Une femme piétine sa fillette et danse sur elle dans une vidéo déchirante – on l’appelle maintenant «la Hyène du Nuevo Leon»

Par Isabel Valencia-La Gran Epoca
12 novembre 2019 Mis à jour: 12 novembre 2019

Avertissement : cet article contient des images et des descriptions de violence explicites.

Une vidéo déchirante d’une femme torturant sa fille, que l’on croit âgée de 3 ans, circule sur les réseaux sociaux afin de rechercher les responsables. L’agresseur, apparemment originaire de l’État du Nuevo León, au Mexique, piétine la fillette et danse sur elle, tandis que l’enfant la supplie de ne pas lui faire de mal. La femme a été identifiée par les internautes et a été désormais surnommée « la Hyène du Nuevo León ».

Depuis le 8 novembre, une vidéo circule sur les réseaux sociaux. On y voit celle qui semble être la mère d’une fillette d’environ 3 ans piétiner à plusieurs reprises la tête et le corps de l’enfant, s’assoir sur sa tête et commencer à danser en appuyant sur le lit, tandis que la petite fille appelle à la compassion. « Grand-mère… Maman… Ma poitrine… Ma poitrine », entend-on la petite crier en larmes, alors qu’elle essaie d’enlever les pieds qui l’écrasent, à l’aide de ses petites mains.

Devant la maltraitance de la petite fille, il y a une autre personne qui tourne la vidéo et qui, à une occasion, cherche même un meilleur angle pour se concentrer et prendre une bonne image de la scène macabre qu’elle filme, en prenant soin de ne pas montrer le visage de la personne qui maltraite la fillette. On ne voit celle-ci rapidement que de profil et on peut surtout voir un tatouage à sa cheville gauche, qui a été décisif pour une identification ultérieure par les utilisateurs des réseaux sociaux.

Avec l’aide du tatouage, les internautes ont identifié la femme comme étant Briseidy « N » de l’État du Nuevo Leon, au Mexique. Ils l’ont ensuite surnommée « La Hyène du Nuevo Leon », selon le réseau de radio Radio Formula. Les photos de la coupable présumée sont maintenant diffusées sur les réseaux sociaux, où le tatouage des photos est comparé à la vidéo de maltraitance.

Jusqu’à présent, la cyberpolice du Nuevo Leon enquête sur l’affaire, mais sans donner davantage de détails, a rapporté Municipios. Les utilisateurs des réseaux sociaux exigent que les autorités enquêtent sur les faits et punissent à la fois la mère présumée de l’enfant et la personne qui a filmé la vidéo.

RECOMMANDÉ