Facebook et la Maison-Blanche en collusion sur la censure internet : poursuite judiciaire

Par Zachary Stieber
22 juillet 2021
Mis à jour: 23 juillet 2021

Selon une nouvelle action en justice, Facebook censure des Américains sur ordre de l’administration du président Joe Biden, en violation du premier amendement.

Comme preuve de la collusion, la plainte en recours collectif cite le récent aveu de la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, selon lequel l’administration « signale à Facebook les publications problématiques qui diffusent de la désinformation ».

« Quand elle a dit qu’ils travaillaient avec les Big Tech, alors cela change tout parce qu’alors c’est le gouvernement qui censure, donc cela ne peut évidemment pas tenir », a déclaré Richard Rogalinski, le plaignant, à Epoch Times.

Richard Rogalinski a publié plusieurs messages sur le Covid-19 cette année, notamment le 6 avril, dans lequel il expliquait qu’il avait vu des données montrant que les masques n’empêchaient pas la propagation du virus à l’origine de la maladie.

Il a vu ces messages accompagnés de déclarations dirigeant les gens vers des articles de soi-disant vérificateurs de faits.

Dans un cas, le mois dernier, M. Rogalinski a posté une image d’un tweet du Dr David Samadi affirmant que « l’hydroxychloroquine fonctionnait pendant tout ce temps ».

L’hydroxychloroquine, un médicament antipaludéen qui existe depuis des décennies, a montré un certain succès contre le Covid-19, à la fois comme traitement et comme prophylaxie.

Mais Facebook a caché le post au public et l’a jugé comme une « information erronnée », citant un article de USA Today datant de juillet 2020 qui affirmait que l’hydroxychloroquine n’était pas efficace pour traiter le Covid-19.

« Ils vérifient mes faits avec des articles datant d’un an qui ne sont même pas pertinents », a déclaré M. Rogalinski.

L’article de USA Today incluait des études qui indiquaient que l’hydroxychloroquine n’était pas efficace et d’autres qui suggéraient qu’elle était utile dans certains cas ; cependant, l’article de USA Today se concentrait sur la façon dont ces études avaient fait l’objet de critiques et il minimisait ces études. Des experts ont déclaré à Epoch Times que nombre de ces études étaient erronées.

Des études plus récentes ont également indiqué que l’hydroxychloroquine peut être efficace, mais seulement dans certains cas.

L’année dernière, sous la pression, Facebook a « formé un récit dogmatique sur le Covid-19 », alors même qu’il devenait « le dernier bastion du forum public » dans un contexte de confinement généralisé, selon la plainte.

La secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Jen Psaki, tient une conférence de presse à Washington le 12 juillet 2021. (Chip Somodevilla/Getty Images)

En 2020, la plateforme a intensifié l’étiquetage des publications et le retrait des utilisateurs qui violaient ses politiques, notamment les messages soutenant la théorie selon laquelle le virus responsable du Covid-19 avait été créé en laboratoire. La société a brusquement changé de cap sur cette question en mai.

La plainte fait valoir que la censure de M. Rogalinski et d’autres personnes a été ordonnée par la Maison-Blanche, ce qui en fait une question relevant du premier amendement.

« Sous la direction du président des États-Unis, des membres de son personnel au plus haut niveau et d’autres agences et fonctionnaires du gouvernement fédéral, le défendeur s’est engagé dans une ligne de conduite visant à censurer, limiter et impacter les droits des plaignants à la liberté d’expression en ce qui concerne Covid-19 », peut-on lire.

De plus, cette relation entre Facebook et le gouvernement signifie que Facebook peut être poursuivi en tant qu’acteur étatique, a-t-elle ajouté.

« Nous considérons qu’il s’agit d’une mauvaise pente, le gouvernement étant désormais impliqué pour dire à Facebook qui censurer. Je pense que Facebook et les médias sociaux ont toujours dit : ‘Nous sommes une entreprise privée et nous pouvons donc contrôler ce qui se trouve sur notre plateforme' », a déclaré Andrew Tapp, qui représente M. Rogalinski, à Epoch Times.

« Mais ce que vous avez vu de l’administration Biden est un changement matériel de cette position, parce que maintenant vous avez le gouvernement fédéral engagé avec ces plates-formes, identifiant non seulement le contenu, mais des personnes spécifiques à censurer. Je pense que vous courez vers cette approche autoritaire ou du Parti communiste chinois à la gouvernance, et franchement, nous ne sommes d’accord avec cela. La plupart des gens qui vivent ici n’approuvent pas », a-t-il ajouté.

Facebook n’a pas répondu à une demande de commentaires.

La plainte a été déposée devant un tribunal fédéral à Tampa, en Floride. Elle a été confiée au juge de district américain Steven Douglas Merryday, qui a été nommé par George H.W. Bush.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ