Une femme meurt après l’accouchement – le médecin lui a arraché l’utérus sans s’en rendre compte

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
21 octobre 2019 Mis à jour: 21 octobre 2019

Une jeune épouse russe de 22 ans s’est vidée de son sang après avoir accouché et elle est morte quelques heures plus tard de complications. Un comité d’enquête a complété l’analyse médico-légale de la mort, accusant l’obstétricienne de lui avoir arraché l’utérus en pensant qu’elle tirait sur le placenta.

Alisa Tepikina, résidente de Neshdi Siereg dans la région de Sverdlovsk en Russie, a donné naissance à un bébé en bonne santé en février 2019. Tout semblait bien aller, mais après la naissance, l’obstétricienne a tiré le placenta avec trop de force sans se rendre compte qu’il venait de manière anormale, attaché à l’utérus, a rapporté le média russe Cosmo le 16 Octobre.

Les autres patients qui se trouvaient à l’hôpital à ce moment-là disent avoir entendu Alisa crier de tous les étages, ajoute le reportage.

La femme est tombée dans le coma et elle est morte deux jours plus tard sans avoir pu embrasser son bébé. Ses proches ont immédiatement insisté sur le fait que la mort était la faute des médecins, a rapporté Ural Meridian. L’obstétricienne, de son côté, a plaidé non coupable.

« Elle a confondu à tort l’utérus avec des signes de séparation du placenta et a continué à tirer, c’est-à-dire qu’elle a pris l’utérus pour le placenta », a déclaré l’avocat Vadim Korotaev, qui représente le côté de la victime, selon Cosmo.

Image d’illustration (Bruno Glätsch/Pixabay)

Il souligne également que le rapport des experts indique que plusieurs erreurs se sont ajoutées les unes aux autres, provoquant le décès. L’une d’entre elles : « L’inaction de l’obstétricienne qui a donné naissance au bébé », qui ne savait pas ce qui se passait, ainsi que « des tactiques de traitement fondamentalement incorrectes ont aggravé la situation, provoquant le développement de pertes massives de sang obstétrique, un choc irréversible de genèse complexe, un arrêt cardiaque et le décès de la patiente. »

L’examen médico-légal a montré que le placenta de la mère était attaché à l’utérus, une anomalie détectée pendant l’accouchement. Dans de tels cas, le médecin devrait prescrire une anesthésie pour le patient et extraire le placenta manuellement, sans le tirer, indique le média russe Ridus.

« Avec un diagnostic en temps opportun et un traitement adéquat, le pronostic est favorable », précise le document. Cependant, le diagnostic correct n’a été posé que 4 heures et 15 minutes après que l’obstétricienne a retiré le cordon ombilical et enlevé l’utérus.

Lorsque l’utérus a été arraché, les organes voisins ont également été touchés. Au bout de plus de quatre heures, grâce aux efforts du Centre de médecine des catastrophes, qui est arrivé d’urgence sur les lieux, le diagnostic correct a été établi. À ce moment-là, en fin de journée, une aide réelle a été apportée, a expliqué Ural Meridian.

Les experts affirment que le médecin qui a procédé à l’accouchement ne comprenait tout simplement pas ce qui se passait.

« Le médecin de garde n’a pas reconnu la complication potentiellement mortelle de l’accouchement et, par conséquent, l’assistance médicale a été fournie avec un retard inacceptable. »

La commission d’enquête a présenté une inculpation au procureur pour avoir « causé la mort injustifiée à cause d’une faute dans l’exercice de ses fonctions professionnelles ».

L’obstétricienne a plaidé non coupable. La mère de la femme qui est morte dans le travail a assuré qu’elle n’avait présenté aucune excuse ni de remords, selon Ural Meridian.

Alisa laisse dans le deuil un mari et une fille.

RECOMMANDÉ