Une femme donne naissance à un bébé mort-né, tué par la méthamphétamine – elle est accusée de meurtre

Par Debora Alatriste
9 novembre 2019 Mis à jour: 9 novembre 2019

Une femme de 25 ans originaire du centre de la Californie, aux États-Unis, a été arrêtée et accusée de meurtre mercredi après avoir donné naissance à un bébé mort-né avec des niveaux toxiques de méthamphétamine dans son corps.

Selon le Service de police de Hanford, Chelsea Cheyenne Becker a donné naissance à un bébé mort-né le 10 septembre. Les médecins ont alors envisagé la possibilité que le bébé ait été exposé à des drogues pendant la grossesse.

Par la suite, le bureau du coroner du comté de Kings a trouvé de la méthamphétamine dans le corps du bébé, de sorte que la mort du bébé a été déclarée homicide.

La chaîne de télévision virtuelle KSEE/KGPE note que Chelsea Becker a été arrêtée mercredi matin après que la police locale a appris où elle se trouvait dans la région de Lemoore, en Californie, grâce à des vidéos de surveillance et des témoins. Elle a été arrêtée et amenée à la prison du comté de Kings où elle est détenue pour meurtre au premier degré. Sa caution a été fixée à 5 millions de dollars, soit 4,5 millions d’euros.

Elle a plaidé non coupable à l’accusation et CNN indique que sa prochaine audience aura lieu le 19 novembre.

La famille de la détenue a parlé aux médias. La tante de l’accusée, Julie Lance, a déclaré que sa nièce avait consommé de la drogue pendant toutes ses grossesses précédentes, de sorte que les enfants étaient nés avec de la méthamphétamine dans leur système.

Le sergent-détective Justin Vallin, du service de police de Hanford, a confirmé la déclaration de la tante et a déclaré que les Services de protection de l’enfance les avaient placés à leur naissance.

CNN a rapporté que Mme Becker a admis avoir consommé de la méthamphétamine pendant sa dernière grossesse jusqu’à trois jours avant l’accouchement. Mais le détective Vallin a expliqué à KGPE que « les niveaux de méthamphétamine dans le système du bébé étaient si élevés, même pour un adulte, que nous croyons qu’elle a consommé de la drogue presque tout le temps pendant qu’elle était enceinte ».

Chelsea est la mère de trois autres enfants. Parmi ceux-ci, sa tante a adopté Troy, qui a trois ans, et elle détient la garde de Silas, un tout-petit d’un an. De son côté, le plus âgé, qui a 4 ans, a également été donné à l’adoption.

« Troy est né accro à la méthamphétamine et nous l’avons depuis qu’il a deux jours », ajoute la femme.

Sa famille ne comprend pas ce qui s’est passé avec Chelsea, parce qu’ils assurent qu’elle était une fille extrêmement intelligente et belle, mais elle a pris un mauvais chemin.

Dans l’épidémie d’opioïdes aux États-Unis, le nombre de décès par surdose a légèrement diminué par rapport au sommet atteint à la fin de 2017, mais les surdoses de méthamphétamine, une drogue aussi appelée crystal, sont en hausse constante.

Près de 14 000 personnes sont mortes d’une surdose de méthamphétamine ou d’autres psychostimulants en l’espace de 12 mois entre mars 2018 et 2019, selon les estimations des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), d’après des données préliminaires.

« Dans mon État natal, le Montana, la méthamphétamine est en train de détruire des familles et des communautés », a déclaré le sénateur Steve Daines (R-Mont.), lors de l’audience du 24 octobre sur le traitement des toxicomanies.

RECOMMANDÉ