Flavien Moreau, premier jihadiste français condamné à son retour de Syrie, sorti de prison

Par Epoch Times avec AFP
13 janvier 2020 Mis à jour: 14 janvier 2020

Flavien Moreau, premier jihadiste français condamné à son retour de Syrie, a été libéré lundi, de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) où il avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme en novembre 2014.

Première libération d’un jihadiste français. Flavien Moreau, aujourd’hui âgé de 33 ans, avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme à la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), peine requise lors de son procès.

Sorti de prison avant la date prévue, il est désormais suivi dans le cadre d’une surveillance judiciaire par un juge d’application des peines. D’après Ouest-France, il continuera à être surveillé par les services de renseignements le temps nécessaire, via une unité spéciale de suivi, rattachée à l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), créée en 1998.

 

Obligations et interdictions pendant 11 mois

Sa sortie s’accompagne ainsi de diverses obligations et interdictions : il doit notamment résider à un endroit déterminé, recevoir des soins et avoir un emploi. Il lui est, en outre, interdit de détenir une arme ou de quitter le territoire sans autorisation. Ces mesures doivent durer 11 mois et 18 jours car elles sont assises sur les réductions de peine qu’il a pu obtenir quand il était en détention. Il devra également être inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT), qui l’obligera, pendant dix ans, à justifier de son adresse tous les trois mois et à déclarer tout déplacement à l’étranger. À la demande du préfet de Loire-Atlantique, M. Moreau devra pointer chaque matin à la gendarmerie de son secteur.

 

13 condamnations

Après avoir basculé dans la délinquance (13 condamnations), Flavien Moreau, d’origine sud-coréenne, adopté très jeune par une famille française, s’était converti à l’islam au contact d’amis et de voisins, avant de se radicaliser puis de partir en Syrie pour rejoindre un groupe islamiste radical.

Rentré en France, il avait été repéré par les services antiterroristes et arrêté en janvier 2013 alors qu’il prévoyait de retourner en Syrie.

RECOMMANDÉ