Exporter le totalitarisme : des spécialistes vous expliquent pourquoi vous devriez vous intéresser à la Chine

La Chine voit son masque disparaître
Par Mary Clark
23 juillet 2020
Mis à jour: 23 juillet 2020

Avec la pression croissante exercée par la pandémie du virus du PCC, les manifestations de Hong Kong et la guerre commerciale avec les États-Unis, l’Occident commence à avoir un aperçu du véritable visage de la Chine au-delà de la façade d’un pays moderne, de haute technologie, tourné vers les affaires et ami de l’Occident – nous devrions être inquiets, selon quatre grands spécialistes de la Chine.

« Si nous ne tuons pas le cancer, le cancer nous tuera », a déclaré l’entrepreneur chinois à succès Elmer Yuen, lors d’un séminaire en ligne organisé lundi après-midi pour marquer le 21e anniversaire du début de la persécution des pratiquants du Falun Gong par l’État chinois. Il faisait référence au Parti communiste chinois (PCC).

Elmer Yuen à Washington le 12 juin 2020. (Sean Lin/Sound of Hope)

Peu d’entre nous, en Occident, connaissons l’étendue du contrôle exercé par le PCC sur chaque aspect de la vie en Chine, ni ne savons qu’il a essayé d’étendre ce contrôle aux démocraties occidentales.

« La relation entre le Parti communiste chinois et l’État chinois ne ressemble à rien de ce que l’on voit dans les pays démocratiques. Les fonctionnaires de l’État sont des marionnettes. C’est le Parti qui tire les ficelles », a déclaré l’avocat canadien des droits de l’homme David Matas lors du séminaire en ligne.

David Matas a fait des recherches approfondies sur l’État chinois, en rassemblant les premières preuves qui ont établi que le PCC prélevait systématiquement des organes sur des prisonniers d’opinion pour alimenter la florissante industrie de la transplantation d’organes.

David Matas, avocat canadien des droits de l’homme (Woody Wu/AFP/Getty Images)

« De haut en bas de la structure gouvernementale, politique et juridique, il y a pour chaque agent de l’État un responsable du Parti qui lui donne des instructions. Ce n’est qu’au sommet que les deux systèmes convergent. Le secrétaire général du Parti est également le président de l’État. Partout ailleurs dans le système, les responsables du Parti qui donnent des instructions et les responsables de l’État qui en reçoivent sont différents », explique M. Matas.

« Le Parti est au-dessus de la loi, parce que le Parti dit au système juridique ce qu’il doit faire. Le Parti donne des instructions aux greffiers des tribunaux, à la police, aux prisons, aux procureurs, aux enquêteurs, au conseil de la défense, et même aux juges. »

Elmer Yuen s’est fait l’écho de l’observation de David Matas.

« La nation est une façade ; le gouvernement est une façade. Chaque fonctionnaire du gouvernement, y compris le Premier ministre, a un membre du Parti derrière lui, qui est Xi Jinping, et qui tire les ficelles », a-t-il déclaré.

Tous les directeurs de restaurant et tous les généraux de l’armée chinoise ont un secrétaire du Parti derrière eux pour leur dire quoi dire et quoi faire, a déclaré M. Yuen.

Elmer Yuen, qui fait des affaires en Chine depuis des décennies, a une vision unique du Parti communiste chinois.

Il préfère l’appeler le « Parti chinois Cosa Nostra », a-t-il déclaré dans un discours passionné, car le régime fonctionne davantage comme une mafia, dominée par « 50 familles différentes » qui contrôlent des industries et des territoires différents. Les 90 millions de membres du Parti sont tous des « gangsters qui font le travail criminel à leur place », et les personnes ordinaires, qui sont comme des esclaves, « paient des frais de protection » pour éviter les ennuis que pourrait leur causer la mafia.

« Le monde entier traite [la République populaire de Chine] comme une vraie nation, mais c’est une blague », a-t-il déclaré.

Elmer Yuen s’est récemment rendu à Washington pour faire pression sur le gouvernement américain pour qu’il désigne le PCC comme une organisation criminelle et sanctionne les membres du Parti.

Surveillance technologique

Robert Spalding, général de brigade à la retraite de l’armée de l’air américaine, considère les données comme la ressource stratégique du 21e siècle. Une course aux données est engagée entre les entreprises et les gouvernements afin de maîtriser la collecte et l’analyse des données.

Le général de brigade Robert Spalding, retraité de l’armée de l’air américaine, à Washington le 29 mai 2019. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

En Chine, le réseau 5G et les grands systèmes de données sont utilisés pour manipuler et contrôler la population de manière effrayante. Avec la reconnaissance faciale, l’intelligence artificielle et de nombreux aspects de la vie quotidienne associés aux applications des smartphones, il n’est pas facile d’échapper au contrôle du Parti communiste, tout au moins dans les grandes villes.

Ces dernières années, le PCC a pu exercer un contrôle encore plus grand sur le peuple chinois grâce à la technologie avec le label « villes intelligentes ».

« En 2017, vous pouviez aller dans un restaurant en Chine, commander de la nourriture sur votre téléphone, entrer dans le restaurant et ne plus jamais avoir à toucher votre téléphone puisqu’une caméra enregistrait votre visage, effectuait une reconnaissance faciale, tandis que le serveur vous accueillait en prononçant votre nom pour vous remettre votre repas », a déclaré M. Spalding, pour décrire la puissance de la 5G.

« Ils ont découvert que ces technologies, que Baidu, Alibaba et Tencent avaient maîtrisé avec succès sur le plan économique, pouvaient également être utilisées pour influencer les populations », a-t-il expliqué.

« L’objectif en Chine est donc de mettre en place un réseau de capteurs, si vous voulez, dans les villes intelligentes afin de pouvoir surveiller ce que tout le monde fait à tout moment et d’utiliser cette surveillance, ainsi que les outils, les technologies et les modèles commerciaux que la Silicon Valley développe, pour vraiment comprendre les gens et commencer à les influencer selon les critères définis par le Parti communiste chinois sur ce que doit être un bon citoyen. »

Un écran dédié à la reconnaissance faciale et à l’intelligence artificielle est installé sur le campus Bantian de Huawei à Shenzhen, en Chine, le 26 avril 2019. (Kevin Frayer/Getty Images)

Il s’agit du « système de crédit social », qui récompense les citoyens pour leur bonne conduite et les punit pour toute infraction, par exemple en les empêchant de réserver des billets de voyage.

Depuis un certain temps, le PCC tente d’exporter son totalitarisme à l’étranger en utilisant un éventail de tactiques technologiques d’une hauteur étourdissante.

« [Mao] dirait que la politique se transforme en forme de guerre qui utilise d’autres moyens. En d’autres termes, la politique de guerre se transforme en un effort et une campagne de premier plan pour maintenir la domination du Parti communiste chinois sur la Chine et exercer son influence à l’étranger », a déclaré M. Spalding.

Huawei a récemment fait la une des journaux lorsque le Royaume-Uni a décidé de l’exclure de l’infrastructure 5G. La technologie est certainement la méthode la plus connue que le PCC utilise pour tenter d’exercer un contrôle sur les autres pays et leurs populations.

« Ces réseaux qui leur permettent de collecter des données et leur permettent d’acquérir une compréhension approfondie des caractéristiques des individus et des sociétés libres facilitent les campagnes d’influence qu’ils mènent sur les médias sociaux au point où c’est pour eux un jeu d’enfant », a déclaré M. Spalding.

Une partie de cette influence est l’autocensure, que le PCC peut obtenir par la coercition économique à travers le système mondialisé.

« C’est de cela dont nous parlons en ce qui concerne l’influence chinoise et sa capacité à motiver les populations des sociétés démocratiques à s’autocensurer, à abandonner réellement les principes de leurs sociétés fondatrices », a-t-il déclaré.

En octobre de l’année dernière, par exemple, la Chine s’est retournée contre la NBA lorsqu’un directeur général a tweeté son soutien aux manifestants de Hong Kong.

On voit un drapeau chinois placé sur un mannequin portant une tenue de basket-ball américaine dans le magasin de détail phare de la NBA à Pékin le 9 octobre 2019. (Kevin Frayer/Getty Images)

« Tous les produits de la NBA ont été retirés des rayons de toutes les boutiques en ligne de Chine presque instantanément », a déclaré M. Spalding.

Google, Facebook, Amazon, Netflix et Apple dominent le marché aux États-Unis. La Chine a donc créé ses propres entreprises pour les concurrencer, comme Baidu, Tencent et Alibaba. Des applications telles que WeChat et TikTok, qui prédominent en Chine, gagnent maintenant du terrain en Occident, ce qui permet au PCC de diffuser facilement sa propagande et sa désinformation. Les entreprises chinoises investissent également dans des entreprises américaines, Tencent investit par exemple dans Reddit, a déclaré M. Spalding.

L’Inde a interdit TikTok, et les États-Unis envisagent cette interdiction pour des raisons de sécurité, car, comme l’ont souligné David Matas et Elmer Yuen, même si les entreprises se disent indépendantes de l’État chinois, cela est impossible en Chine.

« À mesure que ces entreprises gagnent en puissance économique, leur aptitude à influencer les autres entreprises et les autres institutions devient vraiment une partie du tissu de notre économie mondiale », a déclaré M. Spalding.

Liberté et persécution

Le séminaire en ligne intitulé « Comprendre le parti communiste chinois : Leçons pour le monde libre » a été organisé par l’Association britannique de Falun Dafa, une organisation gérée par des bénévoles qui représente les pratiquants de la discipline spirituelle Falun Gong au Royaume-Uni.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, a été enseigné publiquement pour la première fois en Chine en 1992 et s’est rapidement répandu dans les années 1990, attirant environ 100 millions de personnes vers les exercices lents et les enseignements moraux centrés sur la Authenticité, la Bienveillance et la Tolérance. Il est aujourd’hui pratiqué par des centaines de personnes au Royaume-Uni et par plusieurs millions dans plus de 80 pays à travers le monde.

Mais le 20 juillet 1999, le dirigeant du PCC de l’époque, Jiang Zemin, a lancé une campagne de persécution contre cette pratique pour tenter de l’« éradiquer ».

« Il y a 21 ans, le PCC a entrepris d’éradiquer le Falun Gong, le plus grand groupe spirituel persécuté en Chine », a déclaré Rosemary Byfield, de l’Association du Falun Dafa, dans une introduction au séminaire en ligne. « Cela a commencé par une vaste campagne de propagande provoquant un mouvement de haine et de déshumanisation. Des dizaines de milliers de pratiquants ont été tués et des centaines de milliers sont toujours emprisonnés par le PCC », a-t-elle déclaré.

Les persécutions religieuses n’ont pas diminué depuis. Selon l’activiste des droits de l’homme Benedict Rogers, « lorsqu’il s’agit de religion, ou de religion et de croyance, je pense que nous assistons peut-être à la pire des situations, aux pires répressions, depuis la Révolution culturelle ».

L’accord que le Vatican a conclu avec le PCC il y a deux ans pour permettre au Parti de nommer des évêques ne semble pas avoir amélioré la situation des catholiques en Chine, a-t-il déclaré. Les églises et les symboles religieux ont été détruits ; la propagande du Parti communiste est affichée dans les églises contrôlées par l’État et des caméras de sécurité surveillent les personnes qui assistent aux services. Les arrestations de chrétiens ont également augmenté.

Benedict Rogers, qui est chef d’équipe pour l’Asie de l’Est au sein de l’organisation des droits de l’homme Solidarité chrétienne mondiale (CSW), a cité une publication de la CSW intitulée « Repressed, Removed, Reeducated: the stranglehold on religious life in China » (répression, transformation, rééducation : la mainmise sur la vie religieuse en Chine). Il a mentionné le pasteur Wang Yi de l’Église Early Rain qui, en décembre 2019, a été emprisonné pour une durée de 9 ans pour des accusations de subversion pour avoir déclaré que le leader chinois Xi Jinping ne pouvait pas être Dieu.

Avant son arrestation, M. Wang avait expliqué que le PCC se lançait dans une « guerre contre l’âme », mais qu’il « s’est créé un ennemi qui ne peut être ni détenu, ni détruit, qui ne capitulera jamais et ne sera jamais conquis, c’est-à-dire l’âme humaine ».

Benedict Rogers, chef de l’équipe Asie de l’Est de l’Association chrétienne de solidarité mondiale, lors d’un rassemblement commémorant le 20e anniversaire de la persécution du Falun Gong en Chine, sur la pelouse ouest du Capitole à Washington, le 18 juillet 2019. (Mark Zou/The Epoch Times)

Benedict Rogers est vice-président de la Commission des droits de l’homme du Parti conservateur et membre du groupe consultatif de la récente Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), un groupe international de législateurs issus de différents partis politiques qui travaillent sur la stratégie d’approche adoptée par les pays démocratiques à l’égard de la Chine.

L’ancien chef du Parti conservateur Sir Iain Duncan-Smith et sa collègue travailliste la baronne Helena Kennedy sont coprésidents de l’IPAC, le sénateur Bob Menendez (démocrate, New Jersey) et Marco Rubio (républicain, Floride) représentant les États-Unis.

Le 20 juillet, l’IPAC a publié une déclaration pour marquer l’anniversaire de la persécution du Falun Gong. Elle faisait référence au Tribunal chinois présidé par Sir Geoffrey Nice, qui a qualifié le prélèvement forcé d’organes par la Chine de crime contre l’humanité :

« Les rapports sur les prisonniers du Falun Gong qui sont ciblés pour leurs organes sont particulièrement troublants. Des preuves de prélèvement forcé d’organes en Chine sont apparues il y a 15 ans, et un projet juridique indépendant et rigoureux – le Tribunal chinois – a conclu l’année dernière, au-delà de tout doute raisonnable, que cette pratique avait été perpétrée à un niveau généralisé, parrainé par l’État et systématique », peut-on lire dans la déclaration.

Coercition à l’étranger

Ce n’est pas seulement à l’échelle mondiale ou nationale, mais aussi au niveau individuel que le PCC cherche à dominer.

Benedict Rogers, qui a également fondé l’ONG Hong Kong Watch en 2017 pour surveiller la détérioration de la situation des droits de l’homme dans l’ancienne colonie britannique, a expliqué en détail comment le PCC ne limite pas ses actions répressives à l’intérieur des frontières de la Chine – prenant pour cible à la fois les Chinois d’outre-mer et toute personne qui s’exprime contre le régime.

« Je me suis moi-même vu refuser l’entrée à Hong Kong sur ordre de Pékin. Et j’ai également, comme un certain nombre d’entre nous j’en suis sûr, reçu un certain nombre de lettres et de mails de harcèlement, l’ambassade de Chine a essayé de faire pression sur les députés britanniques pour qu’ils me disent d’arrêter de parler de ces questions », a déclaré M. Rogers.

Il a raconté l’histoire de son voyage au Portugal qui s’est déroulé l’année dernière et au cours duquel il a rencontré deux éminents militants de la démocratie de Hong Kong – Martin Lee, le fondateur du premier parti pro-démocratie de Hong Kong, et le cardinal Joseph Zen – lors d’une petite réunion privée. Le PCC l’a appris d’une manière ou d’une autre et, faute de pouvoir faire sortir les deux hommes de la réunion, une dizaine de diplomates chinois ont installé leurs quartiers dans l’hôtel d’en face pour tenter de perturber la rencontre.

« Si le Parti communiste chinois est prêt à aller aussi loin pour perturber une petite réunion de catholiques dans un lieu de pèlerinage européen juste parce que deux démocrates octogénaires de Hong Kong et des critiques du régime étaient présents, ce qui montre à la fois que le Parti communiste chinois se sent en insécurité, mais aussi à quel point la situation est pire à l’intérieur de ses propres frontières, où il va se donner beaucoup de mal pour faire taire la dissidence », a déclaré M. Rogers.

L’une des caractéristiques de l’État chinois, selon David Matas, est sa volonté de contrôler ses citoyens à l’étranger.

« Par exemple, les ressortissants chinois à l’étranger que le gouvernement chinois ou le Parti communiste a identifiés comme pratiquant le Falun Gong se verront refuser le renouvellement de leur passeport à moins qu’ils ne renoncent par écrit à leur croyance dans le Falun Gong », a-t-il déclaré.

C’est ce qui est arrivé à Wei Liu, président de l’Association britannique Falun Dafa, qui est allé étudier au Royaume-Uni en 1997.

Wei Liu s’exprimant lors de la conférence de presse d’Interfaith International, à Genève, en Suisse, le 18 septembre 2012. (Yun Dong/The Epoch Times)

Lorsque son passeport a expiré en 2002, le consulat chinois de Manchester lui a refusé une prolongation parce qu’il refusait de renoncer à sa foi, a-t-il déclaré au journal Epoch Times.

« Les membres de ma famille en Chine continentale ont été harcelés et interrogés par le Bureau municipal de la sécurité chinoise », a-t-il déclaré. « La police locale a gardé le contact avec mes parents en Chine en les rencontrant ou en les appelant pour les obliger à me faire parvenir ce message : ne faites rien qui puisse nuire à la Chine quand vous serez au Royaume-Uni. »

Wei Liu a également expliqué que ses parents avaient été menacés par le PCC parce qu’il est devenu président de l’Association de Falun Dafa. Il a déclaré que les autorités chinoises l’avaient menacé de « provoquer des conséquences » s’il « ne se comportait pas bien » en organisant des événements pour le Falun Dafa au Royaume-Uni.

Depuis le début des persécutions, les pratiquants ont organisé des manifestations pacifiques, des marches, des rassemblements, des expositions, des veillées et d’autres événements pour sensibiliser le public aux atrocités commises contre les pratiquants – souvent leurs propres amis et leur famille – en Chine.

Des pratiquants de Falun Gong célèbrent le 21e anniversaire de la persécution contre le Falun Gong par une veillée à la chandelle en maintenant la distance sociale pendant l’épidémie du virus du PCC, en face de l’ambassade de Chine au centre de Londres, le 20 juillet 2020. (Yanning/The Epoch Times)

Depuis plus de 20 ans, les pratiquants britanniques ont maintenu une veillée 24 heures sur 24 en face de l’ambassade de Chine à Londres, jusqu’à ce que les mesures de confinement du virus du PCC* les obligent à y mettre fin.

« Il y a certainement eu une prise de conscience sur les dangers que représente le régime du Parti communiste chinois, tant par sa répression sévère à l’intérieur du pays que par son agression dans le monde entier, et je pense que plusieurs facteurs ont conduit à cette prise de conscience », a déclaré M. Rogers à NTD, une société soeur du journal Epoch Times.

La pandémie du virus du PCC est le premier de ces facteurs, a-t-il déclaré.

« Le PCC a réprimé la vérité sur le virus et a essayé de faire taire les lanceurs d’alerte, et je pense que la connaissance de ces faits a amené les membres du gouvernement et du Parlement de ce pays et d’autres pays à reconsidérer leurs relations avec le régime chinois, et non pas avec la Chine en tant que pays. »

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ