Des fonctionnaires chinois autorisés à saisir des biens personnels pour contrer l’aggravation de la crise des coronavirus

Par Eva Fu
12 février 2020 Mis à jour: 12 février 2020

Les responsables de deux villes touchées par le virus dans le sud de la Chine peuvent désormais confisquer des biens privés afin de lutter contre l’épidémie de coronavirus qui a poussé le système de santé du pays à ses limites.

Selon un avis affiché le 11 février, les autorités de la ville et du district de Guangzhou peuvent, « si nécessaire », « exproprier temporairement » des maisons, des lieux, des véhicules de transport et d’autres installations d’entreprises ou de particuliers.

Le régime pourrait également demander aux organisations concernées de produire ou de fournir des équipements de contrôle des maladies ou des fournitures quotidiennes, selon cette notification.

Il a noté que les fonctionnaires chargés de ces mesures devraient indemniser les parties en conséquence et restituer le matériel si possible.

Le même jour, la ville de Shenzhen a publié un avis similaire autorisant les fonctionnaires locaux à exproprier des fournitures, des équipements et des lieux du public pour répondre aux besoins des travailleurs de la santé de première ligne, à condition qu’ils retournent les articles ou donnent une compensation.

L’avis de Shenzhen a également permis au gouvernement de fermer des usines, des entreprises, des écoles, et de limiter les rassemblements publics ainsi que l’utilisation de sites « susceptibles d’être touchés par l’épidémie ».

Heng He, un commentateur des affaires politiques basé aux États-Unis, a exprimé son scepticisme à l’égard de ces mesures. Bien que des politiques d’urgence similaires aient été utilisées dans d’autres pays, Heng He a exprimé son inquiétude quant à la capacité du régime à honorer sa promesse de fournir des compensations.

« Peu importe que cela soit conforme à la loi constitutionnelle, le Parti communiste chinois n’obéit même pas à ses propres lois », a-t-il déclaré.

Heng He a déclaré que cette politique semblait être une nouvelle façon pour les autorités de Guangdong de « voler les richesses du public ».

« Même s’ils ont dit qu’il y aurait des compensations, beaucoup de gens ont vécu de telles compensations lors de démolitions forcées – beaucoup sont symboliques », a-t-il dit.

Les campagnes de démolition forcée ont été un problème récurrent en Chine au cours des deux dernières décennies. Selon un rapport de 2019 du cabinet d’avocats Beijing Shengting, au moins 751 plaintes ont été déposées de 2014 à 2017 pour démolitions forcées ; et dans 43 % des cas, les fonctionnaires n’ont suivi aucune procédure légale.

Heng He a déclaré que l’autorisation fournie dans le cadre de cet avis pourrait permettre aux fonctionnaires de « profiter du malheur de la nation ».

Les habitants d’autres villes ont signalé que des fonctionnaires locaux abusaient des règles de blocage à des fins lucratives.

Quelques citoyens de la province de Hebei, qui ont demandé à rester anonymes, ont déclaré à Epoch Times que des agents locaux avaient bloqué les transports dans leur quartier et n’autorisaient les gens à passer que s’ils offraient une forme de pot-de-vin, par exemple du vin cher.

Certains internautes ont également fait écho aux mêmes sentiments sur les médias sociaux chinois.

« Les biens personnels… alors où ces gens doivent-ils aller ? » a-t-on demandé. D’autres ont également fait part de leurs craintes qu’étant donné la censure des autorités sur la situation sur le terrain, cette politique pourrait être un baromètre de la gravité de l’épidémie.

Un couple de Chinois porte des manteaux en plastique et des masques de protection lorsqu’ils font leurs courses dans un supermarché de Pékin, en Chine, le 11 février 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)

Jusqu’à présent, plus de 80 villes chinoises, dont Pékin, Shanghai et Shenzhen, ont instauré un état d’urgence au moins partiel pour empêcher la propagation du virus mortel.

Dans toute la Chine, les citoyens sont invités à porter un masque lorsqu’ils se rendent dans un lieu public, tandis que les écoles de plus d’une douzaine de provinces ont reporté le nouveau trimestre pour la deuxième fois en deux semaines environ.

Environ 24 grandes compagnies aériennes internationales, dont United Airlines, Delta Airlines et American Airlines, ont suspendu leurs vols vers la Chine. Le 11 février, American Airlines a également prolongé sa suspension jusqu’à la fin avril, déclarant qu’elle « fera tout ajustement nécessaire ».

« Avec 99 % des cas en Chine, cela reste une urgence pour ce pays, et une menace très grave pour le reste du monde », a déclaré Tedros Ghebreyesus, chef de l’Organisation mondiale de la santé, lors d’une conférence de presse mardi.

RECOMMANDÉ