« Fils, j’ai besoin de toi ! » Un papa russe élève son fils trisomique après le départ de sa femme

Par Louise Bevan
6 novembre 2020
Mis à jour: 6 novembre 2020

Un père en Russie a pour mission de changer les idées préconçues des gens sur les personnes atteintes de trisomie 21.

Evgeny Anisimov, 33 ans, dont la femme est partie après que leur fils a été diagnostiqué avec la maladie, veut que les autres sachent qu’avoir un enfant atteint du trisomie 21 n’équivaut pas à une vie misérable.

Avec Misha, son fils ensoleillé et aimant à ses côtés, le message d’Evgeny aux parents du monde entier est de « ne pas avoir peur ».

La trisomie 21, un trouble chromosomique qui affecte le développement physique et cognitif, est stigmatisé dans de nombreux pays. Evgeny et sa femme étaient en extase après la naissance de Misha, mais son diagnostic, donné 1 minute 39 secondes plus tard, a tout changé.

La femme d’Evgeny a suggéré qu’ils reconsidèrent de garder le bébé. Le jeune papa a quitté l’hôpital et a pleuré seul, mais a rapidement décidé de ne pas se laisser abattre.

(Avec l’aimable autorisation d’Evgeny Anisimov)
(Avec l’aimable autorisation d’Evgeny Anisimov)

« Dans ma vie, après tout, rien n’avait changé », raisonna-t-il en s’adressant à Bored Panda. « J’étais toujours avec deux bras, avec deux jambes, mes connaissances professionnelles n’étaient allées nulle part… tout était avec moi. »

Le père consciencieux ne se rappelait que d’une « photo terrible » d’un manuel de biologie soviétique, illustrant le trouble. Il s’est donc tourné vers Internet. Il a appris que les enfants atteints de trisomie 21 prospèrent en Europe et aux États-Unis, où les opportunités de socialisation et d’emploi sont de plus en plus courantes.

Pour Evgeny, ce sont toujours les petits détails qui comptent. « J’ai pensé, eh bien, il va profiter du lever du soleil, je vais l’emmener au barbecue, il va vivre sa vie », se dit-il. Laisser son fils dans un orphelinat serait, selon ses mots, inhumain.

Mais pour sa femme, les incertitudes étaient trop nombreuses et trop accablantes. Le père de sa femme a même comparé Misha à un « poids, étroitement lié aux pieds de ses parents », a écrit le journal russe RG.RU.

(Avec l’aimable autorisation d’Evgeny Anisimov)

Avec le soutien de ses parents, la femme d’Evgeny a quitté la famille et il a prétendu comprendre qu’elle avait peur à l’époque.

Evgeny avait un bon travail à Moscou, mais en tant que nouveau père célibataire, il devait consacrer son attention à Misha. « Il avait besoin d’amour et de chaleur », a expliqué Evgeny. « Je suis un travailleur ordinaire maintenant… J’ai perdu ma femme, mais je suis content des changements. »

Misha, dit-il, aime son père et grandit pour devenir un garçon en bonne santé, ensoleillé et curieux. Les jours d’Evgeny sont remplis de responsabilités paternelles, mais il relève tous les défis avec l’aide de sa mère qui le soutient.

Le papa adoré organise des activités pour aider le développement de Misha, et le tout-petit s’épanouit. « Misha suit des cours de natation chaque semaine depuis l’âge de 5 mois », a déclaré Evgeny. « C’est cher, mais beaucoup de gens nous aident. Nous avons également commencé l’orthophonie. »

(Avec l’aimable autorisation d’Evgeny Anisimov)

Être parent est difficile, admet-il, conseillant à tous les couples de s’entraider et de toujours prendre du temps pour eux-mêmes. Mais s’il sait que l’avenir apportera de nouveaux défis, la vie d’Evgeny avec Misha est pleine de joie.

Evgeny veut que le monde sache qu’il n’est pas un héros, juste un homme normal essayant d’élever un enfant correctement. « J’espère que ceux qui ont des difficultés maintenant, comme c’était le cas pour nous, liront notre histoire », a-t-il expliqué. « N’ayez pas peur ! Tout ira bien ! »

Evgeny raconte la vie avec Misha sur Instagram. Il espère également que Misha aura une relation avec sa mère, qui paie toujours une pension alimentaire, à mesure qu’il vieillit.

« Quand un enfant nait, il demande au monde extérieur : ‘A-t-on besoin de moi ici ou non ?’ » Partage le jeune papa. « Et je réponds avec certitude : ‘Fils, j’ai besoin de toi !’ »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ