Fidji: après le passage du cyclone meurtrier, les autorités redoutent des maladies

Par Epoch Times avec AFP
20 décembre 2020
Mis à jour: 20 décembre 2020

Des maladies menacent d’aggraver la situation déjà dramatique aux Fidji, dévastées par le passage du cyclone meurtrier Yasa, ont mis en garde dimanche les autorités.

De la nourriture et de l’eau ont été acheminées en urgence dans les zones les plus touchées par la tempête, qui a balayé dans la nuit de jeudi à vendredi les îles situées au nord de l’archipel du Pacifique Sud, contraignant plus de 23.000 personnes à fuir leur logement.

Villages entiers dévastés

Quatre personnes sont décédées, des villages entiers ont été dévastés, des récoltes anéanties et du bétail décimé.

« Des employés du secteur agricole ont été envoyés dans les régions les plus durement touchées afin d’aider les éleveurs à se débarrasser des carcasses de bétail pour limiter les risques de maladie, a indiqué la directrice du Bureau national de gestion des catastrophes », Vasiti Soko.

Victimes de violentes tempêtes

Les Fidji sont régulièrement victimes de violentes tempêtes, en 2016 le cyclone Winston avait fait 44 morts.

« Nous allons beaucoup œuvrer pour trouver des abris et fournir de l’eau potable car nous savons que des maladies apparaissent après des cyclones…  diarrhée, dengue, et surtout si l’accès aux hôpitaux est limité », a déclaré à l’AFP Ilisapeci Rokotunidau, directeur général de la Croix-Rouge fidjienne.

« D’après l’expérience que nous avons tiré de Winston, trois mois après son passage, l’une des choses les plus importantes était la malnutrition ».

Une zone de guerre

Samedi, les autorités ont évalué les dégâts évalués à des centaines de millions de dollars.

Shairana Ali, directrice générale de Save the Children Fidji, a comparé les régions dévastées à « une zone de guerre ».

La Croix-Rouge tente désormais de venir en aide en priorité à la population vivant dans la région du Bua, sur la deuxième plus grande île de l’archipel Vanua Levu, ainsi que dans le nord des Fidji, durement touché.

« ça ne sert plus à rien de vivre »

Un habitant qui après avoir perdu son travail à Nadi, la plus grande ville de Vanua Levu, en raison de la pandémie de coronavirus, était retourné à Bua pour refaire sa vie a tout perdu lors du passage du cyclone dévastateur, a rapporté M. Rokotunidau. « Tout a disparu et il dit que ça ne sert plus à rien de vivre », selon le responsable de la Croix-Rouge, qui craint que ce genre de cas se multiplient.

« Ce qui est triste pour beaucoup est que cela +arrive maintenant+. Noël est censé être une période heureuse de l’année et ce sera une période très sombre », a-t-il ajouté.

Crise sanitaire : les lanceurs d’alerte dans la tourmente

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ