Frugalité, économie et travail acharné, le seul chemin pour le bonheur financier

Par Jeff Minick
26 novembre 2019 Mis à jour: 26 novembre 2019

Pratiquer la frugalité. Travailler dur. Épargner et investir de l’argent.

Pour les Américains, ces pratiques ont été le tremplin vers une vie meilleure au cours des trois derniers siècles.

Mais s’appliquent-elles encore ? peuvent-elles conduire à la sécurité financière et même à la richesse ?

Le décès récent de ma belle-mère, Dorothy, m’a fait réfléchir à ces questions.

Dorothy et son mari Jim croyaient beaucoup en la trinité Économies, Travail et Investissements. Voyons ce qu’ils ont fait et si cela leur a profité.

Hébergement

Pendant plus de 40 ans, Jim et Dorothy ont vécu dans la même maison achetée après la Seconde Guerre mondiale. Dans cette maison avec trois chambres à coucher et une salle de bain, à laquelle Jim a plus tard ajouté une seconde salle de bain au sous-sol, ils ont élevé leurs trois filles. Ils prenaient soin de leur maison, gardaient leur pelouse immaculée, déblayaient la neige pendant les hivers de Milwaukee, la peignaient et la restauraient au besoin. Lorsque Dorothy a vendu la maison après le décès prématuré de Jim, je suppose qu’elle a reçu 20 fois plus qu’elle et Jim n’avaient payé au départ.

Travail

Jim, un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, est resté dans l’armée et a atteint le grade de colonel. Il a été professeur de lycée et conseiller d’orientation professionnelle, et a passé ses étés à enseigner le tennis et à travailler à la foire de Milwaukee. Dorothy a trouvé des emplois sporadiques comme infirmière dans divers endroits.

Frugalité

Jim et Dorothy pratiquaient le vieil axiome de la Nouvelle-Angleterre : « Usez-le, mettez-le, utilisez-le ou faites sans. » Lorsqu’ils prenaient des vacances, Dorothy emportait des repas pour éviter de dépenser de l’argent sur la route. Ils passaient souvent leurs vacances dans un motel en Floride appartenant à des amis, où ils bénéficiaient d’un rabais sur le prix des chambres. Ils achetaient des articles promotionnels chaque fois qu’ils le pouvaient et gardaient des coupons pour l’épicerie. Ils emmenaient les filles dîner à des occasions spéciales ou au stand de crème glacée local, soutenaient les leçons de piano et la danse, et les trois filles étaient chez les éclaireuses (girl scouts), mais ne dépensaient jamais d’argent pour des articles qu’ils jugeaient inutiles.

Divertissement

Leur forme ordinaire de divertissement était de jouer aux cartes avec des amis. Même après la mort de Jim, Dorothy a continué ces jeux de cartes. Elle m’a dit un jour qu’elle ne comprenait pas pourquoi plus de jeunes ou de couples mariés ne se réunissaient pas pour jouer aux cartes, puisque la seule dépense de l’hôte était celle des rafraîchissements.

Épargne et placements

Jim et Dorothy ont fait appel à un courtier en bourse pour gérer leur argent, mais ils sont aussi restés en haut du marché. Dorothy, en particulier, s’est intéressée à leurs investissements et a gardé son argent à long terme dans des actions comme IBM, lorsque cette société était à son apogée. Ils se sont contentés d’une croissance lente plutôt que d’investir dans des entreprises risquées.

On pourrait associer une telle modération à l’avarice, au fait de froncer les sourcils envers les petites entreprises qui chérissent leurs richesses et passent leurs journées à courir après l’argent.

Rien n’est plus faux.

Comme les anciens chevaliers qui ont fait de la générosité une vertu, Dorothy et Jim ont été généreux à la fois avec leur temps et leur argent. Ils déposaient régulièrement de l’argent dans les collectes de leur église, le Mont Carmel Lutheran. Ils ont fait des dons à certaines causes et ont donné de leur temps à des activités scolaires et à des organisations comme les scouts.

Par-dessus tout, ils ont partagé leur richesse avec leurs enfants et petits-enfants. Ils ont mis des appareils orthodontiques sur les dents des plus jeunes, payé les vacances familiales sur la côte, aidé à payer les frais de scolarité au collège et ont été généreux en cadeaux de Noël et d’anniversaire. Dans le cas de ma propre famille, ils nous ont aidés à plusieurs reprises avec des prêts et des dons directs lorsque ma femme et moi étions dans une situation financière désespérée.

Bon nombre d’entre nous, et je m’inclus dans ce cas, surtout dans ma jeunesse, sommes moins sages dans nos affaires financières. Nous dépensons plus que ce que nous gagnons, nous vivons dans des maisons plus grandes que ce dont nous avons besoin, nous acceptons l’extravagance au lieu d’économiser. Les dettes du gouvernement fédéral, les dettes liées aux cartes de crédit et aux prêts étudiants ont atteint des niveaux records, ce qui reflète notre culture en matière de dépenses.

Ces dernières années, des circonstances personnelles m’ont forcé à pratiquer l’épargne. Je respecte un budget, je dépense beaucoup moins que ce que je gagne et l’argent dans mon compte bancaire, malgré quelques revers, reflète ces économies. Si j’avais utilisé cette stratégie il y a 40 ans, j’aurais pu économiser de l’argent pour mes petits-enfants, leur offrir de beaux jouets et investir dans leur avenir.

Si vous avez moins de 40 ans et que vous lisez ces mots, je vous encourage à suivre l’exemple de mes beaux-parents. Réduisez vos dépenses et investissez une partie de l’argent que vous gagnez.

Et comme Dorothy et Jim, pratiquez la générosité. Lorsque vous le pouvez, donnez librement de vous-même, de votre temps et de vos ressources.

Si nous vivons comme Dorothy et Jim, si nous devenons des sources de réconfort et de plaisir pour ceux qui nous entourent, nous illuminerons chaque endroit où nous sommes.

Et c’est un petit pas pour changer le monde.

Jeff Minick a quatre enfants et un nombre croissant de petits-enfants. Pendant 20 ans, il a enseigné l’histoire, la littérature et le latin à Asheville, en Caroline du Nord. Aujourd’hui, il vit et écrit à Front Royal, en Virginie. Visitez JeffMinick.com pour suivre son blog. Cet article a été publié à l’origine dans Intellectual Takeout.

RECOMMANDÉ