Pourquoi les Français recherchent des voitures d’occasion pas chères

Par Michal Bleibtreu Neeman
3 décembre 2020
Mis à jour: 3 décembre 2020

C’est l’heure de gloire de la « bagnole » qui revient. Citroën C3 premières générations, Renault Clio âgées de 15 ans, ou Peugeot 206-207 sont de nouveau prisées, rapporte Challenge. Les Français achètent de plus en plus de petites voitures d’occasion de 10, 15 et même 20 ans. Pour cause, la pandémie. Ils cherchent à fuir les transports en commun, mais au prix d’un budget très limité.

Le marché de l’automobile, notamment des voitures neuves, a beaucoup souffert du premier confinement au printemps dernier. La situation s’est légèrement améliorée à partir du mois de juin, mais le vrai gagnant de la crise sanitaire a été le marché de l’occasion. Sur les 5 premiers mois de l’année, selon le comité des constructeurs français relayé par BFMTV, le marché du neuf fait -50 %, pendant que celui de l’occasion n’est réduit que de 25 %. Et visiblement, la tendance s’est accélérée sur le mois de juin.

Des voitures de plus de 20 ans

On a beau mettre en place des lois écologiques, interdire l’entrée des vieux véhicules polluants dans les villes, mais la réalité socio-économique et le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois, communément appelé le nouveau coronavirus) ont poussé les Français à en décider autrement. Ceux qui le peuvent prennent le vélo, la trottinette électrique, les autres ont plutôt tendance à acheter de vieilles voitures pas chères. Ils ont de plus en plus peur de prendre les transports en commun, mais leur porte-monnaie ne leur permet pas d’acheter les véhicules tant vantés qui répondent aux nouvelles normes.

Un autre facteur est la prime à la conversion qui a été élargie aux véhicules d’occasion – 3 000 euros pour l’achat d’un véhicule essence ou diesel. 20 % des ventes se faisaient l’été dernier avec la prime.

Selon Challenge, 44 % des transactions de modèles d’occasion portent sur des modèles de plus de 10 ans, et les recherches sur Internet pour des voitures de plus de 20 ans ont augmenté de 80 % .

Selon cette même source, le CCFA (Comité des constructeurs français) a indiqué une hausse des immatriculations de véhicules d’occasion de 16,5 % au troisième trimestre (3,5 fois le marché du neuf), alors que celles de voitures neuves étaient en baisse sur la même période. 22 % des transactions portaient sur des modèles âgés de 10 à 15 ans, 20 % sur des véhicules de plus de 15 ans, toujours d’après les statistiques du CCFA.
Il se peut qu’un des facteurs qui anime cette ruée vers les vielles voitures considérées polluantes soit la prise de conscience de l’existence d’autres sources de pollution liées à la fabrication des voitures neuves, en particulier des composantes électroniques et des batteries. En effet, l’extrait de minerai pour produire les batteries des véhicules électriques reste le plus problématique, au niveau écologique et humain. De plus, la taille de la batterie et la durée de vie de ces voitures rendent également leur attractivité plus faible auprès du grand public, qui préfère se rabattre sur des modèles d’occasion peu coûteux et qui ont fait leurs preuves.
Focus sur la Chine – Des célébrités chinoises sous la censure du régime

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ