Les douanes américaines saisissent près de 10 tonnes de viandes interdites en provenance de Chine

Par Frank Fang
25 juin 2020
Mis à jour: 25 juin 2020

Les douanes américaines ont intercepté 8 870 kg de produits carnés interdits en provenance de Chine entre le 6 avril et le 6 juin à Los Angeles, les interceptant avant qu’ils n’atteignent les consommateurs américains.

Les produits de viande contenaient du porc, du poulet, du bœuf et du canard interdits. Ils ont été emballés dans des boîtes contenant d’autres produits de consommation tels que des écouteurs, des serrures de porte, des ustensiles de cuisine, des sacs poubelles et des étuis pour téléphones portables, « dans une tentative évidente de passer en contrebande les moyens interdits », selon une déclaration du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) datant du 19 juin.

Ces produits – placés dans 12 cargaisons différentes contenant un total de 834 cartons – ont été interceptés par des spécialistes de l’agriculture du CBP au port maritime de Los Angeles/Long Beach.

Le ministère américain de l’Agriculture (USDA) identifie la Chine comme un pays touché par la peste porcine africaine (PPA), la peste porcine classique (PPC), la maladie de Newcastle (MN), la fièvre aphteuse (FA), l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) et la maladie vésiculeuse du porc (MVD).

CHINE : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

La PPA, une maladie hautement contagieuse qui est mortelle pour les porcs et les sangliers mais qui n’est pas dangereuse pour l’homme, ne s’est pas manifestée sur le continent asiatique avant l’apparition d’un foyer en Chine en août 2018.

Depuis lors, la PPA a commencé à apparaître dans les pays voisins. En mars, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré que la maladie touchait de nombreux pays d’Asie, dont la Chine, les Philippines, la Birmanie et l’Indonésie.

La Chine a continué à lutter contre la PPA, avec de nouveaux cas de PPA signalés dans plusieurs provinces au cours des derniers mois, y compris le Yunnan, le Gansu, le Sichuan et le Shaanxi, selon Reuters.

Les porcs peuvent contracter la maladie en mangeant des produits contaminés par la PPA ou en étant exposés aux chaussures et aux vêtements des ouvriers agricoles contaminés par la maladie. En conséquence, les douaniers américains ont averti que les envois de viandes interdites aux États-Unis pourraient potentiellement contaminer le bétail américain et paralyser l’industrie porcine américaine et ses exportations, évaluées à 6,5 milliards $ par an.

« Les parasites des plantes et les maladies animales étrangères comme la peste porcine africaine et les mouches des fruits exotiques peuvent causer des pertes dévastatrices pour l’industrie agricole », a déclaré Helene Wright, directrice de la santé végétale de l’État de Californie pour l’USDA, dans le communiqué de presse.

Les fonctionnaires des douanes ont déclaré que l’interception de viandes interdites en provenance de Chine au port maritime de Los Angeles/Long Beach a augmenté de 70 % au cours des cinq premiers mois de cette année, par rapport à la même période de l’année précédente.

En février dernier, les douaniers américains du port de New York/Newark ont saisi plus de 10 000 kg de produits animaux interdits dans 23 cargaisons maritimes en provenance de Chine, selon un communiqué de presse.

D’autres pays ont également saisi des produits contaminés par la peste porcine africaine en provenance de Chine. En janvier, les douaniers philippins ont annoncé qu’une cargaison de boulettes de porc et de dumplings qui était arrivée au port international de conteneurs de Manille un mois plus tôt s’était révélée positive à la maladie, selon les médias locaux.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ