France : au 1er janvier 2022, fin des emballages plastiques des fruits et légumes

Par Epoch Times avec AFP
12 octobre 2021
Mis à jour: 12 octobre 2021

Bientôt finies, les courgettes en barquette : dès le 1er janvier 2022, de nombreux fruits et légumes frais non transformés ne pourront plus être vendus sous plastique en France, avec des tolérances jusqu’en 2026 pour les plus fragiles comme les fruits rouges.

Les trois ministères signataires (Économie, Transition écologique, Agriculture et Alimentation) relèvent dans leur communiqué que la date d’entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2022 « comme prévu par la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire de février 2020, dite loi AGEC ». Le décret fixant ces règles est publié ce mardi.

Alors que 37% des fruits et légumes sont aujourd’hui vendus sous emballage, la mesure visant une trentaine d’entre eux « devrait permettre d’éviter plus d’un milliard d’emballages en plastique inutiles chaque année », espère le gouvernement.

Certaines dérogations

Côté légumes, poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, choux fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines devront être sur les étals sans emballages plastiques. Pour les fruits, pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion, kakis sont concernés par l’interdiction.

Pour les fruits et légumes « présentant un risque important de détérioration de leur vente en vrac », le décret accorde jusqu’au 30 juin 2026 pour trouver des solutions alternatives. Ainsi certaines variétés de tomates (à côtes, allongées, cerise ou cocktail), les oignons et navets primeurs, les choux de Bruxelles, haricots verts, raisin, pêches, nectarines et abricots auront un droit au plastique jusqu’au 30 juin 2023.

Côté légumes, endives, asperges, brocolis, champignons, pommes de terre et carottes primeur, salade, mâche, jeunes pousses, herbes aromatiques, épinards, oseille, fleurs comestibles, et pousses de haricot mungo pourront rester sous plastique jusqu’au 31 décembre 2024. Ainsi que les cerises, canneberges, airelles et physalis.

Les exemptions les plus longues sont accordées aux fruits mûrs à point, aux graines germées, et aux fruits rouges qui ont jusqu’au 30 juin 2026 pour se débarrasser du plastique. Un délai de six mois est aussi accordé pour « écoulement des stocks d’emballages ».

Concombres vendus sous plastiques. (Photo : JUSTIN TALLIS/AFP via Getty Images)

Le plastique 100% recyclable pas retenu

Lundi soir, tout en affirmant que la filière des fruits et légumes frais représente « moins de 1,5% des conditionnements plastiques du secteur alimentaire » en France, l’interprofession des fruits et légumes Interfel s’est demandée  « pourquoi » cette filière est « ciblée en priorité ».

« Dans le contexte Covid, le manque de disponibilité des matières premières et le coût des solutions alternatives » rendent « particulièrement difficile une mise en place » de la mesure « au 1er janvier 2022 », ajoute l’interprofession, qui dit regretter que « l’utilisation de plastique 100% recyclable pour les emballages » proposée par la filière « n’ait pas été retenue ».

« Nous espérons que cette mesure franco-française, et exclusivement sectorielle ne pénalisera pas la place des produits français au sein de l’espace européen » conclut Interfel.

Les emballages plastiques alimentaires sont les premiers utilisateurs du plastique produit dans le monde. En France, 45,5% de la consommation de matières plastiques sert à fabriquer des emballages, selon la fondation Heinrich Boll.

 

 


Rejoignez Epoch Times sur Télégram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ