Finistère : des dizaines d’animaux laissés à l’abandon dans une ferme secourus par une association

Par Séraphin Parmentier
28 février 2020
Mis à jour: 28 février 2020

Livrés à eux-mêmes, les animaux vivaient dans des conditions déplorables depuis un long moment.

Le jeudi 27 février, l’association de protection des animaux Stéphane Lamart est intervenue dans une ferme de Saint-Hernin, une commune de moins de 800 habitants établie dans le centre du Finistère.

C’est le refuge animalier The Green Valley Britanny qui s’était saisi le premier de l’affaire après avoir été alerté par le maire de Saint-Hernin. Afin de pouvoir venir en aide aux animaux, l’association Stéphane Lamart a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Carhaix pour acte de cruauté par abandon.

Une initiative qui a finalement permis à l’association d’intervenir dans la ferme sur réquisition du parquet.

Une fois sur place, l’association a découvert près de 70 animaux livrés à eux-mêmes sur le terrain de la propriété de sept hectares. Des chats, des chiens, des chèvres, des vaches, des chevaux, des ânes et des poneys dont personne ne s’occupait alors que leur propriétaire était hospitalisée depuis quelques jours.

« En soi, les animaux avaient de quoi vivre correctement en matière d’espace, mais ce que l’on reproche, ce sont les conditions déplorables dans lesquelles ils étaient », a expliqué Stéphane Lamart dans les colonnes de France Bleu.

Une situation qui durait depuis longtemps

Selon lui, l’abandon des animaux ne date pas d’hier et ne peut pas seulement être lié à l’hospitalisation récente de la propriétaire de la ferme.

« Nous avons par exemple constaté que les sabots des chevaux n’avaient pas été coupés, ni même entretenus depuis plusieurs années. Certains animaux sont même malheureusement décédés », confie M. Lamart.

« Les vaches sont maigres, à tel point que l’on voit les os à travers la peau, les moutons et les chèvres également, qui n’ont pas eu assez de granulés », ajoute-t-il. « Ces animaux avaient véritablement besoin de soins et rien n’a été fait pour les aider. »

Certains chats et chiens ont d’ores et déjà été placés en chenil et d’autres doivent être évacués vers un refuge de l’association en Normandie.

« Les animaux de ferme vont quant à eux être pris en charge par des familles d’accueil ou des riverains », précise Stéphane Lamart dans les colonnes de 20 minutes.

RECOMMANDÉ