Le FBI aurait découvert des données sur les transactions en Ukraine sur l’ordinateur de Hunter Biden

Par Zachary Stieber
16 octobre 2020
Mis à jour: 16 octobre 2020

Le FBI aurait obtenu un ordinateur portable et un disque dur contenant des e-mails adressés à Hunter Biden, le fils du candidat démocrate à la présidence Joe Biden, et des photographies de ce dernier, selon une prétendue citation à comparaître et d’autres documents publiés le 14 octobre par le New York Post.

La campagne de Biden a remis en question certains aspects du reportage, notamment l’existence présumée d’une rencontre avec un haut responsable de Burisma Holdings.

La prétendue citation à comparaître de la Cour de district des États-Unis pour le district du Delaware, datée du 9 décembre 2019, concerne un Apple MacBook Pro et un disque dur externe.

La citation à comparaître a été délivrée au propriétaire d’un magasin d’électronique dans le Delaware, où l’ordinateur a été déposé en avril 2019, aurait déclaré le propriétaire du magasin, qui n’a pas été nommé dans l’article.

Les informations de facturation prétendument données pour l’ordinateur incluaient le nom de Hunter Biden et l’ordinateur aurait porté un autocollant de la Fondation Beau Biden, qui a été nommé d’après le défunt frère de Hunter Biden. Le propriétaire du magasin aurait déclaré que l’ordinateur et le disque dur avaient été saisis par le FBI après qu’il en a averti les autorités.

Le Post a déclaré avoir obtenu une copie du disque dur auprès de Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président américain Donald Trump.

M. Giuliani a partagé l’histoire sur Twitter le 14 octobre, promettant « beaucoup plus à venir ». Lors d’une apparition le 14 octobre sur « War Room : Pandémie », M. Giuliani a déclaré que la publication du document « montre le motif » de l’admission de Biden en 2018 sur le dossier de l’Ukraine.

Joe Biden était l’homme de confiance de l’administration Obama en ce qui concerne l’Ukraine, ce qu’il a confirmé en détail lors d’un entretien en 2018.

Joe Biden a raconté qu’en 2015, lors d’un voyage dans le pays, il avait fait pression sur le président ukrainien Petro Porochenko et le Premier ministre Arseniy Yatsenyuk pour qu’ils destituent le procureur général Viktor Shokin en les menaçant de ne pas accorder une garantie de prêt d’un milliard de dollars.

« Je les ai regardés et j’ai dit : ‘Je pars dans 6 heures. Si le procureur n’est pas renvoyé, vous n’aurez pas l’argent' », a déclaré Joe Joe Biden lors d’un événement du Council on Foreign Relations. « Eh bien, fils de [juron]. Il s’est fait virer. »

Le vice-président Joe Biden arrive pour une réunion avec le président ukrainien Petro Poroshenko Kyiv le 16 janvier 2017. (Genya Savilov/AFP/Getty Images)

« Il y a tellement de preuves contre Joe Biden que c’est un scandale national que cela n’ait pas été couvert il y a des années », a déclaré M. Giuliani le 14 octobre.

Un porte-parole de M. Giuliani a refusé de donner une copie du disque dur à Epoch Times pour une vérification indépendante.

M. Trump a cité les commentaires de Joe Biden lorsqu’il a présenté sa demande de 2019 au président ukrainien pour que l’on enquête sur ce qui s’est passé avec les Biden, une demande qui a conduit la Chambre des représentants à le mettre en accusation fin 2019 parce que les législateurs ont soutenu que c’était inapproprié.

Tim Murtaugh, directeur de la communication de la campagne Trump, a déclaré que les documents montrent que Joe Biden a menti en disant qu’il n’avait jamais discuté des accords commerciaux de Hunter Biden.

Un porte-parole du FBI a déclaré à Epoch Times dans un courrier électronique : « Nous n’avons pas de commentaires, conformément à notre pratique habituelle qui consiste à ne pas confirmer ni nier l’existence de nos enquêtes. »

Une porte-parole du bureau du procureur du district du Delaware a déclaré à Epoch Times par e-mail : « Conformément à la politique du DOJ, mon bureau ne peut ni confirmer ni nier l’existence d’une enquête. »

Une question envoyée à l’avocat de Hunter Biden n’a pas reçu de réponse.

Quelques heures après la publication de l’article, la campagne de Joe Biden a été interrompue, ou le candidat n’a pas été présenté en public pour la journée.

Un porte-parole de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales, qui a enquêté sur les agissements passés de Hunter et Joe Biden, a confirmé à Epoch Times que la commission avait reçu une plainte par courrier électronique sur son compte de lanceur d’alerte et qu’elle s’employait à valider l’information.

« Il y a tellement de signaux d’alarme indiquant que la famille Biden a manoeuvré pour tirer profit du poste de vice-président que cela peut être difficile de concevoir qu’ils soient sur le droit chemin », a déclaré le président de la commission, Ron Johnson (Parti républicain, Wisconsin), dans une déclaration.

« Le rapport d’aujourd’hui soulève davantage de questions devant être résolues. Ce que nous savons de façon certaine, c’est que Hunter Biden a pris des millions de dollars à des ressortissants étrangers, dont l’épouse de l’ancien maire de Moscou, des personnes liées au Parti communiste chinois et d’autres personnages peu recommandables. Joe Biden doit enfin dire la vérité au peuple américain sur toutes ces questions, et il doit le faire maintenant. »

Parmi les documents publiés dans le Post figuraient des courriels présumés de Vadym Pozharskyi, à l’époque conseiller au conseil d’administration de Burisma Holdings, la société énergétique basée en Ukraine qui a payé Hunter Biden pour qu’il siège à son conseil d’administration alors que son père était vice-président des États-Unis.

« Cher Hunter, merci de m’avoir invité à Washington et de m’avoir donné l’occasion de rencontrer ton père et qu’on passe un peu de temps ensemble [sic] », pouvait-on lire dans le message prétendument envoyé par M. Pozharskyi.

V. Pozharskyi n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Joe Biden a déclaré qu’il n’avait jamais parlé à son fils de ses relations d’affaires, bien que Hunter Biden ait déclaré qu’il avait parlé à son père de Burisma.

FOCUS SUR LA CHINE – ETAC : lutter contre le prélèvement forcé d’organes



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ