Une femme qui fait des relookages gratuits pour les sans-abri continue à les soutenir en pleine pandémie

Par CNN
2 septembre 2020
Mis à jour: 2 septembre 2020

Chaque samedi matin, pendant quelques heures, le Skid Row de Los Angeles – où se trouve l’une des plus grandes concentrations de sans-abri du pays – se transforme en salon de coiffure et centre de beauté à ciel ouvert.

Là, où des tentes s’alignent sur des pâtés entiers de maisons, les sans-abri se rassemblent pour se faire relooker gratuitement par Shirley Raines, ou un membre de son équipe de bénévoles composée de coiffeurs, barbiers et maquilleurs agréés.

Shirley Raines (à droite) avec Cherish Benham (Avec l’aimable autorisation de Shirley Raines)

Le service a commencé il y a trois ans, lorsque Shirley a créé l’association à but non lucratif Beauty 2 The Streetz, une organisation dont l’objectif est de permettre aux sans-abri de se sentir bien et encore mieux.

« Le fait qu’ils vivent dans la rue ne signifie pas qu’on ne peut rien faire pour les aider à bien paraître alors qu’ils vivent dans la rue », a déclaré Shirley à CNN. « C’est leur droit d’être beaux. »

Elle dit avoir eu cette idée après avoir fait du bénévolat dans une soupe populaire, où elle a réalisé que si la nourriture, l’eau et un abri sont ce dont les sans-abri ont besoin pour survivre, une coupe de cheveux, une nouvelle couleur de cheveux et un peu de maquillage sont ce qui les aide à s’épanouir.

« Ce sont des personnes qui sont sans-abri avec un mari, avec une femme », a déclaré la femme de 52 ans. « Nous parlons de personnes qui vont travailler cinq jours par semaine, mais qui restent toujours sans-abri. Ces personnes veulent se faire belles pour leur conjoint. Elles veulent être propres et belles pour aller travailler. Les petits enfants qui vont encore à l’école ont besoin d’une nouvelle coupe de cheveux. »

La pandémie du virus du PCC a mis les services de beauté de l’organisation en pause, mais l’association continue d’apporter son aide par tous les moyens possibles. Depuis, elle s’est concentrée sur la fourniture de ressources pour aider à protéger les sans-abri contre le coronavirus.

Et maintenant que le gouvernement californien a autorisé les salons de coiffure à offrir leurs services à l’extérieur, Shirley a déclaré qu’elle espérait pouvoir recommencer les coupes de cheveux et les relookages bientôt.

Un objectif qui résulte de sa douleur

Pour beaucoup de personnes sur Skid Row, Shirley est devenue bien plus qu’une styliste. À chaque interaction, elle dit que des personnes de la communauté des sans-abri partagent avec elle leur histoire de vie.

La prise en charge des sans-abri a également aidé Shirley à guérir une douleur traumatisante qui lui était propre. Il y a environ 30 ans, elle a perdu son fils de 3 ans dans un accident.

« Cela m’a brisée », a-t-elle déclaré. « J’ai eu des crises de panique et d’anxiété […] Je n’étais pas une bonne mère pour mes enfants vivants. J’étais juste une personne vraiment amère et ma perte m’a rendue comme ça. »

Avec le conseil de sa sœur jumelle de « trouver un but à la douleur » et la recommandation d’un ami de faire du bénévolat dans une soupe populaire, Shirley a mis les pieds pour la première fois dans la communauté des sans-abri de Los Angeles, en aidant à distribuer de la nourriture.

« J’ai vu tant de personnes brisées, tant de chagrin », se souvient-elle. « J’ai reconnu cela parce que j’ai eu l’impression d’être l’une d’entre elles. Je suis aussi brisée par la douleur, alors j’ai vraiment aimé ça et j’ai continué à sortir. »

Alors qu’elle distribuait de la nourriture, elle a rapidement réalisé que les femmes sans-abri étaient plus intéressées par sa coiffure, son maquillage et ce qu’elle portait.

Elle leur a demandé si elles voulaient des produits de coiffure et de maquillage et elles ont dit oui, alors elle s’est rendue dans un magasin de maquillage et a acheté des dizaines de mascaras, de cils et d’autres articles de maquillage simples.

Puis elle est rentrée chez elle pour prendre des bouteilles de couleur de cheveux qu’elle n’avait pas utilisées et s’est rendue à Skid Row. Alors qu’elle distribuait des produits de maquillage et teignait les cheveux des gens, elle a réalisé qu’elle avait trouvé son but et a décidé de lancer sa propre entreprise.

L’association à but non lucratif Beauty 2 The Streetz de Shirley Raines a pour mission d’aider les sans-abri à se sentir encore mieux. (Avec l’aimable autorisation de Shirley Raines)

Au départ, Beauty 2 The Streetz était une petite entreprise, avec seulement ses cinq enfants qui aidaient à distribuer de la nourriture, des boissons, des kits d’hygiène et des produits de beauté. Shirley était la seule à teindre les cheveux des gens et à les maquiller.

Cependant, lorsqu’elle a commencé à diffuser en continu les événements et à envoyer des photos sur Instagram, Beauty 2 The Streetz est rapidement devenue plus connue.

Des coiffeurs, des barbiers, des maquilleurs et même de grandes sociétés de maquillage ont contacté Shirley pour lui dire qu’ils voulaient l’aider.

En 2019, Shirley avait enregistré Beauty 2 The Streetz comme une association à but non lucratif officielle, avec environ deux dizaines de bénévoles offrant généreusement leur temps et leurs efforts pour aider les habitants de Skid Row à se sentir beaux.

En outre, Shirley a également quitté son emploi de facturation médicale l’année dernière et a commencé à diriger l’organisation à plein temps.

Renforcer la confiance de ses clients

Cherish Benham, 30 ans, et son mari ont été sans domicile fixe pendant environ quatre ans, une expérience qu’elle a qualifiée de « traumatisante ».

« J’ai vu un homme se faire tirer dessus et tomber raide mort à seulement 4 mètres de notre tente », a déclaré Cherish à CNN. « Voir cela m’a donné du courage pour me sortir de cette situation. »

Cherish avait déjà une raison de remettre sa vie sur les rails, mais elle avait juste besoin de la confiance et de la bonne occasion.

Cherish Benham après son relooking avec Beauty 2 The Streetz (Avec l’aimable autorisation de Shirley Raines)

C’est alors que Beauty 2 The Streetz est entrée en scène, avec Shirley qui a relooké Cherish pour lui permettre de retrouver sa beauté naturelle.

« Je me sentais comme une toute nouvelle femme », a déclaré Cherish. « Cela m’a donné la confiance nécessaire pour relever la tête. De ne pas me soucier de la situation dans laquelle je me trouve actuellement, mais d’aller de l’avant pour ce que je peux être dans le futur. »

Pendant l’année où elles se sont connues, Cherish a dit que Shirley était toujours là pour lui fournir tout ce dont elle avait besoin, que ce soit de l’argent pour un uniforme de travail, des relations professionnelles ou simplement quelqu’un à qui parler.

Aujourd’hui, Cherish travaille pour le Bureau du recensement et vit dans un logement permanent avec son mari depuis trois mois. En plus de son propre travail, elle attribue à Shirley le mérite d’avoir changé de vie.

« Mme Raines est l’une des âmes les plus attentionnées et les plus aimantes qui soient », a déclaré Cherish. « Peu importe la situation dans laquelle vous êtes, peu importe votre apparence, elle vous traite toujours avec le plus grand respect. Surtout à Skid Row, on n’est pas très bien accueilli, mais avec elle et son équipe, je me sens comme un être humain normal. »

Passer à travers la pandémie

Lorsque la Californie a ordonné à tous ses habitants de rester chez eux fin mars en raison du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, pandémique, Shirley et ses volontaires se sont pliés à l’ordre et ne sont pas allés à Skid Row. Cependant, leur présence a beaucoup manqué.

Ce lundi-là, j’ai ouvert mon Instagram et plusieurs membres de la communauté des sans-abri m’ont envoyé des messages disant « Où es-tu ? Nous avons faim. Nous sommes seuls. Il n’y a personne ici pour nous nourrir », se rappelle Shirley.

« J’ai réalisé que nous n’avions pas le luxe de nous isoler parce que nous avons construit cette relation avec la communauté et que nous devons donc continuer à aller les aider », a-t-elle ajouté.

Parce que les sans-abri vivent dans des quartiers proches et ont un accès limité aux ressources pour se laver les mains, Shirley sait qu’ils sont extrêmement vulnérables à l’infection par le Covid-19. C’est pourquoi, au lieu de coiffer et de maquiller, elle a réorienté ses activités pour se concentrer sur la nourriture, l’hygiène et la protection.

Depuis le 28 mars, l’association distribue des fournitures tous les week-ends, s’assurant qu’ils respectent les règles de distanciation sociale et qu’ils portent eux-mêmes des masques lorsqu’ils se trouvent à Skid Row.

Les bénévoles Coco et Happiness distribuent du maquillage aux habitants de Skid Row au début du mois d’août. (Avec l’aimable autorisation de Shirley Raines)

Shirley et ses bénévoles distribuent des centaines de hamburgers McDonald’s ainsi que des kits contenant du désinfectant pour les mains, des bouteilles d’eau, des chaussettes, des masques et des fruits riches en vitamine C pour renforcer le système immunitaire.

Le désir de produits capillaires et de maquillage est toujours là, a déclaré Shirley, c’est pourquoi Beauty 2 The Streetz a aussi progressivement sorti des perruques, du maquillage, des peignes et des brosses pour que les sans-abri puissent se coiffer eux-mêmes.

Shirley a dit que s’il y a quelque chose à apprendre de la pandémie du virus du PCC, c’est que « chacun d’entre nous pourrait être eux (sans-abri) à n’importe quel moment ».

Une analyse publiée en mai par Brendan O’ Flaherty, professeur d’économie à l’université de Columbia, a prédit que le nombre de sans-abri augmentera de 40 à 45 % d’ici la fin de l’année si la pandémie du virus du PCC continue de faire grimper les niveaux de chômage aussi haut que prévu.

Cela signifierait que 250 000 Américains de plus deviendraient sans-abri par rapport à l’année dernière, ce qui porterait le nombre total de sans-abri à plus de 800 000.

« Nous sommes déjà en train d’examiner les endroits où les propriétaires mettent les locataires dehors et où nous avons des mères et des enfants qui dorment dans la voiture. Ils avaient un emploi. Tout allait bien pour eux », a déclaré Shirley.

« Une pandémie est arrivée et a changé les finances de tout le monde. Je veux que les gens comprennent qu’ils ne sont pas différents de nous et que l’histoire de ce qu’est le phénomène des sans-abri doit changer », a-t-elle ajouté.

FOCUS SUR LA CHINE – Une star taïwanaise anti-régime chinois reçoit deux balles

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ