Des experts analysent la décision des États-Unis de se retirer de l’accord de Paris sur le climat

Par Cynthia Cai
18 novembre 2019 Mis à jour: 18 novembre 2019

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé dans une déclaration le 4 novembre que les États-Unis se retireraient de l’accord de Paris sur le climat. Le président Trump a d’abord annoncé son intention de se retirer de la proposition climatique en 2017.

Cette décision a suscité l’appui et les critiques de diverses personnes et organisations. Epoch Times a fait appel au Heartland Institute, un groupe de réflexion national sur le marché libre, pour examiner la situation en profondeur.

Anthony Watts, chercheur principal sur l’environnement et le climat au Heartland Institute, a expliqué que l’accord de Paris sur le climat est inefficace pour atteindre l’objectif de réduction du changement climatique.

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont découvert que le monde continuera de se réchauffer au fil des ans. Tout comme les accords précédents, bien que des initiatives telles que l’accord de Paris sur le climat constituent « un pas dans la bonne direction », l’impact global est encore insuffisant.

Se référant à la recherche, Anthony Watts a déclaré que « le résultat final net en 2100 serait d’environ deux dixièmes de degré Celsius de baisse des températures. Cela entraînera malgré tout un gain de 3,5 degrés si vous croyez le modèle climatique. »

Si certaines politiques valent mieux que rien, une analyse coûts-avantages indique que les États-Unis seraient désavantagés par rapport à d’autres pays s’ils appliquaient l’accord de Paris sur le climat.

M. Watts a expliqué que même si l’accord de Paris sur le climat avait fonctionné à 100 %, le résultat final aurait été dérisoire et serait au détriment d’importantes sommes d’argent, du développement économique et des emplois.

L’accord aurait un impact négatif sur l’économie américaine à long terme.

« Selon l’analyse que nous avons faite ici au Heartland Institute et ailleurs, cela [l’accord de Paris sur le climat] nous aurait coûté environ 2,7 millions d’emplois d’ici 2025 en raison de la réduction de certaines industries. Cela aurait représenté environ 440 000 emplois dans le secteur manufacturier que nous aurions perdus à cause de cela [l’accord de Paris sur le climat] », a déclaré M. Watts.

Il a ajouté que d’ici 2030, les États-Unis auraient connu une baisse de 38 % de la production de fer et d’acier, de 31 % de la production de gaz naturel et de 86 % de la production de charbon. Les États-Unis verraient alors une perte de 3 milliards de dollars de produit intérieur brut (PIB) et 6,5 millions d’emplois perdus d’ici 2040 dans le secteur industriel.

En ce qui concerne le dioxyde de carbone, Anthony Watts a expliqué que les données existantes indiquent que les émissions de dioxyde de carbone aux États-Unis et dans l’Union européenne ont été généralement constantes ou ont diminué entre 1970 et 2018. Cela s’explique en partie par le passage au gaz naturel et aux énergies renouvelables.

Le sénateur John Barrasso (Républicain-Wyo.) s’est fait l’écho de ces propos en déclarant que « notre réduction des émissions est en grande partie attribuable aux technologies nouvelles et novatrices du secteur privé, et non aux accords internationaux ou aux règlements punitifs ».

Accord non contraignant

La principale critique concernant l’accord de Paris sur le climat est l’aspect non contraignant. Malgré la signature de l’accord, les pays ne subissent aucune répercussion s’ils ne prennent pas les mesures nécessaires pour protéger le climat et l’environnement.

Selon l’article 6 de l’Accord, « les membres reconnaissent que certains membres choisissent de poursuivre une coopération volontaire dans la mise en œuvre de leurs contributions nationales déterminées, pour permettre une plus grande ambition dans leurs actions d’atténuation et d’adaptation et pour promouvoir le développement durable et l’intégrité environnementale ».

Il s’agit essentiellement d’un ensemble de lignes directrices que les pays ont signées, exprimant leur intérêt pour l’élaboration de programmes visant à protéger l’environnement et le climat.

M. Watts a décrit comment des pays comme la Chine, malgré la signature de l’Accord, n’ont pas pris de mesures concrètes pour réduire la pollution et la production de dioxyde de carbone du pays.

Il a noté que la Chine continue de construire des centrales au charbon parmi d’autres installations qui contribuent grandement à l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone dans le pays. L’Inde connaît une augmentation similaire des émissions.

« En fin de compte, même si les États-Unis maintenaient l’accord de Paris, les répercussions que nous obtiendrions des augmentations de la part de la Chine et de l’Inde éclipseraient totalement les gains que les États-Unis pourraient avoir réalisés en matière de réduction du dioxyde de carbone dans le cadre de l’accord de Paris », explique M. Watts.

La décision de se retirer de l’accord a été appuyée par les législateurs républicains, dont beaucoup ont coparrainé H.Res.676, une résolution qui encourage le retrait de l’accord de Paris.

« L’accord de Paris a pénalisé l’économie américaine et ses citoyens dans le seul but de poursuivre un objectif irréalisable qui, même s’il aurait été atteint, n’entraînerait qu’une légère baisse de la température mondiale. Le président Trump a eu raison de nous sortir de ce gâchis », a déclaré Anthony Watts.

RECOMMANDÉ