Le fils d’Oussama Ben Laden est bien mort, confirme la Maison Blanche

Par Zachary Stieber
15 septembre 2019 Mis à jour: 15 septembre 2019

Le fils du terroriste Oussama ben Laden est mort, a confirmé le président Donald Trump le 14 septembre. Les informations selon lesquelles Hamza Ben Laden aurait été tué ont été révélées le 31 juillet mais n’étaient pas corroborées par des sources officielles.

Dans une déclaration publiée samedi, Trump a dit: «Hamza ben Laden, membre haut placé d’Al-Qaïda et fils d’Oussama ben Laden, a été tué dans une opération de lutte contre le terrorisme menée par les États-Unis dans la région de l’Afghanistan et du Pakistan».

Trump a déclaré que cette mort servirait à saper Al-Qaïda.

« La perte de Hamza ben Laden prive non seulement Al-Qaïda d’importantes compétences en leadership et du lien symbolique avec son père, mais compromet l’importante activité opérationnelle du groupe. Hamza Ben Laden était responsable de la planification et du traitement de divers groupes terroristes », a-t-il ajouté.

Alors, chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, le 20 septembre 2003. (Salah Malkawi / Getty Images)
Oussama ben Laden, d’origine saoudienne, vise une arme sur cette photo non datée prise par Al-Jazira TV. (Al-Jazira/Getty Images)

En juillet, Trump avait refusé de commenter les rapports.

Oussama ben Laden, le chef d’Al-Qaïda et qui, selon les responsables américains, est à l’origine des attentats terroristes du 11 septembre 2001 et d’autres meurtres d’Américains, a été tué lors d’une descente dans son complexe pakistanais en 2011.

Hamza ben Laden faisait partie des personnes les plus recherchées par le FBI. Il offrait une récompense allant jusqu’à 1 million de dollars pour les informations permettant de retrouver sa localisation.

«Les enquêteurs pensent que Hamza ben Laden est marié à la fille d’Abd Muhammad Abdullah, haut responsable d’Al-Qaïda, alias Abu Muhammad al Masri, qui a été inculpé pour son implication présumée dans les attentats à la bombe des ambassades des États-Unis à Tanzanie et au Kenya », a déclaré le FBI sur une affiche recherchée pour cet homme.

«Hamza ben Laden est recherché pour interrogatoire en raison de son appartenance à l’organisation Al-Qaïda et de ses déclarations publiques menaçant la sécurité des Etats-Unis».

Le programme de récompenses pour la justice du département d’État des États-Unis offrait également jusqu’à un million de dollars pour des renseignements menant à l’identification ou à la localisation de Hamza bin Laden, a-t-il annoncé en février.

« Hamza ben Laden est le fils d’Osama ben Laden, ancien dirigeant décédé d’AQ, et il est en train de devenir un chef de file de la franchise AQ », a déclaré le département.

« Depuis au moins août 2015, il a diffusé des messages audio et vidéo sur Internet appelant ses partisans à lancer des attaques contre les États-Unis et leurs alliés occidentaux. Il a également menacé d’attaques contre les États-Unis pour se venger du meurtre de son père en mai 2011 par des militaires américains. »

Hamza bin Laden a été signalé par le ministère le 5 janvier 2017 comme un terroriste mondial spécialement désigné. Le 1er mars 2019, l’Arabie saoudite lui a retiré sa citoyenneté.

Hamza bin Laden devait devenir le chef du groupe terroriste, a dit Ali Soufan, fondateur du Centre Soufan, dans une déclaration faite plus tôt cette année devant la sous-commission des affaires étrangères de la Chambre sur le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le terrorisme international.

Au milieu de la fracture d’Isis, «l’éventuelle montée de Hamza ben Laden à la haute direction d’Al-Qaïda pourrait être une bouée de sauvetage, non seulement pour l’avenir de l’organisation elle-même, mais pour le mouvement mondial Salafi-Jihadi dans son ensemble. Le jeune ben Laden pourrait être particulièrement bien placé pour unir une fois de plus le terrorisme mondial djihadiste sous une seule bannière », a écrit Soufan.

Le jeune ben Laden « illustre le retour potentiel d’Al-Qaïda au djihad mondial contre les États-Unis et nos alliés», a-t-il ajouté. «Dans ses messages publics, Hamza appelle les partisans à ne pas se rendre sur les théâtres du jihad dans le monde musulman, mais plutôt à ‘prendre le champ de bataille de Kaboul, Bagdad et Gaza à Washington, Londres, Paris et Tel Aviv’. En effet, Hamza répète souvent, presque mot pour mot, une myriade de phrases anti-américaines utilisées par son père dès les années 1990».

 

RECOMMANDÉ