Foi et liberté : le récit d’un danseur de Shen Yun qui a fui la Chine

Par Catherine Yang
11 juillet 2021
Mis à jour: 11 juillet 2021

La vie de Zhao Jiheng a basculé alors qu’il n’avait que 8 ans.

« Un jour, je suis rentré chez moi et mes parents avaient disparu », raconte Zhao. Ses parents, comme des dizaines de millions d’autres personnes en Chine, avaient été pris pour cible par le Parti communiste chinois (PCC) en raison de leur croyance religieuse. Du jour au lendemain, les quelque 70 à 100 millions de pratiquants du Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, sont passés du statut de bonnes personnes qui pratiquaient la méditation et suivaient le principe d’« Authenticité, Bienveillance, Tolérance » à celui d’ennemis de l’État en 1999.

Le père de Zhao a été torturé et a passé les années suivantes en fuite, et sa mère a été arrêtée illégalement et détenue pendant des périodes plus ou moins longues, de manière aléatoire et fréquente. Ainsi, Zhao pouvait rentrer de l’école un jour et trouver la porte fermée à clé, ne réalisant qu’alors que la police avait à nouveau emmené sa mère. Sa vie familiale était bouleversée ; Zhao restait parfois chez sa grand-mère handicapée et, à d’autres moments, chez un parent qui pouvait l’accueillir.

Zhao, âgé de 8 ans, se demandait : « Pourquoi ma mère est-elle partie ? Pourquoi mon père est-il parti ? »

« Ils ne me l’ont pas dit parce que j’étais trop jeune et que je ne pouvais pas comprendre », a expliqué Zhao. « Mais petit à petit, j’ai commencé à comprendre. C’est parce qu’ils ont défendu la vérité et osé dire que le ‘Falun Dafa est bon’ qu’ils ont été ciblés par l’État. »

Ceux qui ne sont pas familiers avec les sociétés communistes trouvent l’histoire de Zhao incompréhensible et étonnante – que le soi-disant gouvernement d’une nation puisse retourner tout un peuple contre un groupe particulier de bons citoyens au pied levé. Alors que la société commençait à répéter les calomnies du PCC sur le Falun Dafa, Zhao a commencé à subir des brimades et des abus à l’école, et la police a commencé à saccager sa maison. Les fois où sa mère était à la maison, la police essayait de le manipuler pour qu’il lui dise que sa résistance pacifique était de la cruauté envers lui, que si elle abandonnait sa croyance, il pourrait avoir une vie plus facile.

Le PCC a utilisé l’ensemble de l’appareil d’État dans le but de ruiner la réputation, la vie et les moyens de subsistance de ces croyants spirituels, pensant pouvoir éradiquer un système de croyance en quelques années seulement. Mais la vérité et la bonté du cœur humain ont prévalu.

Une deuxième chance dans la vie

Vous ne le sauriez pas aujourd’hui, mais Zhao était un jeune garçon très malade. Il était souvent malade et souffrait de crises et d’évanouissements récurrents qui l’amenaient à se rendre aux urgences. À l’hôpital, des médecins déconcertés ont suggéré une lobotomie. La médecine moderne n’apportant aucune réponse, la mère de Zhao s’est tournée vers les médecins de la médecine traditionnelle chinoise, qui se sont montrés tout aussi impuissants.

Le retour miraculeux de Zhao à la santé a résulté d’une de ses premières expériences de découverte de Falun Dafa. Cette pratique spirituelle comprend cinq exercices de méditation en plus de l’adhésion au principe d’« Authenticité, Bienveillance, Tolérance ». Lorsqu’elle a été présentée au public chinois au début des années 1990, elle s’est répandue comme une traînée de poudre. Les bienfaits sur la santé mentale, spirituelle et physique sont nombreux, et Zhao est l’un de ceux qui ont rapporté que les maladies qui l’avaient longtemps affligé avaient pour ainsi dire disparu.

La vie n’était certainement pas facile à l’époque où il savait qu’il pouvait à tout moment s’évanouir et tomber la tête la première au sol. Avec sincérité, Zhao a déclaré : « Falun Dafa m’a donné une seconde chance dans la vie. »

Lorsque ses parents se sont mis à la pratique spirituelle, il l’a fait aussi, car les trois principes du Falun Dafa lui ont fait comprendre que cela enseignait aux gens comment être bons et gentils. La persécution soudaine des pratiquants de Falun Dafa n’en a été que plus déroutante et déchirante pour Zhao. Il n’est pas rare qu’en Chine, les gens connaissent quelqu’un qui a pratiqué le Falun Dafa et qui a été tué par le PCC pour cette raison, a-t-il ajouté. Onze des amis de sa mère sont morts.

« Le PCC est un régime athée, et sa devise est de lutter contre le ciel, de lutter contre la terre et de lutter contre son prochain », a expliqué Zhao. Dès le début, le PCC a essayé d’éradiquer la religion et les croyances spirituelles. « Il veut que les gens soient matérialistes et uniquement intéressés par eux-mêmes. En conséquence, la moralité de la Chine moderne est devenue très mauvaise », a-t-il déclaré.

En raison de leur croyance, les membres de la famille de Zhao ont été placés sur une liste noire et n’ont pas pu obtenir de passeport. Mais en 2007, alors qu’il avait 16 ans, une opportunité de quitter le pays s’est présentée. Sa famille a suivi un groupe d’autres personnes qui tentaient de quitter la Chine et de se rendre en Thaïlande pour tenter de retrouver la liberté.

« Je savais que ce serait dangereux, mais je ne pense pas que j’aurais pu imaginer ce que serait cette expérience », a déclaré Zhao. En pleine nuit, des dizaines de personnes se sont entassées à l’arrière d’un camion, couchées à plat sous le chargement, et allaient être déposées au milieu de nulle part pour attendre on ne sait combien de temps que le prochain véhicule vienne les chercher. Il aurait dû avoir peur, reconnaît Zhao avec le recul, mais il avait l’impression, d’une certaine manière, d’être protégé par Dieu. Même lorsqu’il attendait dans le noir, en pleine nature, sans savoir si la prochaine personne qu’il rencontrerait serait la police ou les contrebandiers, ou si la prochaine étape du voyage aurait lieu, il pensait que le risque en valait la peine. Une vie sans pouvoir pratiquer ses convictions spirituelles n’est pas une vie du tout, a-t-il dit.

Les heures ont passé, et le voyage a continué. La famille de Zhao et plusieurs autres personnes ont réussi à passer la frontière puis à entrer en Thaïlande, prêts à recommencer leur vie.

La bannière 2020 de Shen Yun Performing Arts (Avec l’aimable autorisation de Shen Yun Performing Arts)

Une mission

En Thaïlande, Zhao se rendait régulièrement dans les attractions touristiques avec des dépliants contenant des informations sur le Falun Dafa, et disait aux Chinois du continent en visite la vérité sur la persécution en cours. Il voulait qu’ils sachent que « le Falun Dafa est bon », disait Zhao, et chaque personne qui montrait une étincelle de compréhension lui donnait plus d’espoir.

C’est en Thaïlande que Zhao a fait sa première rencontre avec Shen Yun Performing Arts, la première compagnie de danse classique chinoise au monde, lors d’un programme spécial de danse classique chinoise pour le Nouvel An. Il y a vu une danse de narration sur la Chine moderne.

Imaginez les émotions que Zhao a ressenties lorsqu’il a vu jouer sur scène un conte qui aurait pu être le sien.

Dans l’histoire d’une famille qui croyait en la sincérité, la bienveillance et la tolérance et qui a été déchirée par le PCC, l’enfant s’est retrouvé sans parents. Zhao n’a pas été surpris par les similitudes – il savait que la cruauté du régime communiste s’étendait aux familles de toute la Chine – mais il a été profondément ému que d’autres personnes utilisent l’art pour dire au monde la vérité sur cette persécution brutale. Prendre part à cet effort est devenu l’objectif de Zhao.

Basé à New York, Shen Yun est rempli d’artistes dont l’histoire est similaire à celle de Zhao. Nombre d’entre eux ont quitté la Chine et se sont rendus en Amérique, à la recherche de la liberté de pratiquer leur croyance et d’exprimer leurs convictions dans la vie et dans l’art. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, la mission de Shen Yun n’est pas politique. Elle consiste à restaurer la culture traditionnelle. Les principes de sincérité, de bienveillance et de tolérance guident les artistes, et les danses et les histoires présentées sur scène illustrent la culture authentique de la Chine, à l’époque où l’on croyait que la civilisation était d’inspiration divine et où la société était centrée sur l’idée d’harmonie entre le ciel, la terre et l’humanité.

Cette culture avait un dicton selon lequel des dieux se tiennent trois pieds au-dessus de nos têtes, a expliqué M. Zhao, ce qui signifie que les cieux veillent en permanence sur nous et que c’est pour cette raison que les gens s’efforcent d’atteindre un niveau moral élevé.

« De la musique au style de danse et aux mouvements, en passant par les décors, la coordination des couleurs et les costumes, la production est ancrée dans l’esthétique de la culture traditionnelle », a déclaré Zhao. « Nous présentons quelque chose de lumineux et de rempli d’espoir. »

« La culture traditionnelle favorise un cœur compatissant, et je crois que ces arts enracinés dans la culture traditionnelle font de même », a-t-il ajouté. « Et cela est également bon pour la société ».

Aujourd’hui, Zhao est l’un des danseurs des sept compagnies itinérantes de Shen Yun, et il peut se produire dans le monde entier, sauf en Chine, où Shen Yun et le Falun Dafa sont toujours interdits.

Il a même joué un rôle dans l’une des danses narratives qui traite de la persécution des pratiquants de Falun Dafa en Chine, mais pas dans un rôle ressemblant à sa propre vie.

« En fait, j’ai joué le rôle d’un des mauvais policiers », a déclaré Zhao avec légèreté. Ceux que l’on voit dans les représentations de Shen Yun sont des antagonistes de base, explique-t-il, et ils sont loin d’être aussi mauvais que ceux qu’il a rencontrés dans la vie réelle. Lorsque le rôle est arrivé, il avait depuis longtemps cessé de leur en vouloir. Il a parlé de sa capacité à aider la danseuse à incarner une jeune fille qui perdait un parent dans cette persécution brutale, partageant sa propre expérience dans l’espoir de contribuer à l’équipe.

Il fut un temps où il détestait la police et les agents du PCC qui ont déchiré sa famille, a dit Zhao. Mais les principes de sincérité, de bienveillance et de tolérance, ainsi que sa rencontre avec Shen Yun, ont transformé cette haine en quelque chose d’autre, quelque chose qui va au-delà du pardon. Zhao dit qu’il a réalisé que ces policiers qui ont essayé de les monter l’un contre l’autre, lui et sa mère, qui ont saccagé sa maison et volé l’argent qu’il avait soigneusement économisé, et qui ont harcelé la famille pendant les vacances, étaient eux-mêmes trompés. Ils avaient été noyés dans la propagande du PCC et ne faisaient que suivre les ordres, sans connaître la vérité de leur situation. Zhao espère profondément que ces personnes peuvent encore rencontrer la vérité. Et s’il le pouvait, il les inviterait à voir Shen Yun.

« Tout le monde a un bon côté dans son cœur, qui est juste dissimulé par le PCC pervers. Quand ils comprendront la vérité, je pense qu’ils se réveilleront. Ils ne choisiront pas de faire ce genre de choses[se soumettre au PCC] », a déclaré Zhao.

« Les spectateurs quittent nos spectacles avec de la joie et un cœur soulevé, parce que cette culture d’inspiration divine montre quelque chose de droit et de plein de beauté. »

The Epoch Times est un fier sponsor de Shen Yun Performing Arts. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site ShenYunPerformingArts.org.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ