Facebook diffuse des publicités pour des produits venant de génocide en Chine

Par Bree Dail
23 mars 2021
Mis à jour: 24 mars 2021

Alors que les législateurs du Capitole et du Parlement britannique se réunissent cette semaine pour discuter de la législation relative au génocide des Ouïghours en Chine, Epoch Times a reçu des preuves liant les revenus publicitaires de Facebook aux entreprises chinoises qui profitent de ce génocide. La publicité pour les cheveux ouïghours sur Facebook place le géant des médias sociaux en désaccord avec les décideurs politiques, les militants des droits de l’homme et ses propres politiques.

Le contexte

Le 20 août 2020, Epoch Times a rapporté que les services américains des douanes et de la protection des frontières (CPB) avaient saisi plus de 13 tonnes de cheveux humains dans la province occidentale du Xinjiang. Dans le rapport, le journaliste d’investigation Ethan Gutmann a déclaré : « Mon calcul à l’aveugle est que cette cargaison représente les cheveux d’environ 90 000 femmes, incarcérées dans des ‘camps de rééducation’. Bien que ce type de cheveux longs et exotiques – châtains profonds, reflets roux – soit généralement identifié dans les catalogues chinois par l’euphémisme ‘mongol’, ces cheveux sont rasés sur la tête des femmes ouïghoures, kazakhes, kirghizes et huis. »

Peu après la découverte du CBP, l’administration Trump a rapidement réagi, en émettant des sanctions strictes sur les entreprises liées au PCC, puis en étendant ces sanctions aux responsables chinois.

Au Royaume-Uni, des mesures similaires ont été introduites par un amendement de Lord David Alton à la législation post-BREXIT en cours sur le commerce et les échanges. S’adressant à la Chambre des Lords en février, Lord Alton a déclaré que le Royaume-Uni « n’a pas su prévoir les génocides, n’a pas su les prévenir, n’a pas su protéger les victimes de génocides et n’a pas su poursuivre les auteurs de génocides ». Il a poursuivi en suggérant que l’ajout d’un tel amendement à la législation portant sur le commerce futur contribuerait à garantir des protections pratiques et efficaces des droits de l’homme.

Preuve exclusive : les activités lucratives en provenance du génocide se poursuivent

Une capture d’écran du site web de Beijing YSG Human Hair Products Trading Company, Ltd. (Capture d’écran /Beijing YSG)
Une capture d’écran du site web de Beijing YSG Human Hair Products Trading Company, Ltd. (Capture d’écran /Beijing YSG)

Un informateur italien a fourni à Epoch Times des captures d’écran d’une conversation avec une société établie – Beijing YSG Human Hair Products Trading Company, Ltd – qui aurait déclaré à l’informateur être située à Hong Kong, mais dont l’emplacement sur sa page et le nom suggèrent qu’elle se trouve en Chine continentale. Au cours de la conversation, comme le montrent les captures d’écran fournies, l’informateur a demandé à YSG où les cheveux avaient été obtenus et s’ils provenaient du groupe ethnique ouïghour.

YSG a répondu : « Bonjour, cher ami, nos cheveux [sont] des cheveux ouïghours. »

Epoch Times a effectué un suivi auprès de plusieurs autres informateurs, confirmant un modèle d’entreprises similaires effectuant des transactions similaires sur Facebook, ciblant des femmes d’Europe occidentale et des États-Unis. Les informateurs ont expliqué que lorsqu’ils recherchaient des « vraies extensions de cheveux » ou des « perruques avec vrais cheveux », des publicités commençaient à apparaître sur leur fil de nouvelles Facebook – des publicités avec les mêmes vidéos, les mêmes affirmations, mais des noms de sociétés différents. Lorsqu’elles étaient contactées, ces entreprises affirmaient toutes être situées à Hong Kong et que leurs produits en « vrais cheveux humains » étaient de la plus haute qualité.

Depuis le 21 mars, YSG continue de vendre sur Facebook des cheveux qui, selon ses dires, proviennent de Ouïghours. Des entreprises similaires « suggérées » par la plateforme de médias sociaux semblent également vendre des cheveux ouïgours. Les cheveux longs d’une femme étant très appréciés dans la culture ouïghoure, les produits capillaires vendus sont très certainement le produit des persécutions en cours, et ne sont ni donnés ni commercialisés à titre gratuit.

Comment Facebook gagne de l’argent

Selon un rapport publié par Statista, en 2020, plus de « 97,9 % des revenus mondiaux de Facebook ont été générés par la publicité », les « revenus publicitaires de Facebook [se situant] à près de 86 milliards de dollars américains. »

Lorsqu’une entreprise (ou des entreprises) génère une publicité pour la vente de produits ou de services sur la plateforme de médias sociaux, chaque publicité passe par un processus d’approbation déterminé par les politiques publicitaires de Facebook, (voir ici). Non seulement Facebook perçoit des revenus des publicités achetées, mais il revendique une surveillance et une approbation strictes de toutes ces publicités.

Une capture d’écran du site web de Facebook. (capture d’écran/Facebook)

Droits de l’homme et législation sur les grandes technologies

Le 16 mars 2021, Facebook a annoncé un nouvel « engagement en faveur de la politique des droits de l’homme« , combattant notamment la désinformation – une question qui sera abordée lorsque les dirigeants de plateformes de médias sociaux telles que Facebook témoigneront devant la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des représentants cette semaine.

Dans le cadre de cette initiative, Facebook déclare : « Notre objectif est que Facebook, en tant qu’entreprise et plateforme, soit un lieu d’égalité, de sécurité, de dignité et de liberté d’expression – les principes fondamentaux des droits de l’homme – et qu’il mette en place des systèmes qui respectent les droits de l’homme et les orientations des Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. »

Facebook n’a pas répondu à une série de questions posées par Epoch Times sur les publicités.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ