Un fils a escaladé le mur de l’hôpital tous les jours pour voir sa mère jusqu’à ce qu’elle meure du virus du PCC

Par Louise Bevan
25 juillet 2020
Mis à jour: 25 juillet 2020

La photo d’un jeune Palestinien perché sur le rebord d’une fenêtre d’hôpital pour voir sa mère mourante touche les cœurs en pleine pandémie actuelle.

Jihad Al-Suwaiti, 30 ans, de la ville de Beit Awwa en Cisjordanie palestinienne, a pu faire ses adieux à sa mère avant qu’elle ne décède du virus du PCC en escaladant le mur de l’hôpital d’État d’Hébron, rapporte la poste arabe. Il s’asseyait sur le rebord de la fenêtre de l’unité de soins intensifs afin d’être vu à travers la vitre.

La mère de Jihad, Rasmi Suwaiti, a perdu la vie le 16 juillet à l’âge de 73 ans.

(Illustration – Petr Pohudka / Shutterstock)

« Je m’asseyais, impuissant, derrière la fenêtre extérieure de la salle de soins intensifs, regardant les derniers moments de ma mère », a expliqué Jihad. Le fils en deuil a ajouté que sa mère avait peur de contracter le virus parce qu’elle était déjà atteinte d’une leucémie.

« Elle avait toujours peur et nous l’avions avertie également », a déclaré Jihad, selon l’Arabic Post. « Mais malheureusement, elle a été infectée… Elle présentait les symptômes d’une légère grippe, et la clinique médicale du village nous a dit qu’elle souffrait de déshydratation, mais les symptômes ont commencé à s’intensifier, alors je l’ai transférée à l’hôpital. »

Le frère de Jihad travaille comme infirmier à l’hôpital d’État d’Hébron, mais il avait évité tout contact avec leur mère afin de la protéger. Jihad soupçonnait que Rasmi avait contracté le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, au contact d’un membre de sa grande famille.

Le fils dévoué a continué ses visites quotidiennes dans le service de soins intensifs où se trouvait sa mère, mais malheureusement, après cinq jours de soins intensifs, Rasmi est décédée.

Un membre des forces de sécurité palestiniennes s’est fait appliquer un gel antiseptique sur ses mains avant de livrer des vivres à un hôtel de Beit Jala, Bethléem, le 7 mars 2020 (MUSA AL SHAER / AFP via Getty Images)

Jihad a raconté les derniers moments de sa mère. « Je suis monté à la fenêtre de sa chambre, et je l’ai regardée avec une immense peine depuis la vitre extérieure jusqu’à ce qu’elle rende son dernier souffle », a-t-il déclaré. « Je me suis senti totalement incapable de faire quoi que ce soit pour la sauver, puis elle est morte et m’a quitté. »

« Jihad est le plus jeune enfant et est très proche de sa mère, surtout après la mort de notre père il y a 15 ans », a déclaré le frère aîné de Jihad aux médias locaux, selon india.com. « Lorsqu’il a été informé de la mort de notre mère, Jihad était en colère et dans le déni. »

Rasmi a été enterrée la nuit dans sa ville natale de Beit Awwa.

Les forces de sécurité palestiniennes gèrent un poste de contrôle à Beit Jala, Bethléem, le 7 mars 2020 (MUSA AL SHAER / AFP via Getty Images)

Une photo émouvante de Jihad assis sur le rebord de la fenêtre de l’hôpital a été partagée par le représentant des Nations unies Mohamad Safa sur Twitter, avec la légende suivante : « Le fils d’une femme palestinienne qui a été infectée par Covid-19 a escaladé chaque jour le mur de l’hôpital pour s’asseoir sur le rebord de la fenêtre afin de pouvoir voir sa mère jusqu’à la mort de celle-ci. »

Safa a placé la photo déchirante à côté d’un rendu d’artiste de la scène. Dans la représentation, Jihad est assis sur le rebord de la fenêtre tandis que l’ange de sa mère plane à ses côtés, sa main reposant sur sa tête en signe d’affection maternelle.

À ce jour, plus de 75 000 internautes ont laissé des commentaires sous le post de Safa. « Quel fils merveilleux », a écrit un internaute. « Sa mère devait être une grande femme. Bénissez-les tous les deux. »

« Qu’y a-t-il de plus triste que de ne pouvoir réconforter nos proches qu’à travers une fenêtre, un téléphone ou une tablette ? » a demandé un autre. « Alors je suis aussi très heureux qu’il ait pu faire cela. Elle a vu le visage de son fils une dernière fois ; je prie pour qu’elle soit en paix maintenant. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ