La « fragilité blanche » est un concept raciste

Par Philip Carl Salzman
19 mai 2021
Mis à jour: 19 mai 2021

Comme la « criminalité noire », la « sagacité juive », la « mafiosité italienne » et l' »ivrognerie irlandaise », la « fragilité blanche » est un concept raciste.

Identifier une caractéristique péjorative particulière, ou même une caractéristique positive, à un groupe racial ou ethnique, comme si elle décrivait exactement chaque individu de cette catégorie, est raciste. Le racisme consiste à traiter les gens comme des membres de catégories raciales ou ethniques plutôt que comme des individus dotés de caractéristiques, de motivations et d’agences individuelles.

Attendez, je sais que les sociologues radicaux et les activistes raciaux ont redéfini le « racisme » comme « préjugé plus pouvoir » afin de faire avancer leurs objectifs politiques marxistes de division et de conquête. Dans cette formulation arbitraire, seuls les Blancs peuvent être racistes, car prétendument seuls les Blancs ont le pouvoir, et tous les Blancs ont le pouvoir. De même, les mêmes suspects prétendent que le « racisme inversé » n’existe pas, parce que seuls ceux qui ont le pouvoir peuvent être racistes, une affirmation par définition mais non étayée par des faits historiques ou empiriques. Il s’agit d’un tour de passe-passe sémantique qui construit une conclusion souhaitée dans une définition.

La « fragilité blanche » n’est qu’un des concepts racistes mis en avant par la « théorie critique de la race » néo-marxiste, les autres étant le « privilège blanc », le « nationalisme blanc » et le « suprémacisme blanc ». D’autres caractéristiques supposées de la « blancheur » sont des orientations odieuses telles que l’individualisme, la recherche des bonnes réponses, une forte éthique du travail, la croyance en la logique et la science, le report de la gratification, la compétitivité et les familles biparentales.

Cette théorie collectiviste du racisme est due au marxisme, qui postule un conflit de classes entre oppresseurs économiques et victimes. Le néo-marxisme actuel redéfinit le conflit de classes en termes de politique identitaire, avec des classes collectives de race, de sexe et de sexualité en conflit. Au lieu que les capitalistes exploitent le prolétariat, les Blancs oppriment les Noirs, les hommes oppriment les femmes et les hétérosexuels oppriment les LGBTQ++.

L’une des affirmations fondamentales de la théorie critique de la race et de l' »antiracisme » est que tous les Blancs sont racistes. Bien qu’aucune preuve ne soit présentée à cet égard, les astuces logiques sont essentielles pour le « prouver ». En utilisant une logique du type « face je gagne, pile tu perds » et « as-tu cessé de battre ta femme ? » la « fragilité blanche » prétend que le déni du racisme anti-noir est une faiblesse psychologique chez les Blancs qui ne peuvent tolérer la vérité de leurs péchés. Ainsi, en termes de théorie critique de la race, si vous dites « oui, je suis raciste », vous êtes raciste, et si vous dites « non, je ne suis pas raciste », cela prouve que vous êtes raciste.

Il n’est peut-être pas surprenant que la théorie critique de la race et l’antiracisme rappellent les chasseurs de sorcières d’autrefois qui testaient les accusés en les immergeant dans un lac ou en les jetant d’une falaise dans l’océan : s’ils flottaient, ils étaient coupables et étaient brûlés sur le bûcher ; s’ils coulaient, ils étaient considérés comme innocents.

Mais, attendez une minute, le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris ont récemment déclaré qu’ils ne pensaient pas que la plupart des Américains seraient racistes. Il s’agit d’une contradiction majeure avec la théorie critique de la race et l’instruction antiraciste qui, dans la pratique, est une instruction anti-blanche. Si le président et le vice-président ne pensent pas que la plupart des Américains sont racistes, pourquoi mandatent-ils et financent-ils l’enseignement de la théorie critique de la race ? La réponse, selon le président, est que, si les Américains ne sont pas racistes individuellement, le pays connaît un « racisme systémique ». Qu’est-ce que ce racisme systémique sans individus racistes ?

Le racisme systémique se révèle être des disparités statistiques en matière d’éducation, d’emploi et de revenus entre différentes catégories de recensement de race et d’ethnie. Les personnes de certaines catégories sont présentes dans l’éducation, l’emploi et la richesse à un niveau supérieur à leur pourcentage de la population générale, ce qui est appelé « surreprésentation », et certaines sont présentes à un niveau inférieur à leur pourcentage de la population générale, ce qui est appelé « sous-représentation ». Le racisme systémique est considéré comme avéré dans les cas où les Afro-Américains et les Hispaniques sont statistiquement sous-représentés, par exemple en dessous des 13 % qui représentent la part des Afro-Américains dans la population générale des États-Unis.

L’argument central du racisme systémique est que les disparités statistiques entre les races sont toujours et incontestablement le résultat de la discrimination raciale. C’est l’affirmation sur laquelle repose la théorie critique de la race et l’antiracisme. La question qui est rarement posée est de savoir s’il existe une quelconque preuve pour la soutenir.

Un exemple de disparités raciales est le sport professionnel hautement rémunéré, où les joueurs noirs sont largement surreprésentés par rapport à leurs 13 pour cent de la population générale. En 2017, dans la National Football League, le pourcentage de joueurs noirs était de 64 % ; tandis que dans la National Basketball Association, le pourcentage de joueurs noirs était de 75 %. Selon la théorie selon laquelle les disparités statistiques sont le résultat de la discrimination, les Noirs doivent être fortement surreprésentés parce qu’il y avait une discrimination à l’encontre des joueurs blancs et asiatiques. L’autre explication, jamais envisagée par les défenseurs du racisme systémique, est que les Noirs étaient plus motivés et obtenaient de meilleurs résultats. Quelqu’un pense-t-il vraiment que les athlètes noirs ont obtenu leur poste à cause de la discrimination ?

Les Asiatiques et les Juifs sont fortement surreprésentés parmi les professeurs d’université et les médecins. D’après la théorie selon laquelle les disparités statistiques sont le résultat de la discrimination, cette surreprésentation par rapport à leur pourcentage dans la population générale doit avoir eu lieu parce que quelqu’un a fait preuve de discrimination en leur faveur, et à l’encontre d’autres populations, comme les Noirs et les Hispaniques, qui sont sous-représentées dans ces domaines. Pourtant, nous savons que, historiquement, les Asiatiques et les Juifs ont été confrontés à des discriminations à leur encontre, telles que la limitation du nombre d’admissions dans les universités et les hôpitaux, plutôt qu’à des discriminations en leur faveur.

La théorie critique de la race prétend que les Asiatiques et les Juifs sont « privilégiés » et ont un avantage injuste sur les Noirs et les Hispaniques. Mais, une fois encore, nous savons, grâce aux tests standardisés et à d’autres critères objectifs, que les Asiatiques et les Juifs obtiennent de meilleurs résultats que les chrétiens blancs, les Hispaniques et les Noirs. Aucune « discrimination » n’est nécessaire pour expliquer ces disparités statistiques.

Il existe de sérieuses disparités statistiques dans le domaine de l’éducation, que l’on appelle le « racial achievement gap » (« écart de réussite raciale »). En moyenne, les Américains d’origine asiatique sont les plus performants dans le domaine de l’éducation ; les Blancs sont nettement derrière ; les Hispaniques sont derrière les Blancs ; les Noirs sont derrière les Hispaniques. Et bien qu’il n’y ait aucune preuve que ces résultats différentiels soient la conséquence d’une discrimination, les guerriers de la « justice sociale » les dénoncent comme des offenses à l' »équité », qui exige des résultats égaux dans toutes les catégories. Le plan n’est pas d’amener ceux qui obtiennent des résultats médiocres à un niveau de réussite plus élevé, mais d’annuler les tests standardisés et autres mesures de la réussite, et de dénoncer la réussite comme un « moyen de donner du pouvoir à la suprématie blanche ».

Ce qui explique les différences de résultats n’est pas la discrimination, mais les disparités dans l’organisation familiale, les Asiatiques ayant presque tous des familles biparentales, et les Africains ayant une grande majorité de familles monoparentales, sans père. Il en va de même pour la sûreté et la sécurité de la communauté, les communautés d’origine africaine ayant un taux élevé d’auteurs et de victimes de crimes – près de la moitié des homicides et des victimes d’homicides pour seulement 13 % de la population – alors que les communautés asiatiques ont un faible taux de criminalité. La culture communautaire varie, les Asiatiques accordant une grande importance à l’éducation.

La théorie critique de la race est défaillante parce que son argument central, selon lequel les disparités statistiques sont le résultat de la discrimination, n’est pas soutenu par des preuves, et est donc faux. Il en va de même pour ses attributions racistes de « fragilité » et de « privilège », qui sont non seulement fausses mais aussi racistes et méprisables.

Philip Carl Salzman est professeur émérite d’anthropologie à l’Université McGill, chercheur principal au Frontier Centre for Public Policy, chercheur au Middle East Forum et président de Scholars for Peace in the Middle East.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ