Faire revivre l’héritage perdu de la Chine : un concours de danse met la barre plus haut

Par Catherine Yang
9 septembre 2021
Mis à jour: 10 septembre 2021

Au cours des douze dernières années, la danse classique chinoise a fait irruption sur la scène mondiale et a suscité l’intérêt et l’appréciation des publics du monde entier. Le retour de cette forme d’art traditionnelle se démarque de la Chine moderne sous le régime communiste que la plupart des gens connaissent, et la vérité sur l’héritage chinois continue d’émouvoir le public et de motiver les danseurs qui pratiquent cet art.

Le concours international de danse classique chinoise NTD, qui en est à sa neuvième édition, s’est déroulé du 2 au 5 septembre à New York, et les exigences imposées cette année ont placé la barre très haut pour cette forme d’art ancienne.

Les juges du concours, Mme Minghui et M. Gu Yun, ont expliqué la signification du « shen dai shou », une méthode de mouvement où « le corps guide les bras » et pourquoi cette méthode est devenue le nouveau standard de la danse classique chinoise.

Le langage du corps

« Dans les arts martiaux, dans l’opéra, dans d’autres formes d’art qui se sont développées parallèlement à la danse chinoise, ils mentionnent tous le ‘shen dai shou' », a déclaré le juge Gu Yun, ancien élève de l’Académie de danse de Pékin et chorégraphe de la célèbre compagnie Shen Yun Performing Arts. Les écoles chinoises parlent également de cette méthode, a-t-il ajouté, mais jusqu’à présent, personne ne savait comment l’enseigner.

C’est parce que cette méthode est ancienne et que la danse chinoise a été transmise de maître à élève pendant les milliers d’années de la civilisation chinoise, explique Gu Yun. Peu de choses ont été écrites, beaucoup se sont perdues à travers le bouche à oreille. Un élève qui observe et essaie d’imiter son maître ne comprend pas forcément toutes les subtilités du fonctionnement interne et des muscles à utiliser. Lorsque les communistes ont pris le pouvoir en Chine, ils ont détruit le lien existant entre le peuple chinois et son patrimoine culturel.

« Le ‘shen dai shou’ occupe une place importante dans la composition, il est devenu la norme », a déclaré Mme Minghui. Lorsqu’un danseur utilise vraiment son corps pour danser, l’exercice de la force commence au centre de son corps, à cet endroit situé sous les clavicules, juste au-dessus du cœur. Cela attire l’attention sur le lien entre l’esprit, le corps et l’âme, si répandu dans la culture traditionnelle chinoise, et va de pair avec un autre principe couramment utilisé dans la danse classique chinoise : « Dansez à partir du cœur. »

« Si vous utilisez vraiment le corps pour danser, à partir du cœur, ici, pour bouger votre corps et vos quatre membres, alors vos personnages seront plus vivants », a déclaré la juge Minghui. « Nous disons que la danse est un langage corporel, nous utilisons nos corps pour raconter des histoires, pour mettre en scène des personnages. Donc, pour le comprendre simplement, si vous n’utilisez pas votre corps lorsque vous dansez, vous ne parlez pas ce langage pleinement et clairement. C’est une chose fondamentale. »

Elle a expliqué l’importance du cœur : « Lorsque vous dansez, vous avez besoin de beaucoup de talent artistique, pas seulement d’une technique de danse, pour pouvoir danser. Il y a beaucoup de choses qui participent au développement du talent artistique d’une personne, de la musicalité au développement de son sens esthétique, de sa culture, de sa compréhension de la vie humaine. Ainsi, lorsque vous dansez, vous exprimez toutes ces choses, en donnant vie à un personnage. »

« La danse part aussi de l’esprit et du cœur, pas seulement des bras, des jambes et du mouvement », a-t-elle déclaré. « Il y a beaucoup d’aspects intangibles et invisibles en jeu ici aussi – l’énergie, l’esprit, et toutes ces choses que certaines personnes peuvent trouver difficiles à expliquer. »

Si la danse est un langage corporel, Gu Yun explique comment la méthode du « shen dai shou » change la façon dont un danseur « parle ».

« L’utilisation de cette méthode vous permet d’obtenir un langage plus complet, plus nuancé et, bien sûr, un meilleur effet scénique pour le spectateur », a déclaré Gu Yun. La différence est flagrante entre un danseur qui utilise cette méthode et un autre qui ne l’utilise pas, et il n’est pas nécessaire d’être un expert en danse pour sentir la différence. Bien que les deux danseurs utilisent les mêmes mouvements, l’aspect des mouvements et la façon dont un danseur les enchaîne deviennent complètement différents lorsque sa philosophie du mouvement change, a expliqué le juge. Les danseurs qui ont été les pionniers de cette méthode sont les danseurs de Shen Yun Performing Arts et de son académie de danse, Fei Tian, car le directeur artistique de Shen Yun, D.F., est la personne qui a sélectionné et organisé la méthode au sein de son système d’entraînement – et la façon dont ils communiquent est très différente de celle des danseurs des autres écoles.

Gu Yun, juge du concours international de danse classique chinoise NTD. (NTDTV)

Un cœur pur

Gu Yun, qui a grandi en Chine, une nation athée sous le régime communiste, croit fermement que la spiritualité est un facteur déterminant dans l’art.

Il explique pourquoi le « shen dai shou » est une méthode utilisée uniquement par les danseurs de Shen Yun et de l’académie de danse Fei Tian : tout d’abord, seul leur directeur artistique a pu l’enseigner de manière aussi complète. Deuxièmement, et c’est un point crucial, une culture athée est matérialiste, a déclaré Gu Yun, elle est incapable d’obtenir un effet de profondeur.

Par exemple, l’Académie de danse de Pékin peut choisir les meilleurs danseurs de toute une nation, parmi des milliers de candidats bien formés, mais ses groupes de danse n’ont pas eu une fraction de l’impact que Shen Yun a sur le monde de l’art. « La Chine moderne est athée, donc vous êtes immergé dans cette culture dès l’enfance, et peut-être que vous ne pouvez pas en distinguer l’impact au début, mais toute votre vision de la vie est liée au monde matériel, vos objectifs sont matériels, un bon travail, une maison, des conditions de vie. »

« Avec la foi, tout devient pur, et la vie peut être riche de sens », a déclaré Gu Yun. « Et c’est seulement à ce moment-là que la vie a un sens. Nous sommes des danseurs ici, mais peu importe si vous êtes un danseur ou un comptable ou quelle est votre profession, vous avez besoin d’avoir une raison et un sens pour faire ce que vous faites. »

La quête d’un artiste doit être pure, explique Gu Yun, la culture de shenyun et de Fei Tian le permet. Pour apprendre le « shen dai shou », il faut avoir un cœur pur.

« Tout d’abord, votre motivation pour poursuivre un art doit être pure, car ce n’est qu’alors que vous êtes ouvert à l’inspiration et à l’intuition », a expliqué Gu Yun. « Vous devez vous rappeler qu’il ne s’agit pas d’une science, mais d’une combinaison et d’une superposition de sentiments et d’éléments intangibles et non mesurables. Il n’y a pas de ‘shen dai shou’ de niveau débutant, intermédiaire ou avancé. »

La nouvelle génération

Les juges ont fait l’éloge des participants au concours de cette année, remarquant en particulier l’amélioration des danseurs de la division junior.

« On peut voir leur travail et leur détermination. Leurs histoires sont plus riches cette année, l’effet est meilleur et à certains moments, on est vraiment impressionné par leur talent artistique », a déclaré Gu Yun. Les danseurs de la division junior sont parfois âgés de 16 ou 17 ans, mais beaucoup d’entre eux ont choisi des personnages imposants tirés des canons de la littérature et de l’histoire chinoises, des personnages que l’on ne s’attendrait pas à ce que des élèves aussi jeunes soient capables de maîtriser.

« Parfois, je pense qu’ils ont un don », a pensé Gu Yun. « Ou peut-être une affinité pour un certain personnage dont ils ont un souvenir culturel. C’est peut-être un phénomène de réincarnation. »

Mme Minghui a encouragé les danseurs à poursuivre leurs efforts. « Nous avons vu beaucoup de potentiel de qualité, et j’ai entendu dire que certains d’entre eux sont même de tout nouveaux danseurs. Ils ont saisi tant de choses en si peu de temps », a-t-elle déclaré. « Voilà une occasion rare de voir la culture traditionnelle chinoise, cet art fait partie intégrante de notre culture. »

Avec un reportage de NTDTV.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ