Le fils de Joe Biden impliqué dans des « transactions financières douteuses » avec des ressortissants russes et chinois lorsque son père était vice-président

Par Zachary Stieber
24 septembre 2020
Mis à jour: 25 septembre 2020

Le fils de l’ancien vice-président Joe Biden est impliqué dans des millions de dollars de « transactions financières douteuses » avec des associés et des personnes étrangères, y compris la femme de l’ancien maire de Moscou et des personnes ayant des liens avec le Parti communiste chinois, selon un nouveau rapport du Congrès.

Les transactions de Hunter Biden soulèvent des problèmes de conflits d’intérêts ainsi que des préoccupations concernant les crimes, le contre-espionnage et l’extorsion, selon le rapport conjoint de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales et des commissions des finances.

« Les documents acquis par les commissions montrent des liens financiers cohérents, significatifs et étendus entre Hunter Biden, James Biden, Sara Biden, Devon Archer et des ressortissants chinois liés au régime communiste et à l’APL[Armée populaire de libération] ainsi que d’autres ressortissants étrangers aux antécédents douteux », selon le rapport, qui a été publié mercredi.

James Biden est le frère de Joe Biden, Sara Biden est la femme de James et Archer est l’un des partenaires commerciaux de Hunter Biden.

Joe Biden a été vice-président jusqu’en 2016. Il est maintenant candidat démocrate à la présidence.

Le vice-président Joe Biden (au centre) visite une ruelle Hutong avec son fils Hunter Biden (à gauche) et sa petite-fille Finnegan Biden (à droite), lors d’une visite officielle à Pékin le 5 décembre 2013. (Andy Wong-Pool/Getty Images)

Le président des finances Chuck Grassley (républicain, Iowa) et le président de la sécurité intérieure Ron Johnson (républicain, Wisconsin) ont dirigé l’enquête.

Parmi les principales conclusions, on apprend que George Kent, ancien chef de mission adjoint à l’ambassade des États-Unis à Kiev, en Ukraine, a fait part de ses inquiétudes aux responsables du bureau de Joe Biden au début de 2015 concernant la perception d’un conflit d’intérêts dans la participation de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma, une société ukrainienne.

« La présence de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma était très gênante pour tous les fonctionnaires américains qui s’efforcent de lutter contre la corruption en Ukraine », a écrit Kent dans un courriel adressé à ses collègues l’année suivante.

Selon le rapport, les préoccupations n’ont pas été prises en compte.

En octobre 2015, Amos Hochstein, fonctionnaire du Département d’État, a fait part de ses inquiétudes au vice-président Biden et à Hunter Biden, estimant que la position de Burisma permettait aux Russes de désinformer et risquait de saper la politique américaine en Ukraine, selon le rapport.

Hunter Biden siégeait au conseil d’administration de Burisma lorsque le propriétaire de la société aurait versé 7 millions de dollars à des fonctionnaires travaillant sous l’autorité du procureur général d’Ukraine pour clore l’affaire contre le propriétaire. Kent a déclaré que le pot-de-vin avait été versé en décembre 2014 et qu’il avait signalé l’allégation au FBI lorsqu’il en a eu connaissance.

Le sénateur Chuck Grassley (républicain, Iowa) au Capitole à Washington le 11 juin 2019. (Anna Moneymaker/Getty Images)

Hunter Biden et Archer ont reçu 4 millions $ pour avoir fait partie du conseil d’administration de Burisma. Ils ont également reçu, ainsi que d’autres membres de la famille Biden, des millions de dollars de la part de ressortissants étrangers aux antécédents douteux, ont déclaré les commissions du Sénat.

Archer, par exemple, a reçu 142 300 $ d’un ressortissant du Kazakhstan, soi-disant pour une voiture, le jour même où le vice-président Biden s’est adressé aux législateurs ukrainiens à Kiev.

Hunter Biden a reçu 3,5 millions $ d’Elena Baturina, la veuve de l’ancien maire de Moscou, et des millions de dollars provenant de transactions commerciales avec des personnes liées au Parti communiste chinois et à l’Armée populaire de libération.

Hunter Biden a également « payé des femmes non résidentes qui étaient des ressortissantes de Russie ou d’autres pays d’Europe de l’Est et qui semblent être liées à un ‘réseau de prostitution ou de traite des êtres humains d’Europe de l’Est' », selon le rapport.

Le porte-parole de la campagne de Biden, Andrew Bates, a déclaré mercredi que l’enquête a perdu du temps en raison de la négligence de la réponse du gouvernement fédéral à la suite de la pandémie du Covid-19.

« Pourquoi ? Pour subventionner une attaque étrangère contre la souveraineté de nos élections avec l’argent des contribuables – une attaque fondée sur une théorie de conspiration de droite dure et éprouvée depuis longtemps qui repose sur la corruption du sénateur Johnson lui-même et que le sénateur a maintenant explicitement déclaré tenter d’exploiter pour renflouer la campagne de réélection de Donald Trump », a déclaré M. Bates.

Les dirigeants ont défendu l’enquête au cours des dernières semaines.

Mercredi, ils ont écrit que la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales est autorisée à étudier ou à enquêter sur « l’efficacité et l’économie des opérations de toutes les branches du gouvernement, y compris l’existence possible de […] corruption ou de pratiques non éthiques […] [et] de conflits d’intérêts ». La commission des finances du Sénat a compétence sur le gouvernement américain et le département du Trésor, ce qui inclut une compétence de surveillance des crimes financiers potentiels, ont-ils ajouté.

En octobre 2019, Hunter Biden a défendu son travail avec Burisma et en Chine.

« Je pense que c’était un mauvais jugement de ma part. Je pense que c’était un mauvais jugement, parce que je ne crois pas maintenant quand je regarde en arrière – je sais qu’il n’y avait rien de mal du tout, était-ce un mauvais jugement de se retrouver au milieu de quelque chose qui est […] un marécage à bien des égards ? Oui », a-t-il déclaré à ABC News.

« J’ai donné un coup de pouce à des gens très peu éthiques pour qu’ils agissent de manière illégale afin d’essayer de faire du mal à mon père. C’est là que j’ai fait l’erreur. J’en assume donc l’entière responsabilité. Ai-je fait quelque chose d’inapproprié ? Non, en aucune façon. Pas de quelque manière que ce soit. »

Au cours de cet entretien, il a changé sa réponse sur la question de savoir s’il avait discuté de ses relations d’affaires avec son père.

FOCUS SUR LA CHINE – 1 M$ retrouvés chez un chef de village

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ