Exposition universelle de Milan «Nourrir la planète, Énergie pour la vie»

9 mai 2015
Mis à jour: 24 mai 2015

L’exposition universelle de Milan 2015 vient de s’ouvrir et se déroulera du 1er mai au 31 octobre 2015. L’ONU a décidé du thème « »Nourrir la planète, Énergie pour la vie », au cœur des principes fondateurs de l’ONU de lutte contre la faim et la pauvreté».

144 pays du monde ont indiqué leur présence, pour couvrir l’évènement. Les Nations unies, la FAO et l’Union européenne seront aussi présentes. La France a confirmé également son engagement. Le Pavillon France répondra ainsi au thème choisi de cette année : Nourrir la Planète, Énergie pour la vie.

Historique de l’évènement

Depuis 1851, cet événement international montre au grand public les moyens dont dispose l’humanité pour satisfaire ses besoins en montrant les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir dans un domaine précis. Comme le veut la tradition, les architectes les plus réputés participent à la réalisation de pavillons. Des pavillons qui rivalisent d’ingéniosité et qui réussissent, par leurs formes, leurs structures avant-gardistes et leur contenu, à exprimer l’esprit du pays qu’ils représentent, son savoir-faire, sa capacité d’innovation.

La France exprime sa diversité de production

La France est un grand pays agricole, riche par sa géologie qui l’a dotée d’une grande diversité de terroirs. Elle dispose d’un patrimoine génétique riche qui a engendré des traditions culturelles et gastronomiques de renommée internationale. Cette diversité de production, le Pavillon de la France l’exprime en réinterprétant la typologie du marché couvert avec des formes qui tiennent à la fois du paysage et des «morceaux» de territoire. La reconnaissance de son engagement en faveur d’une architecture biologique innovante et nourricière a valu à l’agence d’architecture XTU de remporter en janvier 2014 la consultation lancée par France- Agri- Mer pour le Pavillon français de l’Expo Milano 2015.

Une architecture essentiellement en bois.

Le Pavillon français occupe 3.600 m², dont 2.000 m² bâtis, il mettra en avant l’agriculture, la pêche, l’aquaculture et l’agroalimentaire français, un marché sur deux étages à l’image des halles présentes partout sur le territoire, lieu d’échanges mais aussi de production, une construction en bois nichée au centre de paysages façonnés par les agriculteurs et d’une végétation luxuriante. Un bâtiment d’inspiration étrange avec des bois locaux, entièrement démontable et remontable, le Pavillon France consiste en une ossature de bois en provenance du Jura, à moins de 50 km de l’usine et à 200 km de Milan. L’architecture de ce bâtiment passif met en valeur des innovations uniques en France en matière d’architecture bois (assemblages invisibles, géométrie complexe et formes courbes).

L’aération du bâtiment

Le bâtiment est à très basse consommation d’énergie, le Pavillon France est conçu pour permettre une ventilation et un rafraîchissement naturels. Il prévoit des flux d’air traversant et un procédé de tirage thermique par le lanterneau du centre. En terrasse, un rafraîchissement naturel est réalisé en faisant circuler le flux d’air sur les cultures flottantes. Des cultures en aquaponie et en hydroponie.

Espace de mise en scène de la capacité d’innovation française, le Pavillon France sera le lieu d’exposition de techniques avancées en matière de culture hors-sol (houblon en façade, herbes aromatiques sur la terrasse fruits et légumes dans les restaurants).

Les architectes d’XTU fortement investis dans l’agriculture urbaine

Convaincus que l’architecture doit anticiper le futur et que la révolution biotechnologique sera la troisième révolution industrielle, les architectes d’XTU sont fortement investis dans l’agriculture urbaine et la recherche expérimentale, à la croisée des sciences du vivant, de l’écologie, de l’architecture et de l’urbanisme. Pour ce faire, ils travaillent à la conception de bâtiments fertiles et producteurs d’énergie en partenariat avec des industriels, des chimistes et des ingénieurs. Naît alors un premier «projet manifeste» pour ville offshore (X-seaty) qui fonctionne avec les énergies de la mer. Il conduira au concept innovant «SymBIO2»: ce système de bios façades cultive des micro-algues en symbiose avec un bâtiment et produit une énergie biologique par photosynthèse. Ces projets bioniques ont été présentés en 2010 dans une exposition monographique à la Galerie d’architecture à Paris, dans le cadre d’Archilab 2014 au Frac Centre, de l’exposition Algocultures au Pavillon de l’Arsenal et à la Biennale d’architecture de Venise 2014.

Préserver les ressources de la planète

Le modèle alimentaire défendu par la France s’inscrit aujourd’hui en parfaite cohérence avec la logique internationale de respect de la diversité des modèles alimentaires mondiaux, de l’indispensable équilibre entre plaisir et santé, de la nécessaire préservation des ressources de la planète et de la durabilité des modèles alimentaires. Pour ce faire, la France entend poursuivre sa mobilisation pour maintenir la sécurité alimentaire au cœur de l’agenda international et promouvoir une gouvernance regroupant l’ensemble des parties prenantes – décideurs politiques, organisations de producteurs, ONG, secteur privé, chercheurs – de la sécurité alimentaire. Son rôle dépasse donc sa seule présence économique sur les marchés mondiaux, présence qui reflète toute l’importance du secteur agricole, halieutique et agroalimentaire dans l’économie nationale du pays.

La valorisation du modèle agricole et agroalimentaire français apparaîtra également dans le cadre de colloques, conférences, débats, vidéoconférences, sans oublier des démonstrations culinaires, événements gastronomiques, dégustations et manifestations culturelles.

QUATRE «PILIERS» POUR NOURRIR LA PLANETE

Avec le thème «produire et nourrir autrement», la France entend répondre concrètement aux questions liées à l’accès à l’alimentation dans de nombreux pays, notamment ceux en voie de développement. Son message reposera donc sur quatre piliers :

1 – Augmenter la production agricole, par le transfert d’innovations

Grâce aux potentialités de son tissu productif, tant agricole qu’industriel, la France est, au-delà de l’alimentation de sa propre population, à même de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale en participant notamment à l’augmentation de la productivité agricole par le transfert d’innovations, tant techniques et économiques, que politiques et organisationnelles, ainsi qu’au renforcement de la collaboration internationale. Rappelons que près de 10 milliards d’êtres humains devront être nourris à l’horizon 2050, et cela en préservant les ressources naturelles et les équilibres économiques et sociaux. Dans ce contexte, la France est à même de promouvoir un modèle alimentaire qui répond à l’ensemble des enjeux de la durabilité grâce à sa politique publique de l’alimentation, qui comprend à la fois des actions sur la production et sur la consommation.

2 – Préserver les potentialités naturelles de la planète

Le défi de «produire plus» et de «produire mieux» implique de répondre aux besoins quantitatifs croissants tout en préservant les potentialités naturelles de la planète et les équilibres socio-économiques. L’agro-écologie pour l’agriculture, l’exploitation durable de la ressource halieutique pour le secteur de la pêche et de l’aquaculture, le défi vert pour les entreprises agroalimentaires et l’ensemble des autres acteurs de la filière (transport, stockage, distribution…), s’inscrivent au cœur de la politique gouvernementale française. Les volets économiques et sociaux (modes de gouvernance, emploi, revenu, pouvoir d’achat…) le sont également afin d’assurer la durabilité du système.

3 – Améliorer la sécurité alimentaire de la planète, coopération internationale

Si la France doit contribuer à ce que l’ensemble des habitants de la planète puisse accéder à une alimentation suffisante, de qualité, saine et durable, elle doit aussi faire en sorte que les pays en développement améliorent leur propre sécurité alimentaire. Cela passe par une politique active de coopération internationale, de transfert de compétences et de développement qui favorise un modèle agricole à caractère familial, producteur de richesses, d’emplois, soutenant la production vivrière et respectueux des écosystèmes et de la biodiversité.

4 – Contribuer à l’équilibre nutritionnel

Enfin, la France défend un modèle alimentaire qui allie de manière indissociable quantité et qualité, ces deux composantes étant considérées comme d’égale importance. On veillera ainsi tout particulièrement à la sécurité sanitaire de l’eau et des aliments, à l’équilibre nutritionnel (déséquilibres et carences alimentaires et/ou lutte contre l’obésité) et à la dimension «plaisir» (savoir-faire culinaires, produits de terroir, gastronomie, repas à la française et convivialité…).

Ces quatre piliers seront mis en avant dans la scénographie et muséographie du Pavillon, mais également dans des espaces de démonstrations culinaires, les lieux de restauration et ceux réservés à nos partenaires dans le Pavillon. Dans ces derniers, le quatrième pilier dédié à la qualité et au plaisir sera tout particulièrement à l’honneur.

RECOMMANDÉ