Des experts mettent en avant des preuves « accablantes » d’épissage de gènes, indiquant que le virus du PCC provient probablement d’un laboratoire

Par Tom Ozimek
12 juin 2021
Mis à jour: 12 juin 2021

Dans une tribune publiée le 6 juin dans le Wall Street Journal, deux experts affirment qu’il existe des preuves scientifiques « accablantes » soutenant la théorie selon laquelle le virus du PCC (Parti communiste chinois) ne serait pas passé naturellement de l’animal à l’homme, mais qu’il aurait été créé par bio-ingénierie dans un laboratoire chinois.

Le Dr Steven Quay, titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat de l’université du Michigan, et Richard Muller, professeur émérite de physique à l’université de Californie à Berkeley, ont déclaré que deux éléments clés, l’un relatif à l’épissage des gènes et l’autre à l’absence de diversité du virus, suggèrent fortement une origine de laboratoire pour l’épidémie qui a infecté plus de 173 millions de personnes dans le monde.

« La présence de la double séquence CGG est une preuve solide de l’épissage du gène, et l’absence de diversité dans l’épidémie publique suggère une accélération par gain de fonction. Les preuves scientifiques permettent de conclure que le virus a été développé dans un laboratoire », ont écrit les deux chercheurs.

La recherche sur le gain de fonction consiste à manipuler le génome d’un virus pour augmenter sa virulence ou sa transmissibilité afin de mieux comprendre et prévoir l’émergence d’agents pathogènes et de faciliter la recherche d’une solution avant que la maladie ne devienne une pandémie. Le Dr Quay et le Pr Muller ont écrit que la paire de génomes la plus couramment utilisée dans les expériences de gain de fonction sur les coronavirus est CGG-CGG, ou double CGG, qui est épissé à un « emplacement de choix » dans le génome, ce qui stimule la production de deux acides aminés arginine consécutifs et augmente la létalité du virus.

Cela « modifie la protéine de spicule du virus, ce qui lui permet d’injecter plus facilement du matériel génétique dans la cellule victime. Depuis 1992, au moins 11 expériences distinctes ont été menées pour ajouter une séquence spéciale au même endroit. Le résultat final a toujours été des virus extrêmement forts », ont écrit les scientifiques.

L’insertion génomique peut avoir lieu naturellement dans un processus appelé recombinaison, mais dans les cas d’épissage naturel, l’une des 35 autres séquences génomiques possibles aurait beaucoup plus de chances d’apparaître que le double CGG, ont écrit MM. Quay et Muller.

« Dans toute la classe des coronavirus qui inclut le CoV-2, la combinaison CGG-CGG n’a jamais été trouvée naturellement », ont-ils écrit. « Cela signifie que la méthode habituelle d’acquisition de nouvelles compétences par les virus, appelée recombinaison, ne peut pas fonctionner ici. Un virus ne peut tout simplement pas récupérer une séquence d’un autre virus si cette séquence n’est présente dans aucun autre virus. »

Mais dans les expériences de gain de fonction en laboratoire, la séquence CGG est la paire de choix, ont-ils dit.

« Cela s’explique par le fait qu’elle est facilement disponible et pratique, et que les scientifiques ont une grande expérience de son insertion », ont écrit les scientifiques. « Un avantage supplémentaire de la double séquence CGG par rapport aux 35 autres choix possibles : elle crée une balise utile qui permet aux scientifiques de suivre l’insertion en laboratoire. »

Bien que le duo ait reconnu que la double séquence CGG aurait pu apparaître naturellement dans le SRAS-CoV-2, le terme scientifique pour le virus du PCC, le fait qu’elle soit présente dans le virus place la charge de la preuve sur les opposants à la théorie du laboratoire.

« Les partisans de l’origine zoonotique doivent expliquer pourquoi le nouveau coronavirus, lorsqu’il a muté ou s’est recombiné, a choisi la combinaison qu’il préférait le moins, le double CGG. Pourquoi a-t-il reproduit le choix qu’auraient fait les chercheurs du laboratoire spécialisés dans le gain de fonction ? » ont-ils écrit.

« Au minimum, ce fait (que le coronavirus, avec toutes ses possibilités aléatoires, ait pris la combinaison rare et non naturelle utilisée par les chercheurs humains) implique que la théorie principale pour l’origine du coronavirus doit être une fuite de laboratoire. »

Si la thèse selon laquelle le virus se serait échappé d’un laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan a été initialement rejetée par un certain nombre d’éminents scientifiques, dont le Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison-Blanche, il y a eu récemment un revirement. Anthony Fauci a reconnu qu’il n’était plus certain que le virus n’avait pas fui du laboratoire, tandis que le président Joe Biden a ordonné aux services de renseignement américains de « redoubler » d’efforts pour examiner les deux théories, qu’il a qualifiées d’également plausibles.

Le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, Anthony Fauci, témoigne devant une commission de la Chambre des représentants à Washington, le 15 avril 2021. (Amr Alfiky/Pool/AFP via Getty Images)

MM. Quay et Muller ont dit que le deuxième élément clé soutenant la théorie de la fuite de laboratoire concerne la diversité génétique du virus du PCC par rapport aux coronavirus qui ont causé le SRAS et le MERS.

Le SRAS et le MERS, dont l’origine naturelle a été confirmée, « ont évolué rapidement au fur et à mesure de leur propagation dans la population humaine, jusqu’à ce que les formes les plus contagieuses dominent ».

Pourtant, le virus du PCC « est apparu chez l’homme déjà adapté en une version extrêmement contagieuse », ont noté les deux chercheurs, aucune mutation significative n’étant survenue dans le virus jusqu’à plusieurs mois après l’épidémie.

« Une optimisation aussi précoce est sans précédent, et elle suggère une longue période d’adaptation qui a précédé sa propagation publique », ont-ils écrit, affirmant qu’il n’y a qu’une seule façon d’y parvenir, à savoir par une « évolution naturelle simulée » en faisant croître le virus sur des cellules humaines dans des conditions de laboratoire.

Les autorités communistes chinoises ont rejeté à plusieurs reprises la théorie de la fuite en laboratoire, tandis qu’un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié en mars a conclu que le virus du PCC s’est probablement propagé à l’homme par l’intermédiaire d’un animal inconnu. Toutefois, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré à l’époque que la mission visant à étudier l’origine du virus n’avait pas suffisamment analysé les autres théories. Le 25 mai, les États-Unis ont exhorté l’OMS à lancer une nouvelle enquête sur l’origine du virus, soulignant ainsi le besoin de transparence.

Plus d’une douzaine de pays, dont les États-Unis et l’Union européenne, ont fait part de leurs préoccupations concernant la première phase de l’étude de l’OMS sur l’origine du virus, soulignant le retard important du rapport et le refus de la Chine de partager des données brutes cruciales.

En mars, le Dr Quay a été le co-auteur une étude qui s’est appuyée sur une analyse bayésienne pour conclure « au-delà de tout doute raisonnable que le SRAS-CoV-2 n’est pas une zoonose naturelle, mais qu’il est plutôt dérivé d’un laboratoire ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ