Des experts disent que la recherche de la source du coronavirus est freinée par le manque de transparence du régime chinois

Par Cathy He
28 février 2020
Mis à jour: 28 février 2020

Près de deux mois après que la nouvelle du nouveau coronavirus est apparue en Chine, il y a encore beaucoup de choses que les scientifiques ignorent sur la source de l’épidémie.

Selon les experts, la course à la découverte de la provenance du virus a cependant été rendue plus difficile par le manque de transparence du régime chinois.

« Il y a beaucoup de questions sur les origines du virus parce que le gouvernement chinois n’a pas fourni suffisamment de transparence concernant les premières enquêtes sur l’épidémie », a déclaré Sean Lin, un ancien chercheur en virologie de l’armée américaine, à l’édition anglaise du journal Epoch Times.

La principale de ces questions est l’origine de l’épidémie.

Alors que les autorités chinoises soupçonnent le point de départ de l’épidémie d’être le marché des fruits de mer de Huanan, un marché d’animaux sauvages et de fruits de mer dans la ville centrale de Wuhan, en Chine, des développements récents ont mis en doute cette affirmation.

Une étude du 24 janvier par un groupe de chercheurs chinois publiée dans le journal médical The Lancet a analysé les 41 premiers cas de patients atteints de coronavirus à Wuhan et a révélé que 14 de ces patients n’avaient aucun lien avec le marché des fruits de mer.

Surtout, les chercheurs n’ont pas pu trouver de « lien épidémiologique » entre le premier patient, tombé malade le 1er décembre 2019, et les patients ultérieurs. Cette date contredit également les informations des autorités sanitaires chinoises, qui ont déclaré que le premier patient présentait des symptômes le 8 décembre 2019.

Un des auteurs de l’étude a par la suite confirmé à la BBC que le premier patient était un homme dans la soixantaine qui était alité après avoir subi un AVC. Il n’avait aucun lien avec le marché, une révélation qui ouvre la possibilité que le virus se soit propagé ailleurs avant d’entrer sur le marché.

Une étude récente par un groupe de chercheurs affiliés à l’Académie des sciences de Chine et à l’Institut chinois de recherche sur le cerveau, qui n’a pas encore été évaluée par des pairs, suggère que le coronavirus a été introduit de l’extérieur du marché, puis s’est rapidement étendu à l’intérieur de l’installation surpeuplée début décembre 2019 avant de s’étendre à toute la ville.

Sur la base d’une analyse des données du génome du virus, les chercheurs ont postulé que le virus a commencé à se propager d’une personne à l’autre au début du mois de décembre, voire à la fin novembre.

Information manquante

Alors que les études génétiques peuvent progressivement fournir plus de détails sur l’évolution de l’épidémie, la tâche de retracer le chemin de la maladie est pleine de défis car les autorités chinoises n’ont pas publié d’informations sur les animaux présents sur le marché, ni s’ils ont testé des échantillons d’animaux provenant du marché ou d’ailleurs à Wuhan.

Ces informations sont essentielles pour identifier les animaux qui auraient pu être porteurs du virus avant qu’il ne se propage à l’homme.

Guan Yi, directeur du State Key Laboratory of Emerging Infectious Diseases [laboratoire clef de l’émergence des maladies infectieuses] de l’Université de Hong Kong, s’est rendu à Wuhan avec son équipe en janvier dans l’espoir de retrouver l’animal à l’origine du virus. Il a critiqué les autorités de Wuhan pour avoir désinfecté le marché, interrompant essentiellement toute enquête éventuelle.

« Il n’y a pas de scène de crime », a déclaré Guan Yi au magazine financier chinois Caixin dans une interview le 23 janvier.

Sean Lin a exprimé des préoccupations similaires, déclarant : « Le problème est que le gouvernement chinois n’a jusqu’à présent montré aucun résultat de test d’aucun échantillon animal prélevé à Wuhan.

« Donc, on ne peut pas comprendre clairement comment le coronavirus est passé de la chauve-souris […] aux humains. »

On pense que les chauves-souris sont l’hôte d’origine du virus, officiellement appelé SARS-CoV-2. On pense alors qu’il a transité par un ou plusieurs autres animaux, appelés hôtes intermédiaires, avant d’infecter les humains. Les chauves-souris n’étaient pas vendues au marché de Wuhan.

Les civettes de palmier, mammifères trouvés en Asie, étaient l’hôte intermédiaire du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), une épidémie originaire de Chine en 2002, tandis que les chameaux étaient l’hôte intermédiaire du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), une épidémie en Arabie saoudite en 2012. Les chercheurs ont retracé les hôtes d’origine aux chauves-souris dans les deux épidémies.

Le nouveau coronavirus s’est révélé avoir une similitude génétique de 96,2 % avec un coronavirus trouvé dans une rhinolophe (chauve-souris) en 2013, appelé RaTG13, dans la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, à 1 600 km de Wuhan. Fait intéressant, les scientifiques chinois de l’Institut de virologie de Wuhan n’ont publié le génome de RaTG13 que le 23 janvier de cette année.

Yuhong Dong, experte en maladies infectieuses virales et directrice scientifique de la société de biotechnologie suisse SunRegen Healthcare, a déclaré à Epoch Times qu’une telle similitude génétique ne suffit pas pour justifier que RaTG13 soit une source directe de SARS-CoV-2, car une similitude d’environ 99,9 % est nécessaire pour être identifié comme un ancêtre immédiat.

Les coronavirus ont plus de 30 000 bases d’acide nucléique d’ARN. Même une différence génétique de seulement 4 % signifie qu’au moins 1 200 bases sont différentes. Cette différence de 1 200 bases est toujours significative, a expliqué Yuhong Dong.

Récemment, des scientifiques de l’Université agricole de Chine méridionale dans la province chinoise du Guangdong ont annoncé que le SARS-CoV-2 correspondait à 99 % à un coronavirus identifié dans les pangolins, ce qui suggère que l’animal peut avoir servi d’hôte intermédiaire.

L’équipe de scientifiques a examiné plus de 1 000 échantillons et a découvert que 70 % des pangolins portaient des virus de la même famille d’agents pathogènes que le SRAS-CoV-2.

Cependant, ils n’ont pas publié l’étude ni aucune donnée issue des tests. Ils n’ont pas non plus révélé d’où venaient les pangolins testés, ce qui rend leur affirmation impossible à vérifier, a déclaré Mme Dong.

Génétiquement modifié ?

Certaines personnes ont proposé une théorie selon laquelle le coronavirus pourrait être le résultat du génie génétique ou d’un accident de laboratoire, des possibilités que M. Lin et Mme Dong ne peuvent pas exclure à ce stade.

Yuhong Dong dit qu’il peut être extrêmement difficile de prouver si le virus a été conçu, car un tel processus pourrait être effectué sans laisser de preuves distinctives.

« Je n’ai pas vu d’article scientifique qui puisse expliquer clairement ses origines naturelles, son réservoir naturel et son prédécesseur le plus proche », a t’il ajouté.

La question de savoir si l’action humaine aurait pu conduire au virus a attiré une attention considérable, certains médias et scientifiques le qualifiant de « théorie du complot ».

Sean Lin dit qu’une telle étiquette n’a pas sa place dans l’enquête scientifique.

« Quand les gens remettent en question l’origine, cela ne signifie pas que c’est une théorie du complot. Les gens n’en savent tout simplement pas assez sur la façon dont le virus a muté », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il reste de nombreuses questions à résoudre.

Des mutations particulières dans les acides aminés du virus le rendant plus transmissible aux humains sont « inhabituelles au sens académique », a déclaré Fang Chi-tai, professeur de santé publique de l’université nationale de Taiwan (NTU), lors d’un séminaire organisé à NTU le 22 février, ajoutant qu’il était peu probable que de telles mutations se soient formées dans la nature « en une seule fois ».

« D’un point de vue académique, il est en effet possible que les acides aminés aient été ajoutés au COVID-19 [la maladie causée par le nouveau coronavirus] en laboratoire par les humains », a déclaré Fang Chi-tai, rapporte le journal Taiwan News.

D’autres scientifiques ont rejeté l’idée, affirmant que le virus provenait d’un processus évolutif naturel.

Richard H. Ebright, directeur de laboratoire au Waksman Institute of Microbiology et professeur de chimie et de biologie chimique à l’Université Rutgers, a déclaré que sur la base de la séquence du génome et des propriétés du virus, « il n’y a aucune raison de soupçonner que le virus a été conçu ».

Mais M. Ebright a laissé ouverte la possibilité que le virus ait contaminé la population humaine par un accident de laboratoire, « parce que le coronavirus de chauve-souris RaTG13 et des coronavirus de chauve-souris étroitement apparentés sont également connus pour avoir été présents dans un laboratoire », a-t-il déclaré au site Web The Street, faisant référence à la collection de coronavirus à l’Institut de virologie de Wuhan. « La première infection humaine aurait également pu se produire comme un accident de laboratoire. »

L’Institut de Wuhan, situé à quelques kilomètres du marché de Huanan, a nié publiquement être à l’origine de l’épidémie.

Mme Dong a déclaré qu’elle aimerait voir plus de transparence de la part de l’institut, comme la divulgation de tous les virus qu’il étudiait, afin que les étrangers puissent vérifier s’il avait un lien avec l’épidémie.

RECOMMANDÉ