La Floride interdit le « passeport vaccinal » au nom des libertés individuelles

Par Jack Phillips
3 avril 2021
Mis à jour: 4 avril 2021

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a signé vendredi un décret interdisant l’utilisation des « passeports vaccinaux » du virus du PCC (Parti communiste chinois), devenant ainsi le premier gouverneur des États-Unis à prendre des mesures contre ce que les groupes de défense des libertés civiles considèrent comme un cauchemar potentiel pour la vie privée.

L’ordonnance du gouverneur républicain fait suite à des informations non confirmées selon lesquelles l’administration Biden travaillerait à la mise en place d’un système de type passeport vaccinal aux États-Unis, bien que l’attachée de presse de la Maison-Blanche, Jen Psaki, ait déclaré par la suite qu’il n’y avait pas de mandat fédéral en la matière mais que l’administration « fournira des conseils » aux entreprises privées concernant des systèmes similaires.

« Aujourd’hui, j’ai publié un décret interdisant l’utilisation de ce qu’on appelle passeports vaccinaux Covid-19 », a écrit DeSantis dans un tweet vendredi. « La législature travaille à rendre permanentes ces protections pour les Floridiens, et j’ai hâte de les signer dans la loi bientôt. »

DeSantis a critiqué à plusieurs reprises les propositions de passeports vaccinaux. Lundi, le gouverneur a déclaré qu’il interdirait aux gouvernements locaux et aux entreprises de Floride d’exiger des passeports vaccinaux, ou des documents montrant que l’on a été vacciné contre le virus du PCC, qui cause le Covid-19.

« Aucun vaccin contre le Covid-19 n’est exigé par la loi », a déclaré le gouverneur dans son ordonnance, ajoutant que « les dossiers de vaccination sont des informations de santé privées » qui ne devraient pas être partagées grâce à un mandat. Les passeports, a-t-il dit, porteraient atteinte à la liberté individuelle et à la vie privée des patients.

« L’obligation de présenter un passeport pour participer à la vie quotidienne, par exemple pour assister à un événement sportif, aller au restaurant ou au cinéma, créerait deux catégories de citoyens », a déclaré M. DeSantis.

Les compagnies aériennes et de croisière semblent particulièrement favorables aux passeports vaccinaux afin d’inciter les clients à utiliser leurs services.

L’État de New York, quant à lui, a proposé son propre « Excelsior Pass » qui serait utilisé lors d’événements de grande envergure comme le Madison Square Garden ou les manifestations sportives. Israël a mis en place un système de passeport vaccinal en février qui permet aux gens d’accéder aux salles de sport et aux hôtels, tandis que l’Islande utilise désormais un passeport vaccinal pour autoriser les voyages à l’étranger, et que l’Arabie saoudite dispose d’un passeport basé sur une application pour les personnes qui se sont fait vacciner.

Toutefois, des groupes de défense des libertés civiles tels que l’American Civil Liberties Union (ACLU) ont dénoncé ces propositions, affirmant qu’elles désavantageraient les personnes à faible revenu, car beaucoup d’entre elles ne possèdent pas de smartphone leur permettant d’afficher une application indiquant qu’elles sont vaccinées. De plus, un système de passeport centralisé pourrait mettre en péril le droit à la vie privée des Américains, selon le groupe.

« Il y a une différence entre un système standardisé pour présenter une preuve de vaccination et un système numérique pour le faire », a écrit le groupe dans une déclaration cette semaine. « Alors que de plus en plus de nos justificatifs sont affichés par le biais d’applications sur nos téléphones – des cartes d’embarquement des compagnies aériennes aux billets de concert en passant par les abonnements à des salles de sport – il apparaît à beaucoup de gens comme une mesure évidente et tardive de créer un justificatif numérique similaire pour les occasions où une personne doit prouver qu’elle a été vaccinée. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ