour le traitement du covid-19. L’hôpital comprend deux bâtiments, avec une capacité totale de 800 lits, selon le rapport.

La ville compte actuellement 600 lits d’hôpital pour les patients atteints par le virus. Selon le rapport, l’hôpital de fortune sera mis en service dès que 80 % des 600 lits seront occupés.

Entre-temps, la Mongolie-intérieure a également connu une épidémie de peste bubonique chez les rongeurs locaux. Les humains peuvent contracter cette peste s’ils sont piqués par une puce de rongeur porteuse de la bactérie de la peste, ou s’ils manipulent un animal infecté par la peste.

Les documents ont révélé que les 9 et 10 avril, Baotou, la plus grande ville industrielle de Mongolie-intérieure, et Ulanqab ont signalé huit cas de peste des rongeurs dans leurs municipalités. Pour tuer les rongeurs, le gouvernement de Mongolie-intérieure a acheté plus d’une centaine de tonnes de poison. Les autorités craignent que la maladie ne se propage à l’homme.

En novembre 2019, la Mongolie-intérieure a annoncé que trois personnes avaient été infectées par la peste bubonique après avoir consommé un lièvre sauvage infecté par la peste. Depuis lors, les autorités n’ont pas annoncé publiquement de mises à jour.

Une capture d’écran du document interne « Rapport sur les résultats des tests du Centre Hulunbuir pour le contrôle et la prévention des maladies » en Mongolie-intérieure, Chine, le 11 avril 2020. (Fourni àEpoch Times par une source)

Cas de coronavirus importés

Le 11 avril, 124 personnes sont entrées en Mongolie-intérieure par le port terrestre de Manzhouli. Trente-deux d’entre elles ont été diagnostiquées avec le virus du PCC, selon les documents internes du centre de contrôle et de prévention des maladies à Hulunbuir, la ville de la préfecture qui gouverne Manzhouli.

Comme Manzhouli est frontalière avec la Russie, tous les passagers qui passent par le port terrestre doivent venir de Russie. Les documents mentionnaient les noms des voyageurs, tous avec des noms chinois.

Le 10 avril, 2 des 24 personnes qui sont entrées dans le port de Manzhouli ont été testées positives pour le virus.

Le 9 avril, 23 des 67 personnes qui sont entrées à Manzhouli ont été testées positives. Le 8 avril, le nombre était de 10 sur 111.

Au total, entre le 8 et le 11 avril, 67 rapatriés de Russie (32 plus 2 plus 23 plus 10) avaient été diagnostiqués porteurs du virus.

Cependant, la commission sanitaire de la région a annoncé qu’aucun nouveau cas importé n’avait été détecté dans toute la région entre 9 heures du 11 avril et 7 heures du 12 avril.

La commission a annoncé 27 nouveaux cas importés le 10 avril, deux nouveaux cas le 9 avril et deux nouveaux cas le 8 avril.

Les chiffres officiels de la Commission constituent le nombre total des échantillons testés dans tous les ports d’entrée de la région, ce qui signifie que davantage de cas ont pu être sous-déclarés.

Par exemple, à partir du 25 mars, certains vols en provenance de l’étranger et à destination de l’aéroport international de Pékin se sont arrêtés à Hohhot, la capitale de la région, pour tester le virus. Certains de ces passagers ont également été diagnostiqués avec le virus.

Le 20 avril, la Commission a annoncé que 118 cas d’importation ont été diagnostiqués depuis le 23 mars, dont 74 voyageurs de Russie, 22 du Royaume-Uni, 19 de France, deux des États-Unis et un d’Espagne.

La Commission n’a pas annoncé le détail des points d’entrée où les cas diagnostiqués ont été détectés.

Le gouvernement de Mongolie-intérieure a fermé le port terrestre de Manzhouli à 20 heures le 8 avril, affirmant que trop de ressortissants chinois revenant de Russie étaient infectés par le virus. Le 11 avril, le gouvernement a également fermé le port terrestre de Heishantou, ne laissant aucun port terrestre ouvert avec la Russie.

Une capture d’écran du document interne sur le « renforcement du contrôle » des personnes du Hubei arrivant en Mongolie-intérieure, Chine, le 11 avril 2020. (Fourni à Epoch Times par un initié)

Cas nationaux atteints par le virus du PCC

La Mongolie-intérieure n’a annoncé aucune nouvelle infection domestique entre le 19 février et le 20 avril, date à laquelle elle a annoncé une nouvelle infection domestique : une personne qui a été infectée à Harbin, dans la province de Heilongjiang, et qui a ensuite rejoint la bannière autonome Ewenki à Hulunbuir.

Jusqu’à présent, il n’y a pas de détails sur ce patient.

Epoch Times a également obtenu des documents indiquant le nombre de patients infectés par le virus qui ont été renvoyés chez eux et qui ont ensuite développé de nouveaux symptômes ou ont été à nouveau testés positifs.

Du 31 janvier au 24 mars, les autorités ont suivi l’évolution de 65 patients libérés. Neuf d’entre eux ont présenté des symptômes après leur sortie. Deux des neuf ont été testés positivement lors d’un test d’acide nucléique pour le virus.

Pendant ce temps, trois des 56 autres patients qui ne présentaient pas de symptômes ont été à nouveau testés positifs.

Au total, cinq (trois plus deux) patients ont rechuté, ce qui signifie que le taux de rechute était de 7,69 %. Neuf autres ont été placés en quarantaine pour une observation médicale plus poussée.

Un autre document, publié le 11 avril, expliquait que chaque gouvernement régional devait surveiller les personnes voyageant de l’épicentre du virus, province de Hubei, et du sol zéro, ville de Wuhan, la capitale de Hubei.

Pour la Mongolie-intérieure, les autorités ont déclaré qu’il fallait mettre en place des moyens de passage spéciaux pour les habitants de Hubei dans les aéroports, les gares ferroviaires, les gares routières, etc. De plus, chaque personne du Hubei doit être testée, mise en quarantaine, contrôlée pendant 14 jours après son arrivée en Mongolie-intérieure. Ensuite, ils doivent signaler leur état de santé aux autorités tous les jours pendant 14 jours supplémentaires.

Le document ne mentionne pas le nombre de personnes du Hubei qui ont été diagnostiquées après leur arrivée en Mongolie-intérieure, mais souligne la nécessité de contenir ces cas.

Dans un autre document interne, diffusé par le Conseil d’État chinois à chaque région le 7 avril, le gouvernement central a demandé à chaque autorité locale de reprendre ses activités commerciales en fonction de la gravité des foyers locaux.

Si elle est grave, les usines devraient reprendre la production « étape par étape ». Le gouvernement central a également demandé aux autorités locales de désinfecter les véhicules de transport public, de limiter les rassemblements de personnes, etc.

Deux chats regardent une souris marcher sur le trottoir à Koweït City le 8 mars 2017. (YASSER AL-ZAYYAT/AFP via Getty Images)

Cas de peste

Un autre document a révélé que « depuis la première épidémie le 15 mars 2020, 21 sites dans quatre ligues [une juridiction locale] ou municipalités de la région ont signalé une épidémie de peste » parmi les populations locales de rongeurs.

Il y a 12 ligues et municipalités en Mongolie-intérieure, ce qui signifie qu’un tiers d’entre elles ont signalé une épidémie.

Le document énumère six cas qui se sont produits récemment.

Par exemple, dans la soirée du 10 avril, des fonctionnaires du gouvernement ont trouvé deux carcasses de gerbilles de Mongolie dans les champs d’un village de la ligue Xilin Gol. Les résultats des tests publiés le 12 avril ont révélé que les gerbilles étaient mortes de la peste.

Capture d’écran d’un document interne sur une épidémie de peste en Mongolie-intérieure, Chine, le 13 avril 2020. (Fourni à Epoch Times par une source)

Un document interne daté du 3 avril dit : « Actuellement, la peste des rongeurs est grave. Une épidémie entre humains est très possible. » Il a exhorté les autorités à contrôler et à prévenir la maladie rapidement.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Saviez-vous que nous sommes indépendants ?

Epoch Times est indépendant de toute influence des entreprises, des gouvernements ou des partis politiques. Notre seul objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations précises et d’être responsables envers le public.

RECOMMANDÉ